Test de la selle fi’zi:k Arione R3 Versus Evo

Plus de souplesse et moins de pressions

Fi’zi:k élargit sa gamme avec une nouvelle version de ses fameuses Aliante, Antares ou Arione (qui se distinguent uniquement par leur forme spécifique), avec la Versus Evo. Au programme : une coque plus souple que la gamme R3/R1, et un canal sur toute la longueur pour diminuer fortement les pressions sur les tissus mous sensibles du cycliste. Est-ce efficace sur la route?

Depuis peu, la marque italienne propose ses trois modèles phares en deux largeurs : Regular pour des dimensions classiques (déjà différentes d’un modèle à l’autre), et Large pour une douzaine de millimètres en plus au niveau du croissant. Les trois modèles se distinguent par leur profil : l’Aliante est creusée et s’adresse selon Fi’zi:k aux cyclistes peu souples, l’Antares est moyennement creusée, et l’Arione est plate et longue, pour les cyclistes souples et qui pédalent avec une rotation pelvienne. Ensuite, chacune des selles disposent d’une coque plus ou moins rigide et de rails en carbone, ou en alliage plus ou moins léger. Elles sont classifiées en 00, R1, R3, et maintenant Classic et Gamma pour les modèles d’entrée de gamme. Pour notre part, nous roulons habituellement en Arione R3 ou R1, avec une coque en composite pour la rigidité de l’assise et une mousse dense et ferme, et des rails en carbone ou en alliage léger. La R3 Versus Evo est donc ce qui s’en rapproche le plus, d’abord du côté des dimensions, puisque nous sommes ici sur une selle presque plate de 300 mm de long et de 130 mm de large au niveau du croissant.

Elle dispose elle aussi d’une coque en composite, mais sensiblement plus fine que l’Arione R3, et d’une mousse apparemment aussi ferme.

Elle diffère par un canal sur toute la longueur, du bec à l’extrémité arrière, avec donc une partie du fessier qui repose quasiment dans le vide, bien que la selle ne soit pas évidée, pour une question de rigidité et de durabilité. La hauteur de la selle est sensiblement identique, à 2 mm près. Mais la Versus Evo paraît légèrement plus haute, car il y a moins de matière qui descend sur les flancs.

Les rails sont positionnés de la même manière par rapport au bec de selle, mais sont plus courts sur l’arrière de 5 mm. Ils sont gradués, ce qui facilite le réglage du recul de selle.

Sur les côtés de la coque, là où la selle s’évase en largeur, on trouve la technologie Winflex, qui assure un peu de flexibilité au niveau du passage de l’intérieur des cuisses.

Le bec de selle est légèrement plus étroit que l’Arione R1 et R3, qui présentent l’avantage d’autoriser un calage tout relatif lorsqu’on roule sur l’avant en position très aérodynamique. Ici, c’est presque impossible. Sur l’arrière, présence du système de clip intégré Fi’zi:k compatible avec un éclairage ou une sacoche de selle. L’Arione R3 Versus Evo pèse 206 g, ce qui est très proche du modèle R3. Enfin, notons comme toujours une excellente finition de ce modèle à 160 €, puisqu’aucun raccord ou trace de colle n’est visible.

Sur la route

La Versus Evo se montre globalement moins sportive que les Arione R3 et R1, avec une coque plus souple qui s’apparente plus à ce qu’on retrouve sur les modèles Classic ou Gamma. Lorsqu’on s’assied, on se sent plus enfoncé, avec une légère flexion qui rend du coup l’assise moins plate. Aucune remarque à faire sur la partie arrière, puisque l’ouverture suit les contours du fessiers.

Sur l’avant en revanche, on est d’abord déstabilisé par la finesse du bec. Compte tenu de la faible largeur du canal à cet endroit, mieux vaut avoir une position stable et droite sur la selle, car on peut vite se retrouver à côté de l’ouverture, avec les arêtes de la partie en mousse qui créent des irritations. Mieux vaut également disposer d’un fond de cuissard bien étiré et bien collé à l’anatomie, au risque de voir des plis se former à la jonction des bords de la partie en mousse. La mousse semble ferme et peu sensible à l’usure. On sent une différence sensible de fermeté de la selle sur les revêtement rugueux, où la coque absorbe bien les chocs, mieux en tout cas que les modèles R1 et R3 lorsqu’on roule de manière plus passive.

La R3 Versus Evo est donc l’Arione la plus confortable de la gamme, dès lors que l’on roule de manière tranquille, bien calé en position et pour limiter les pressions et les engourdissements de l’appareil génital. Elle devient moins flexible d’utilisation lorsqu’on souhaite adopter une position plus basse et plus sportive. Rares sont les pratiquants cyclosportifs ou cyclotouristes à adopter d’emblée l’Arione, ils se dirigent plus naturellement vers l’Aliante, plus adaptée à ceux qui disposent de moins de souplesse. Le concept Versus Evo nous semble donc plutôt destiné aux utilisateurs habituels de cette dernière. Pour le reste, la qualité de fabrication et la durabilité apparente de la mousse justifient le prix demandé pour cette version R3 déjà située en haut de gamme.

FI’ZI:K ARIONE R3 VERSUS EVO

Les + : Finition, amortissement des chocs, diminution des pressions sur les tissus mous
Les – : Bec trop fin, arêtes au niveau de la mousse qui peuvent irriter en cas de mauvaise position

Coque : Nylon renforcé de carbone, canal central
Rails : K:ium
Rembourrage : Mousse Comfort Core, revêtement Microtex
Couleur : Noir

Disponible en versions R1 (rails carbone) et R3, pour Aliante, Antares et Arione en Regular ou Large.
Prix public : 160 €

Contact : www.fizik.com 

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.