Park City Point to Point 2014

18_AS7F1143

En six années d’existence, la Park City Point to Point (PCP2P pour les intimes) est devenue une course de référence pour les amateurs de singletracks nord américains. Avec un parcours de 120 Km pour 3000 m de dénivelé positif cumulé et 90% de sentiers monotraces, il y a de quoi s’amuser… si on a la caisse !

Texte : Vincent Lombardi – Photos : PCP2P

Full-ScottPCP2P_endurance

Le slogan de la course est ‘Can you do it ?’ (Peux tu le faire ?) et il est vrai que terminer cette course est déjà un accomplissement en soi. Situé autour de Park City dans l’Utah, état de l’ouest des Etats-Unis dont la devise est « Life elevated », l’altitude du tracé comprise entre 2000 et 2800 m ne simplifie pas la tâche des vététistes venant du niveau de la mer. Compte tenu de la physionomie du parcours, le nombre de participants est limité à 350 et chaque année, les inscriptions sont « sold-out » en quelques minutes, c’est dire la popularité de cet évènement !

Le parcours dessine plus ou moins un fer à cheval au départ de Round Valley puis traverse successivement trois domaines (skiables l’hiver, VTT l’été !) : Deer Valley, Park City et Canyons. Au total, ce réseau de sentiers compte plus de 600 km d’itinéraires VTT balisés, tout simplement unique au monde ! La PCP2P, se targue de proposer le meilleur de ces monotraces condensé en une journée de ride intense. Au départ, malgré le programme copieux, l’ambiance est ultra détendue, à l’américaine.

22_AS7F9922

La course est lancée dans un décors de désert d’altitude composé d’armoise qui pousse sur un sol sec et fuyant. Cette première boucle rapide mais déjà casse-pattes met bien dans le ton. On roule ici sur des sentiers caractéristiques des Etats-Unis, c’est à dire ouverts par des vététistes pour des vététistes. Fondamentalement ils n’ont rien de difficile, ce n’est jamais trop raide ni trop technique mais quand on envoie, ça va vite et il y a moyen d’aller goûter la terre de l’oncle Sam ! Après cette mise en jambe, changement radical d’environnement. En fonçant vers Deer Valley on se retrouve à rouler au milieu de magnifiques forêts de trembles, paysage typique cette fois des Rocky Mountains. Le terrain est désormais fait de terre particulièrement compacte et accrocheuse suite aux pluies de la semaine précédente (les ricains appellent ça « Hero Dirt » !). Les arbres défilent vite, très vite, les virages s’enchaînent avec fluidité jusqu’à cette épingle que l’on découvre au dernier moment et qui se jette sur nous. Gros freinage, le vélo part en drift, on balance les épaules dans le virage, ouf ça passe, quel pied, du grand VTT !

211a

Le début de parcours rythmé laisse maintenant place à de grandes ascensions… inévitablement suivies de longues descentes. Cette année, le parcours a été agrémenté d’une section « Enduro » chronométrée. On passe le tapis de chronométrage et c’est parti pour 20 minutes de dégringolade à bloc. A nouveau, c’est très rapide mais terriblement ludique, virages relevés, tables, schuss à près de 50 km/h, etc… Plus loin, on traversera de grandes pinèdes, puis des prairies alpines, le terrain évolue sans cesse, il faut adapter son pilotage en conséquence, alléger dans les cassures rocailleuses, sauter par dessus les racines qui lardent le sentier, sortir un pied pour rattraper la roue avant qui se dérobe dans les passages les plus arides. Le parcours est d’une variété incroyable et malgré la longueur de la course, on ne s’ennuie jamais sur la PCP2P !

Point 2 Point 20130831 144

Voilà déjà quelques heures que nous roulons, les sections de route ou de piste large sont rarissimes à tel point qu’il est parfois difficile de lâcher le guidon pour se ravitailler, il faut piloter tout le temps ! Je comprends pourquoi Alex Grant, quintuple vainqueur de l’épreuve (et sextuple suite à cette édition) est parti avec un Camelback, c’est la meilleure solution pour rester bien hydraté dans ce virolo infernal ! En arrivant sur Park City, ça roule à Mach 2, pas facile de lâcher les pinces à plus de 40 Km/h sur des sentiers qui font 2 fois la largeur de vos pneus. En sortie de virage, l’herbe est parfois couchée dans les prairies, pas de doute, un coureur un peu trop optimiste s’est vautré de tout son long ici !

Point 2 Point 20130831 103

Après avoir vaincu tous ces obstacles, la dernière descente vers l’arrivée se négocie en confiance mais elle est entrecoupée d’une dernière remontée assassine de seulement 3 km mais qui vire au supplice quand on a 115 km de monotraces dans les jambes. Enfin l’arche d’arrivée se dessine au bout des derniers « S » d’une piste permanente du domaine de Canyons mettant un terme à une épique journée de singletracks. Alex Grant a mis 6h16mn (nouveau record du parcours) pour venir à bout de cette hérésie, le dernier plus de 12 heures… La PCP2P se mérite mais donne aux vététistes aguerris l’opportunité de vivre l’expérience unique de rouler sur plus de 100 Km de monotrace en une seule journée !

01_AS7F1524

Côté course, Alex Grant (Sho-Air Cannondale) remporte donc sa 6 ème PCP2P en autant d’éditions et se paye le luxe d’améliorer le meilleur temps de l’épreuve. Le podium est complété par l’ancien vététiste devenu routier Rob Squire (Jamis) et la légende Tinker Juarez (Sho-Air Cannondale) qui, à 53 ans est toujours capable de claquer des podiums sur les plus grandes courses nord-américaines ! Chez les filles, Gretchen Reeves (Tokyo Joe’s) l’emporte en 7h46mn avec seulement 1mn18s d’avance sur Marlee Dixon (MTBRaceNews.com) ; Kelly Bonniface (Moots Cycle) termine quant à elle troisième.
Résultats complets, lien direct : http://thepcpp.com/Results

Site web : http://thepcpp.com

Vous pouvez suivre VeloChannel sur Facebook/VeloChannel et sur Twitter@VeloChannel
You can follow VeloChannel at Facebook/VeloChannel and at Twitter@VeloChannel

2 commentaires sur “Park City Point to Point 2014”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.