Med Xtrem 2016, le résumé complet !

fred-ischard-sergio-davesne-medxtrem-2016

Résumé complet de la troisième édition du Mediterranean Xtrem s’étant déroulée du 15 au 17 avril 2016 entre Barcelone et Valence, une épreuve VTT à étapes sur 3 jours cumulant 320 kilomètres pour 8600 m de D+.

Texte : Fred Ischard – Photos : Mediterranean Xtrem

Med Xtrem 2016, étape 1

Un menu plutôt indigeste – 143kms et 4000m de dénivelé ! – pour cette première étape toujours aussi terrifiante sur cette épreuve qui l’est tout autant…

Départ donné à 6h30 sous la nuit étoilée de Castellon. Les rues de Castellon sont encore vides, seuls les 200 courageux pilotes à prendre le départ du Med Xtrem se rendent au départ tout près de la cathédrale. Ça part plutôt doucement à allure neutralisée en convoi derrière la Polizia qui nous ouvre la route.

Après 3kms, on traverse une carrière et c’est parti pour une très longue journée de VTT. La première montée du jour plutôt facile et pas très longue va étirer naturellement le peloton, chacun prend son rythme, ne surtout pas se mettre dans le « rouge » sous peine de subir le contrecoup par la suite. Redescente sur le village de Borriol, quelques kilomètres plutôt roulants et regroupement d’une trentaine de coureurs en tête de course après 10kms.

Survient la deuxième ascension, bien plus sévère que la première qui va isoler une vingtaine de coureurs en tête. Au sommet, on bascule sur une section plus roulante, c’est désertique, il y’a du caillou, bienvenu sur un terrain très méditerranéen. Les petites bosses s’enchaînent, les groupes se sont formés et la principale difficulté de ce début de course réside au bon suivi du tracé GPS car quasi aucun balisage n’est installé, ça fait partie de la particularité de cette épreuve.

Nous arrivons au kilomètre 60, survient la principale difficulté de cette étape, l’ascension vers le très charmant village de Culla, une longue montée de près de 7kms, 500m de dénivelé à gravir. Dans ce village très atypique aux airs corses, nous sommes à la moitié du parcours mais le plus difficile reste à faire, un ravitaillement salé permettra – avec pâtes et riz – de se refaire une santé pour aborder les difficultés suivantes. Enfin, devant on ne verra pas la moindre trace de ces succulents mets, arrêt speed pour réapprovisionner en eau et c’est déjà reparti.

Une descente, de nouveau un très beau village, des difficultés à lire la trace GPS et 10kms plus loin, nous voici sur une autre ascension de 5kms mais plus difficile que la précédente, une difficulté qui laissera des traces pour la suite car le terrain devient encore plus cassant. Les descentes se transforment en mattraquage, imaginez rester 5 minutes sur une machine à laver en service, ça vous donne une idée, les douleurs aux bras et aux mains en plus.

Voici le village de Villafranca et son ravito tant attendu, il reste encore 50kms à parcourir, la tête de course a déjà 4h30 dans les jambes, pour d’autres ce sera pas loin de 7 heures et c’est loin d’être terminé, le prochain ravito se trouve 30kms plus loin !

Ces 30kms vont paraître très longs, si les 10 premiers sont plutôt faciles, ce n’est pas moins de 3 ascensions qui nous attendent ensuite entrecoupées de lits de rivière aux galets et pierres meurtrières pour les bras, de singles jonchés de ramassis de cailloux, cette section est terriblement redoutable jusqu’à ce dernier ravitaillement qu’on atteint par des ruelles aux pentes frôlant les 20 à 25% et par des escaliers. Tous les villages sont situés sur des promontoires, quelle idée !

medxtrem-j2-vieille-ville

Il nous reste 20kms qui ne seront pas simples même si l’organisateur a pris soin de nous éviter un terrible portage emprunté l’an dernier. Il nous faudra cette fois faire face au vent devenant défavorable, deux ascensions à gravir. Nous ne sommes plus à cela près avant d’appercevoir enfin ce village de Morella.

Rentrer directement sur Morella serait trop simple, il va nous falloir affronter une dernière descente bien technique, il faut rester lucide puis comme tout village fortifié, il va falloir gravir une belle pente pour franchir la ligne d’arrivée située au pied du donjon qui domine toute la région. Cette ascension de 2kms achèvera tout le monde: forts pourcentages, escaliers irréguliers, sentier le long des remparts et de nouveau pente à 25% pour les 300 derniers mètres, on aura pas été épargné sur cette étape mais quelle satisfaction de mener à bien cette première journée dantesque.

medxtrem-j2-vieille-ville-2

C’est le jeune coureur du team Tomas Belles – Cannondale, 3e de cette épreuve l’an passé qui remporte l’étape en 7h18, il prouve ici qu’il a franchi un nouveau pallier cette année. Xavier Borras, déjà sur le podium l’an passé également termine à la 3e place. Quand au vainqueur de la précédente édition, Milton Ramos passé cette année au team Primaflor obtient une 5e place aujourd’hui. Le membre du XC Couronne Serge Davesne, spécialiste du marathon et jamais avide d’efforts termine 1er français en décrochant une belle 26e place en 8h30. Côté Velochannel, je décroche une 31e place en à peine 9 heures, quand à Muriel, très joli chono en terminant l’étape en 10 heures. Comme l’an dernier, tout le monde ne franchira pas la ligne d’arrivée sous la barre fatidique des 13 heures et ne passeront pas les barrières horaires.


Med Xtrem 2016, étape 2

Une jolie boucle de 60kms et 2000m de dénivelé autour de Morella, jugée technique avec près de 70% de singles dans un terrain très sauvage, sous un soleil méditerranéen… Après une bonne nuit de sommeil dans un gymnase, c’est parti pour la 2e étape de ce Med Xtrem.

medxtrem-j2-escaliers

Départ à 9h dans les ruelles de Morella avec d’entrée une rafale de marches à descendre puis une rampe à 20% à gravir, ça chauffe les cuisses direct d’autant que les coureurs du challenge Pro Biker (qui shuntaient l’étape difficile d’hier, 2 jours de course donc) mettent le feu aux poudres très rapidement. Après 5kms, survient la première ascension du parcours qui va durer près d’une heure, c’est technique, il y’a beaucoup de cailloux, c’est pentu par endroits en alternant jolis monotraces et prairies d’altitude. Sur les sommets, le parcours devient casse pattes, ça monte et ça descend sans arrêt. Nous arrivons au 20e km, c’est parti pour une longue descente et quelle descente, 650m de dénivelé à dévaler et d’énormes pierriers très difficiles à franchir, c’est limite de l’Enduro et on notera beaucoup de casse matérielle à cet endroit, exigeant pour la mécanique mais également pour les organismes. En bas, passage dans l’eau pour franchir le Rio El Cortes et remonter dans le village de Villabona qui marque la mi-parcours, ceux qui le souhaitent pourront apprécier de délicieux sandwichs.

La suite sera tout aussi technique que le début avec simplement encore plus de singles, des montées techniques qui demandent beaucoup de souplesse dans le pédalage mais également beaucoup de lucidité pour franchir les nombreuses difficultés sur ce terrain cassant. Par contre les paysages au beau milieu des canyons et le panorama au sommet de la seconde ascension du parcours sont autant de récompenses aux efforts consentis.

fred-ischard-sege-davesne-med-xtrem-velochannel-xc-couronnes

Il reste maintenant 15kms à parcourir et la dernière ascension du parcours, un long single de 5kms emprunté l’an dernier en descente le long d’un torrent à flanc d’imposantes falaises, un merveilleux passage, c’est top malgré la fatigue. Les 10 derniers kilomètres seront plus faciles avec tout de même une dernière descente piégeuse avant l’immanquable remontée vers le sommet du village de Morella, différente de la veille mais tout aussi difficile. Le dernier kilomètre dans les ruelles du village sous les applaudissements est un moment vraiment appréciable.

medxtrem-rochers-j3 medxtrem-J2

C’est Josep Bettalu qui remporte l’étape du jour en 3h25 devant le leader de la course Roberto Bou du team Tomas Belles-Cannondale et Milton Ramos du team Primaflor qui remonte du coup à la 4e place du classement général. Ces trois coureurs se tiennent dans la même minute sur cette étape après avoir fait la quasi intégralité du parcours ensemble.


Med Xtrem 2016, étape 3

Réveil très matinal, 4h45 pour les plus courageux, 5h30 pour d’autres, le seul objectif étant d’être sur la ligne de départ avant le start donné à 7 heures pétantes par l’organisateur qui met le feu lors du décompte : Dres, dos, unos, salidaaaaaa ! En attendant, les visages sont crispés et les regards en disent long pour certains, tout le monde est fatigué mais il va falloir effectuer les 120kms et affronter les 2400m pour rejoindre la plage de Benicassim où est jugée l’arrivée finale de cette 3e édition du Mediterranean Xtrem.

medxtrem-jour3-départ

Départ prudent dans les rues de Morella, adieu à cette petite cité fortifiée très prisée des touristes. Escortés par la police, on ne tardera pas à se réchauffer à mesure que le jour se lève. Dès les premières pentes sur un petit col gravi par une petite route sinueuse, ça attaque dans tout les sens, le rythme est très rapide preuve que tout le monde n’est pas si fatigué… Un groupe de 20 coureurs en tête va se former au sommet pour rapidement se scinder en deux… Derrière c’est la même chose, des groupes de 10 à 15 coureurs se forment. Le tracé du jour est globalement plus rapide que ceux des 2 premières étapes. Le premier réel sommet du jour sera franchi au 30e km au terme d’une ascension sur une petite route agréable d’où l’on domine les petits massifs alentours et un impressionnant canyon. En prime de belles couleurs dans le ciel, bon pas sur qu’en tête de course, ils aient le temps de contempler tout ça !

 Le premier ravito du jour intervient après 40kms à la fin d’une longue descente rapide, un ravito qui rencontrera peu de succès à l’avant de la course mais qui fera un bien fou pour tout les autres concurrents. C’est reparti pour une trace de nouveau rapide entre vergers et lits de rivière aux gros galets jusqu’au 53e km où se dresse les pentes de la 2e ascension du jour avec 500m de dénivelé à gravir sur une éprouvante piste aux pentes irrégulières où il commence à faire chaud. La surprise du jour interviendra à mi-pente avec un ravito gardé secret où sera servi des lamelles de jambon cru local gentiment offert par le boss de l’organisation, plus qu’appréciable mais c’est à l’image de cette épreuve qui réserve de belles surprises chaque jour.

jambon-sec-medxtrem jambon-medxtrem

Au sommet de cette redoutable ascension, nous sommes à mi-parcours, une redescente d’abord très technique devenant très rapide nous mène au ravito suivant où nous attendent des tartines de Nutella particulièrement appréciés également. Nous sommes reparti et il faudra rouler au train en s’économisant en vue de la terrible dernière ascension qui nous attend. Heureusement, le profil plutôt roulant se prête bien à un rythme régulier et permettra de récupérer. Nous voici au 95e kilomètre où nous attend le dernier ravito du jour avec cette fois des viennoiseries en tout genre pour se refaire la cerise avant la dernière ascension, on peut d’ailleurs observer le sommet d’où se dresse d’impressionnantes antennes de télécommunications.

Kilomètre 100, nous entrons dans le parc naturel Palmas de Les Desertes, il nous faut maintenant gravir les 600m de dénivelé pour atteindre le sommet sur une alternance de pistes et de rampes bétonnées avec des pentes souvent supérieures à 20%. Les douleurs aux jambes sont présentes mais il faut atteindre ce sommet, la dernière difficulté de ce Med Xtrem. Nous voici au pied de ces antennes et là, le panorama envoie du lourd, c’est beau, très beau, on domine tout le littoral de la Costa Daurada de Peniscola à Castellon en passant par Benicassim. Justement, c’est ici 800m plus bas qu’il faut se rendre. C’est parti pour une vertigineuse descente à travers des pistes très poussiéreuses, des singles rapides mais piégeux et toujours quelques pierriers pour nous rappeler que même proche du littoral, le cailloux reste présent. Nous entrons dans Benicassim et les 2 derniers s’effectueront sous escorte policière avec sirène pour chaque groupe ou chaque coureur isolé, impressionnant et grisant ! 300 derniers mètres sur l’esplanade qui borde la plage de San Vicente, l’arche d’arrivée se dresse devant nous, une satisfaction pour chacun des participants venus à bout cet impressionnant défi : avoir bouclé ce Med Xtrem, réalisé 325km et gravi 8500m de dénivelé en 3 jours.

L’homme de tête, le jeune Roberto Bou du team Tomas Belles-Cannondale mettra à peine 16 heures pour boucler le parcours, Josep Bettalu vainqueur de deux étapes prendra la seconde place à 10 minutes du vainqueur. C’est le très attachant et incontournable coureur du team Primaflor Milton Ramos qui complète ce podium au prix d’une belle remontée après un coup de chaud subi sur la première étape. Côté Velochannel, Muriel sort victorieuse de ce Med Xtrem dans la catégorie féminine avec des chronos que beaucoup de coureurs masculins aimeraient realiser. Quand à moi, malgré quelques ennuis subis lors des deux premières étapes, je rentre avec un top 30 sur cette épreuve au niveau assez relevé cette année. Sur les 244 participants de ce Med Xtrem, 218 seront finishers dans les delais impartis par l’organisation, un niveau global que l’on ne retrouve pas souvent sur ce type d’épreuves. Certains finishers mettront plus de 30 heures pour boucler l’intégralité du parcours, ça mérite beaucoup d’estime.

tomas-belles-cannondale-scalpel-plage tomas-belles-cannondale-bain-mer muriel-bouhet-med-xtrem-2016-podium


Deuxième participation au Med Xtrem et je suis toujours autant impressionné par le soin apporté aux coureurs, du transport des bagages, des repas plutôt goûteux et à volonté le soir, plat chaud aux couleurs locales à volonté à chaque terme d’étape, installation hébergement en gymnase confortable et spacieux, un package d’accueil bien fourni (maillot au couleur de l’épreuve, échantillons de tubes énergétiques et pâtes de fruits…), des organisateurs parfaitement à l’écoute des coureurs et qui tiennent compte des remarques pour l’année suivante, une organisation qui d’ailleurs est très sérieuse, chronométrage parfait, des tracés particulièrement techniques sur un terrain certes très cassant mais extrêmement joueur, une première étape qui représente déjà à elle seule un défi physique hors du commun. Cette épreuve a pris beaucoup d’ampleur auprès des coureurs cette année et c’est amplement mérité car proposer de telles prestations à un prix d’inscription tel qu’il est proposé, j’avoue que ça devient rarissime. La seule particularité qui pourra rebuter certains d’entre vous reste le suivi du parcours par trace GPS, compliqué à gérer en pilotant sur une épreuve de ce niveau, ça posera quelques soucis à pas mal de pilotes, même locaux et ça peut influer sur le classement de l’épreuve. Cependant, la seconde étape étant parfaitement balisée prouve que l’organisation est en mesure de pallier à ce problème en assurant un balisage minimum sur l’intégralité du parcours tout en maintenant le principe du GPS pour s’assurer de rester sur la bonne trace.

Tout est dit sur cette épreuve, à vous de défier ce Med Xtrem qui se déroulera en Avril 2017 mais attention, cette épreuve reste limitée à peu de participants, il n’y aura pas de places pour tout le monde…

Infos et inscriptions : www.medxtrem.es

> Autres infos Evénements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VeloChannel.com sur Facebook et Twitter

Un commentaire sur “Med Xtrem 2016, le résumé complet !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.