Le vélo électrique, au delà des limites de l’acceptable ?

Le vélo à assistance électrique, une éthique particulière

Aïe, certains diront que c’est purement un article à charge contre le vélo électrique, d’autres y verront plutôt un éclaircissement… Chacun reste juge évidement. Reste que de nombreuses études (sérieuses) et discussions entre diverses parties (ONG, géopolitique, industrie) font état de problèmes de violation des droits de l’homme s’étant fortement aggravés récemment. En cause : la mobilité électrique.

Par Yannick Oven

La «Green Attitude», ce n’est pas nouveau, c’est une idéologie qui consiste – trop souvent – à déplacer une problématique environnementale ailleurs au delà de nos frontières, on dépollue chez nous en polluant chez les autres si l’on résume au plus simple. En occident, on ne veut plus de mines et notamment celles de matières premières rares, leur extraction est trop énergivore (et donc coûteuse) et sale. La transition énergétique très en vogue actuellement, assimilée aussi à la transition écologique surtout par nos chers responsables politiques, passe par une intensification massive du tout électrique pour protéger notre environnement…et relancer/développer l’économie. Si l’informatique et la téléphonie mobile ont enclenché une première hausse de la demande sur une certaine catégorie de métaux rares, l’automobile, mais aussi la mobilité électrique dans son ensemble, a su créer des catastrophes sans précédent au sein des pays en voie de développement. 2016 fut l’une des pires années, des progrès ont été réalisés depuis mais ils restent loin d’un idéal que l’on voudrait plus respectueux de la planète et de l’humanité. De quoi parlons nous exactement ? Des mines de cobalt et de cette ruée vers «l’or bleu», matière première indispensable pour la fabrication des batteries actuelles pour appareils électriques/électroniques.

De la mine africaine au consommateur

Le plus gros pays producteur de cobalt est de loin le Congo. 50% des ressources de la planète sont là-bas et l’exploitation actuelle dans le monde dépasse les 60%.

Allons droit au but, 20% du cobalt utilisé dans la fabrication des batteries qui équipent aujourd’hui – pour citer les plus connus et/ou utilisés – téléphones portables, ordinateurs, véhicules – est issu de mines artisanales employant des enfants, c’est à dire un marché noir qui explose littéralement depuis 3 ans. Des organisations telles que Amnesty International ou encore l’Unicef avancent des chiffres assez précis sur le sujet (source 2017), 40000 enfants travaillent dans les mines et très majoritairement sur l’exploitation du cobalt dans des conditions déplorables. La vidéo ci-dessous (datant de février 2017) est assez explicite.
Et le travail des enfants n’est pas le seul problème, les terres agricoles fertiles étant devenues polluées, tout comme l’eau potable qui ne l’est plus forcément…

Qui a tiré le premier ? La France et la Chine qui souhaitent depuis un moment un marché de la mobilité 100% électrique, d’autres pays les ont rejoint récemment. Véhicule propre, véhicule écolo, véhicule vert, véhicule à énergie renouvelable, zéro émission, technologie durable… Vous en voulez encore, du marketing à la sauce d’éco-responsabilité des lobbies et politiques ?
Dans les faits, l’année 2017 est l’année de tous les records avec une demande en cobalt qui a quasiment doublé, après avoir déjà bien grimpé l’année précédente, tandis que la courbe était plutôt de l’ordre de +5% par an autrefois. 2018 poursuit sur cette lancée et le prix de l’or bleu a triplé ces 2 dernières années.

Qui produit des batteries Li-ion ?

Panasonic, LG Chem et Samsung SDI sont les plus grands et très rares constructeurs de cellules qui servent ensuite à fabriquer des batteries sous plusieurs marques. Avant cela, les fabricants de cellules doivent s’approvisionner en cathodes, ces fameuses parties utilisant du cobalt, chez des industriels spécialisés qui se fournissent en matière première via des exploitants miniers à 80% chinois. On le voit, la traçabilité n’est pas évidente mais de nombreux acteurs du marché oeuvrent beaucoup pour garantir une production de batteries «d’origine contrôlée» suite aux pressions des ONG, qui n’ont pas hésité à citer en 2016 les marques incriminées dont la responsabilité est engagée en termes de violation des droits de l’homme. Amnesty International, qui s’intéresse de près depuis quelques années aux conséquences dramatiques causés par le croissance de la demande de batteries Li-on annonçait début 2018 : « Près de deux ans plus tard, certaines des entreprises les plus riches et puissantes au monde trouvent encore des excuses pour ne pas enquêter sur leurs chaînes d’approvisionnement. » Les progrès continuent, Amnesty International nous ayant par exemple annoncé en octobre 2018 avoir reçu cette année des engagements importants de la part d’une marque comme Renault (premier producteur de voitures électriques européen), qui était fortement montrée du doigt jusqu’à présent. De l’autre côté de la Méditerranée, 2018 est l’année du changement: l’Etat congolais, via son Ministère des Affaires Sociales et accompagné par la Banque Africaine de Développement, travaille pour sortir les enfants des mines (en les réintégrant dans le système scolaire dans le but de les orienter vers l’agriculture) et d’un système corrompu. Mais l’objectif fixé se situe à l’horizon 2025…

Et le vélo dans tout ça ? 

Des chiffres et comparaisons permettent d’avancer certaines réflexions sur un marché français, mais aussi européen, assez inquiétant.
Ventes France 2017 :
– 254870 vélos électriques
– 24900 voitures électriques

La Renault Zoe est de loin la voiture électrique la plus vendue en France et en Europe. Un peu plus de 40 kWh pour la batterie, tandis qu’une Tesla c’est environ le double, si l’on prend les 2 grosses références actuelles. Un vélo actuel à moteur central, c’est en général 400, 500 ou 600 Wh, soit une batterie 100 fois plus petite si l’on arrondit grossièrement. Il se vend 10 fois plus de e-bikes que de e-cars, la masse globale batterie représentative est donc de l’ordre de 10% si englobée à cette e-mobilité principale (on ne compte pas les parts plus faibles induites par le marché de la trottinette électrique, gyropode et autres saloperies du genre).

Doit-on affecter une part du problème au secteur du e-bike ? Est-ce que les marques de vélos respectent une certaine déontologie et sont-elles en mesure de contrôler l’origine de leurs matières premières ? Nous avons questionné quelques gros acteurs du marché, pas du tout bavards sur le sujet… Mais on note quelques réponses, qui nous rappellent qu’ils s’attendent à ce que les fabricants de cellules soient censés respecter le Pacte Mondial (UN Global Compact) en adoptant une attitude socialement responsable en respectant les normes ILO (International Labour Organization), un code international du travail. On s’attache aussi à défendre le e-bike, qui certes nécessite plus de ressources qu’un vélo classique mais tellement moins qu’une voiture.

Nul doute que les sociétés qui se fournissent ou utilisent du cobalt connaissent très bien les conditions de travail en République Démocratique du Congo, les ONG et la presse indépendante se chargeant d’apporter les bonnes informations. Plus étonnante est l’attitude des gros consommateurs de batteries, qui ne toléreraient pas un instant de telles conditions de travail au sein de leur entreprise, et rejettent systématiquement la faute sur leurs fournisseurs chinois. Evidement, nous consommateurs pouvons refuser d’acheter ces produits, mais n’est-il pas du devoir premier du producteur de s’assurer de la valeur éthique de son produit au lieu de ne jurer que par les enjeux économiques ?
Aucune entreprise ne devrait avoir le droit de dégager sa responsabilité dans son système industriel entier, et devrait être dans l’obligation d’informer le client final sur la chaîne entière de fabrication de son produit fini.

Pour fabriquer un vélo électrique, il faut bien davantage d’énergie (impropre) que pour produire un vélo classique, des métaux rares (on n’a d’ailleurs pas parlé des problématiques du lithium provenant d’Amérique du Sud, un autre vaste sujet) et l’impact environnemental est plus élevé. Puis vient ensuite le problème du recyclage, trop énergivore… et bien sûr la consommation électrique durant sa durée de vie. Dans cette course effrénée au toujours plus et aux nouveaux gadgets, faut il se fixer des limites ? Peut-on faire autrement ? Concrètement, avons nous réellement besoin d’un vélo électrique pour se déplacer au quotidien ou s’amuser le week-end ? Les réponses sont évidentes mais ne correspondent pas à la volonté actuelle… En conclusion, mieux vaut-il voir des enfants faire des vélos ou faire du vélo ?

Voir aussi : Le VTT à assistance électrique, une réelle problématique ?
> Suivez VeloChannel.com sur Facebook et Twitter

104 commentaires sur “Le vélo électrique, au delà des limites de l’acceptable ?”

    1. Lorsqu’on a plus les jambes ,faut-il rester à la maison et faire une dépression qui ne sera pas gratuite non plus,arrêtons d’abord les voitures ( il y a du boulot) ensuite ,on en reparlera

      1. Ne pas tout mélanger, l’handicap doit évidement être traité avec des solutions adaptées. La problématique est que l’on est ici hors handicap… hormis si l’on compte les accidents et maladies émanant des conditions de travail dans ces mines.

        1. Le handicap et le vieillissement. Jusqu’à maintenant je n’en voyais pas l’utilité ; je suis passé au VTTae cette année et j’ai 63 ans. En compensation je roule très peu en voiture (moins de 4000 km par an). Reste que je suis d’accord pour ce qui est de l’étique. Il est d’ailleurs toujours très difficile pour le consommateur d’avoir une traçabilité sur les produits qu’il achète, et pas seulement pour ce qui est électrique.

          1. D’ accord Avec vous
            J’ai 65 ans et j’ai fait les mêmes choix!
            Moins de voiture et plus d’ebike (4000/an!)

    2. Depuis que nous avons des vélos électriques, nous faisons 17 000 kms de
      Moins en voiture par an.Il n y a pas de solution miracle.Chacun doit choisir en âme et conscience.
      Nous avons fait ce choix depuis 6 ans.

  1. Et voilà comme d’habitude on nous vend une solution extraordinaire non polluantes etc.. Et après quelques années ils y en a trop et là (mais seulement là) on démoli tout et on fait marche arrière, c’est pas nouveau et ça va sûrement continuer pour les prochaines solutions miracles avenirs qui finalement n’en seront pas.

    1. Très juste.
      On nous vendu des diesels en vantant sa consommation reduite et son faible rejet d’émission polluantes. C’était même un argumentaire publicitaire et maintenant on veut nous vendre des hybrides et électroniques. Et oui le recyclage est compliqué la fabrication honteuse. Bouh aux utilisateurs de VAE mais je vais quand même garder les miens :/

  2. Malheureusement toute nouvelle technologie à ses « défauts » . Mais le monde est en marche et il faut continuer d’avancer. Ceci dit il est primordiale de faire en sorte que des enfants, où qu’ils soient, ne travaillent pas du tout..nul part!

    1. Tout à fait d’accord !
      Le problème soulevé ici, c’est le travail forcé des enfants, ainsi que les relations d’exploitation nord-sud.
      Tout mettre sur le vélo électrique, sans parler des ordinateurs, tablettes, smartphones en tout genres etc… Je trouve ça un peu cheap.
      Et faire comme si l’achat d’un vélo électrique était juste une question de loisirs, de mode…. alors que dans de nombreux cas, les gens ont fait ce choix de manière plus éclairée me semble-t-il… Choisissant une autre alternative que la voiture (électrique ou pas) pour des déplacements au quotidien de grande distance, parfois avec les courses, le bébé, l’enfant etc… impossibles à faire tous les jours avec un vélo normal. Donc le vélo électrique reste moins énergivore que la voiture, c’est incontestable.
      Si tous ces gens qui ont un vélo électrique décidaient de reprendre la voiture, serait-ce la bonne idée?
      Dites…
      Ce qu’il y a à dénoncer, ce sont les conditions d’approvisionnement du cobalt, et non pas la solution du vélo électrique dans son ensemble, me semble-t-il… ?

  3. De toute façon la terre est un élément fini ( au sens mathématiques, contraire à l’infini), donc la croissance éternelle demandée par l’économie, de plus en plus de monde, tout ça n’est pas possible, la terre et la nature ont besoin d’équilibre et de raison.

  4. Depuis le début , je pense que ces vae sont en fait des mobylettes déguisées . De plus on voit des gamins de 14 ans les utiliser ! Ou sont les vertus du sport !!

    1. Mais qu’est ce qu’il ne faut pas lire comme conneries !! Une mobilette déguisée ?? T’as déjà essayé un vtt électrique mon gars ? Si tu pédales pas ça n’avancera pas contrairement à un cyclomoteur à essence !!! Et en sortie vtt je te garantie que le cardio monte!! N’importe quoi…

      1. Mais prenez un simple VTT, choisissez un parcours moins accidenté et faites un peu moins de Km. Vous aurez le même avantage sans les inconvénients.

  5. Tout ceci ne tient pas compte de la réalité : un ve ou vae vient souvent remplacer un vehicule a combustion interne, dont les degats environnementaux et geopolitiques sont reels.
    Bien sur, si tout le monde jette son velo sec pour acheter un vae qui va faire 10km par an, c’est vrai. Alors, roulons utile !

  6. Ok,
    Mais le pétrol n’a t’il pas fait bien plus de dégats ?

    Le abolir le travail des enfants est une cause noble, mais il faut aussi aider le système éducatif, sinon où finiront ces enfants ? Dans les milices du coin ?

    Et pour ma part, 17ans, j’aime autant bricoler un vélo qu’en faire 😉
    Dixit les 6mois passés à me faire un E-bike…

    1. Un plan de réinsertion vers le scolaire pour ensuite revenir vers l’agriculture est en cours, espérons qu’il se développe efficacement face à la corruption notamment.

  7. Rouler plus vite en vae, encore plus vite, toujours plus vite! Pour vite boire une bière et manger des Chips devant la télé et gueuler sur l’état qui ne fait pas se qu’il faut ???!!!
    Je ne veux pas de cette vie de rêves éveillé où aller vite mais pas longtemps est la motivation général.
    Et pourtant j’ai fais de la compétition moto durant 10 ans !
    Non aujourd’hui avec ce que nous savons il paraît responsable de laisser nos enfants pédaler au naturel et … Nous aussi 😉
    Aillez du bon sens pour notre terre et nos enfants ou qu’ils soient sur cette planète.
    Sam Hamened-Lefebvre

    1. J’utilise un vae pour aller au travail en remplacement d’un véhicule diesel. Je ne pourrais pas le faire au quotidien avec un vélo traditionnel. C’est à mon avis une très bonne solution de mobilité bien moins energivore que n’importe quelle voiture. Il reste bien sur des problèmes sur la fabrication et le recyclage mais ça devrait pouvoir s’améliorer. Pour ce qui est des vae de loisir, ça me laisse également perplexe…

      1. Bonjour,
        Que cela vous laisse perplexe en loisir je peux l’entendre mais que faites vous dans vos loisirs si ce n’est pas indiscret?
        Vous partez en WE? Horreur vous polluez
        Vous regardez la TV? Horreur vous consommez de l’électricité nucléaire
        Vous êtes sur votre PC? idem ci-dessus

        Aucune activité de loisir n’est indispensable et sans conséquences pour l’environnement ou les populations défavorisés.

        Arrêtons de nous voiler la face nous sommes des égoïstes et des pollueurs et c’est très loin d’être une nouveauté ou d’être lié au vélo ou à la voiture électrique ! OK ce n’est pas bien mais aujourd’hui peut-on vraiment faire autrement?
        Personnellement je ne pense pas que je sois celui que ça dérange le plus de vivre au milieu de la forêt et de vivre de chasse et cueillette mais ce temps est révolu et si on me découvre on me fera interner !

    2. Cher monsieur Hamened Lefebvre,

      Savez vous de quoi vous parlez??? on ne dirait pas…
      Roulez plus vite en vae qu’en vélo classique? En côte OK mais sur le plat et en descente je veux vous voir faire. Donc en moyenne je doute que le VAE roule plus vite que le vélo classique… Enfin bon peut importe…
      Boire une bière et manger des chips oui j’aime ça surtout quand je suis entouré de mes amis et alors??? Ca fait de moi un idiot qui n’a rien compris à la vie? Ne serait-ce pas pire d’aller boire un bière et manger des chips en voiture??? ça va plus vite non (ou peut être pas qui sait… à force de nous limiter la vitesse en voiture peut être que bientot on atteindra les 25km/h)

      Je partage en effet totalement votre vision de dire qu’il est préférable de laisser pédaler nos enfants au naturel ! mais il est également préférable de laisser nos enfants pédaler dehors (assisté ou non) plutôt que de les laisser se griller les neurones des heures devant la médiocrité télévisuelle actuelle

      Autre petite question cher monsieur : etes vous naturiste? quand vous pédalez avec votre vélo vous le faite sans vêtements et sans chaussures??? si oui je vous félicite pour la logique de votre réflexion autrement avez vous 2s pris le temps de regarder les étiquettes de vos vêtements? Et en particulier le « made in… ».
      Mon dieu c’est fait en chine, en corée, vietnam… pays où les gens (et enfants) sont exploités ! Promis demain je vais au boulot à poil !

      Ah et au fait : éteignez votre PC ou smartphone et prenez votre plume et une feuille de papier recyclé

  8. Le problème est enfin posé. Il est connu de nos élus, écolos ou non, mais ignoré d’eux. On pourrait aussi parler des régions et des populations sacrifiées pour l’extraction du lithium qui est faite dans des conditions environnementales terribles.
    Il est plus que temps de voir ce débat sur la place publique ! De prendre en compte que précipiter le tout électrique chez nous sera une catastrophe environnementale et humaine chez d’autres.

    1. rassure moi tu n’as pas de bagnole , ne prends jamais d’avion et n’allume jamais le courant parceque là sur les questions de population et régions sacrifiées …

  9. En cie de mon épouse nous pratiquons le vélo depuis plus de 40 ans . La route en cyclosportif puis le vtc et le VTT dans le pays salonais . Après une interruption de plusieurs années pour cause déménagement le virus étant tjrs là mais les jambes moins vaillants avons acheté 2 vtc électriques début 2018 . Environ 2000 kms à ce jour de pur bonheur avec parfois des sorties sur revêtement varié d’ environ 55 kms . Les jambes se remusclent peu à peu car il faut tjrs pédaler et parfois très fort en jouant avec l’ assistance .. Pour nous c’ est le point positif . Reste le travail des enfants qui est un gros point noir .

    1. Bonjour, pourquoi avoir repris le vélo en passant par une assistance alors que vous êtes parfaitement valide ? Une reprise douce et une forme physique qui remonte, même faible à la base, suffisent pour pédaler. Il ne faut pas bien longtemps pour passer d’une sortie de 20 kilomètres à 50 km et +.

      1. Arrive un moment où, même en bonne santé générale, mais en n’ ayant pas fait de vélo sa vie durant, et peu ou pas de sport, excepté un peu de marche,il est appréciable de pouvoir faire du vélo. Habitant dans le Puy de Dôme, configuration autre que celle de l’ile de Ré ,je serai incapable de faire du vélo autre qu’electrique, les jambes ne répondant pas. Certes, je ne m’en sers qu’en déplacement de loisirs, en vacances en camping-car par exemple, mais c’est ma solution, combinée à de la marche, de maintenir la forme. Du fait de son travail difficile,je ne crois pas qu’une personne ayant travaillé sur des chantiers, par exemple, ait envie ou puisse faire du vélo si le corps est fatigué. Par contre, faire du Vae,
        ne peut que l’aider .
        Mais quand on est plus jeune, on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve, si l’on est en bonne santé.

        1. Merci M. Foulon de votre clairvoyance !

          Enfin quelqu’un de censé !
          Le vélo électrique n’est évidemment pas idéal mais qu’est ce qui l’est dans notre société actuelle???
          Si le vélo électrique peut permettre à des gens qui précédemment ne faisait pas de sport d’en faire ne serait-ce qu’un peu je trouve ça exceptionnel !
          Et si l’on veut parler d’économie, seule chose qui intéresse notre société actuelle, le développement des VAE permettra j’en suis sur de réduire le trou de la sécu… Et oui l’activité physique améliore notre santé ! (physique et mentale).

          PS : étant du cantal je ne peux que vous comprendre pour l’assistance

  10. Une voiture thermique contient une batterie aussi, a nécessité de l’énergie aussi pour sa fabrication et en consomme inconsiderablement plus qu’un VAE… Accessoirement mon VAE maison fonctionnait au debut avec une vieille batterie au plomb récupérée sur une voiture donc niveau recyclage c’est bien meilleur que l’usine…l’auteur pourrait proposer des solutions plutôt que juste enfoncer des portes ouvertes.

      1. Merci M. Vélochannel de nous sauver la vie !

        En effet, je vous remercie de nous informer de l’exploitation des gens dans les pays étrangers sans vous jamais nous ne l’aurions su !
        Continuez à alimenter votre site et à créer des articles polémiques afin de gagner en visibilité et de ce fait en revenus publicitaires !

          1. Je suis assez d’accord avec Bastien. Vous publiez un article sujet à polémique, veuillez à minima accepter la critique avec dignité et sur le ton de la courtoisie svp. Merci

          2. Bonjour Thierry, nous acceptons complètement la critique et restons courtois. D’ailleurs, aucun commentaire n’a été retiré et nous considérons que chaque réaction a une valeur quelle que soit sa teneur et permet de faire avancer le débat. Bastien a posté plusieurs commentaires, certains constructifs et respectant les internautes, d’autres moins pertinents et quelque peu déplacés (il n’y a pas mort d’homme non plus). Mais nous choisissons de ne pas les effacer, ce sont des réactions à chaud qui différent d’autres écrites avec un peu plus de recul, il reste important que chacun ait le droit de s’exprimer, il est cependant important d’apporter des réponses à justement ces commentaires qui flirtent avec la limite de la courtoisie en étant un peu plus direct au regard de ce que nous pouvons lire. Nous sommes restés courtois car il n’y a pour l’instant pas lieu de faire autrement.

    1. Bien dit 😉!!moi, aussi je pensais arrêter l enduro du dimanche matin pour passer au vttae !! Être un peu plus en osmose avec dame nature !et bein bingo !! j vais encore culpabiliser encore et encore et encore !!! plein le cul de tout ça !! même devant la TV on pollue et en plus on nous en fou plein la tête!!

      1. Et la pollution d’internet ? Personne en parle… des millions de données stockées dans des data-center hyper énergivores. A cela s’ajoute des milliards d’ordinateurs connectés. Et cela en fait le premier consommateur électrique au monde.
        Je ne dis pas que ça n’est d’aucune utilité, juste il ne faut pas non plus se voiler la face et systématiquement culpabiliser son voisin. Le VAE, c’est surement mieux que la moto. Ou alors, on nous aurait (encore) menti ?

  11. Article indigne, puisqu’il est entièrement à charge, et ne fournit aucune donnée comparative. Oui, l’extraction de métaux rares pollue, accapare des terres, exploite des enfants. C’est mal. Jésus nous voit d’en haut.

    Mais combien cela représente-t-il face à la l’exploitation des ressources en hydrocarbures ? Il y a un article tout aussi pourri du NouvleObs qui circule, pour nous dire qu’une voiture électrique pollue presque autant qu’un diesel sur son cycle de vie. D’abord c’est « presque », donc c’est toujours moins, et en plus il manque les trois quarts des données dans leur étude pourrave, et c’est pour un cycle de vie de xxx.000km ou une connerie comme ça. Quid de la longévité etc. ?

    Si c’est pour nous faire comprendre qu’il vaut mieux se déplacer à vélo traditionnel plutôt qu’en voiture électrique, merci pour l’info, on était au courant…..

    Donc c’est bien, on est au bord du gouffre, on a des solutions qui ne sont pas parfaites, mais qui sont TRES NETTEMENT meilleures que le statut quo, eh bien non, il faut encore continuer à désinformer dans tous les sens…. (une information incomplète étant une désinformation par omission).

    Continuez à nous vanter les dernier Shimano Di2, ça au moins c’est constructif pour le futur…

    1. N’hésitez pas à relire l’article afin de bien le comprendre. Quant à la désinformation, des sources comme l’Unicef, Amnesty International, c’est bien connu ils ne racontent que n’importe quoi, les industriels et les politiques devraient envoyer l’armée pour les dégager car ce sont probablement eux les pollueurs du monde…

  12. Article sans queue ni tête. A ce niveau là on tombe tout simplement dans la désinformation pour au moins 2 raisons:
    1) Il faut quand même être vraiment tordu pour lier le travail des enfants au vélo électrique. Les problématiques liées au mauvaises conditions de travail dans certaines parties de la planètes sont globales. Il suffit d’aller au moins une fois dans une zone industrielle chinoise pour comprendre de quoi on parle. Du sac North F@ce à la moindre feuille de carbone pour faire les cadres de nos montures tout est fabriqué dans la grande usine du monde pour un coup écologique et social désatsreux. Rien à voir avec les v.e…!

    2) Le bon vieil argument des gens de mauvaise fois. Je garde mon gros 4×4 parce qu’il existe plus écologique que la Zoé. Arrêtons de dire n’importe quoi! Un v.e c’est mieux qu’une zoé qui est elle-même bien mieux qu’un Prout Cayenne! Ce n’est en rien une logique de dire « On ne fait rien car on pourrait peut-être faire mieux que ce qui est proposé »…

    L’article n’est même pas signé… On sent combien le pseudo-journaliste était fier de son oeuvre… Décevant!

    1. Du coup, si l’on est dans la désinformation, pouvez-vous nous éclairer et nous fournir de la vraie information ? Pourquoi les ONG interviennent elles dans les mines de cobalt au Congo ? Pourquoi depuis 2016 les plus gros exploitants du secteur industriel lié à la batterie en viennent à devoir se plier à certaines obligations ? Pourquoi lorsque l’on tape « cobalt extraction » sur Google ça nous sort de la merde ?

  13. J’ai 57 ans et sans assistance électrique je ne pourrais pas monter les côtes et je me sert de mon vélo électrique tout les jours pour allez au travaille alors pour moi c’est réellement bien par contre oui voir ces petits bouts travailler me blesse les responsables les états qui laisse faire au nom DU PROFIT.

    1. Pas d’accord. C’est celui qui ACHÈTE ce genre de trucs qui est en premier lieu responsable ; le consommateur donc, pas la collectivité. C’est un peu facile, je trouve, de s’exonérer de la sorte de sa responsabilité morale. Cdlmt.

  14. Bonjour. Pour éviter d’acheter une deuxième voiture. Je vais acheter un vélo électrique justement pour emmener mon fils à l’ecole, faire les courses et pour le quotidien. Ici les routes sont niveau expert et clairement pas possible de tirer la remorque dans les montées. Il sera rechargé chez nous et nous sommes chez Enercoop. Que dois-je faire acheter une 2ème voiture ou le vélo ? Est-il possible d’acheter un vélo électrique éthique ? Merci

    1. Bonjour, le vélo à hydrogène est peut-être la solution mais il est malheureusement très difficile de s’en procurer un. Des collectivités commencent à en employer, nous avons eu des discussions sur le sujet avec l’une d’entr’elles l’hiver dernier. Nous préparons un article sur le sujet car ça vaut le coup de s’y attarder, c’est autrement plus éthique et plus propre qu’un vélo à batterie li-on.

      1. N importe quoi… et tu crois que la pile à combustible c’est mieux? Entre la production (rarement sans fossile) le stockage haute pression, et la perte dans la pile le rendement est inferieur à un moteur thermique ( 25%). Qd on c’est que pour un ve le redement depasse les 80%. Arretez de freiner l investissement vers l electrique avec votre chimères.

      2. Je suis impatient de découvrir un de ces vélo à hydrogène, mais la pile à combustible (PAC) utilise du platine, un autre métal très rare, qui quelque par doit bien lui aussi exploiter des enfants.
        Et l’hydrogène, extrait par électrolyse de l’eau ou plus généralement du méthane (CH4), très énergivore en électricité, produite par des centrales à combustible fossile (majoritaire sur la planète) ne risque t’il pas (l’hydrogène) à son tour de faire pencher la balance dans l’autre sens.
        Je pose la question, ne suffirait il pas de consommer un peu moins ?
        En attendant, je lorgne fortement vers ces PAC, qui pourraient bien être une des solutions…

        1. Les possibilités de l’hydrogène n’ont jamais été fortement étudiés car pas rentables et à rendement pauvre, on commence cependant à s’y intéresser mais le système à pile combustible n’est effectivement pas top. Reste à voir la quantité réelle de platine nécessaire, ainsi que l’impact réel global sur la planète. Sur le papier, ça semble pas trop mal mais reste à voir dans la réalité, j’ai effectivement répondu hâtivement car certaines études vantent un peu trop ses qualités en oubliant certains aspects, à étudier plus profondément donc. Reste que le « Arretez de freiner l investissement vers l electrique avec votre chimères. » montre que le problème du tout électrique et ses conséquences n’est pas aisément solvable.

          1. L’hydrogène est une solution très intéressante mais très énergivore à fabriquer.
            A l’heure actuelle, seule l’énergie nucléaire permet de fournir l’énergie nécessaire. à sa fabrication…

  15. Cet article est en effet spéculatif et peu visionnaire. A l’heure où nous parlons, Samsung s’apprête à lancer l’industrialisation des batteries au graphène c’est-à-dire 100 pr 100 carbonées. Et d’autre marques ont commencé à l’intégrer dans leur produit.

    1. Bonjour Cédric, oui, des batteries au graphène mais aussi d’autres solutions, les algues marines probablement un jour et même l’air ! Nous avions pensé faire un petit aparté sur certaines solutions à venir mais elles feront l’objet d’un prochain article. Pourquoi ? Car en cherchant bien, même si une batterie au graphène représente l’avenir, le cobalt va rester une matière première indispensable pour les batteries pour 10 années encore et à plus long terme 20 ans et probablement +, cette seconde décennie voyant davantage de systèmes autres. Spéculatif et peu visionnaire, ok, on verra donc dans 20 ans pour sortir les enfants des mines, inutile de s’en préoccuper maintenant.

  16. Si le pas est trop grand pour un automobiliste ou un motard pour passer au vélo sec, alors pourquoi pas le VAE pendant 6 mois . Acheté d’occasion et revendu d’occasion , sachant que la batterie est sujette à une vétusté rapide par rapport aux autres composants du vélo . Donc ce n’est qu’une solution partielle au problème d’exploitation d ‘enfants. Ce qui m’étonne c’est que les batteries ne soient pas composées d’éléments strandard et recyclables montés en série .

  17. « … et je suis bien content car je peux continuer à faire du vélo à 75 ans passés avec ma femme… » « grâce au VAE je peux aller au travail à vélo » « etc etc…
    Un gros RAMASSIS DE CONNERIES.
    La vérité ? Ben les gens sont des consommateurs, toujours à l’affût d’un nouveau truc à acheter, et, qui plus est, des consommateurs de plus en plus FEIGNANTS et INDIVIDUALISTES. Pas la peine de se planquer derrière son petit doigt et une prétendue « écologie » ; pour info, la solution écologique pour aller bosser, ce sont les transports en commun… Ah oui, merde, c’est moins fun qu’une trottinette électrique ! Continuons à nous laisser manipuler par des industriels soucieux de fourguer leurs produits et les pouvoirs publics qui se font leur complice.
    Perso je vais continuer avec mon VÉLO, bande d’assistés !
    Fabrice

    1. Bien dit!! He oui y a tellement de loisirs intéressants et malheureusement polluant !! quel dommage !! adieux, voiture,moto,quad, vttae,….
      Reste plus que le poney !!

      1. Oh mon dieu le poney NON ça pète et dégage du méthane gaz extrêmement polluant entrainant le réchauffement climatique ! ! !
        En même temps ce serait pas mal comme ça les gens ne pourrait pas faire de vélo élec juste de la natation !

  18. L’exemple même de la tolérance.

    Comment dois-je faire dans mon cas d’assisté ? Je n’ai pas de transports en commun pour aller à mon travail, j’habite en zone rurale. A pied j’en ai pour 2h, 10 minutes en voiture, et 30 minutes en VAE. Je ne peux absolument pas me permettre, avec toutes les côtes sur le trajet, d’arriver à mon travail en sueur et sale après cette bonne session de sport. Le VAE est donc la bonne solution écologique pour moi. Il me semble tout de même que c’est bien bien moins polluant que ma petite Clio diesel (eh oui, il y a 15 ans le gazole polluant ce n’était pas aussi public). Alors par moments ils faut simplement savoir accepter des compromis dans la vie, chaque situation est différente. Niveau pollution je suis bien moins polluant qu’avant, même si effectivement ce n’est pas encore parfait. Dois-je donc pour autant attendre la perfection avant de changer ? A ce rythme cela prendra l’éternité et on sera mort avant.

    Je ne parle pas ici du travail des enfants, dont je n’avais pas connaissance pour les batteries. C’est un point a prendre en compte dans ses choix désormais, évidemment.

    Mais en tout cas quand on entend une personne agresser les utilisateurs de VAE à coup de « bande d’assistés », de « fénéants et d’invidualistes » je n’ai en tout cas aucun doute pour identifier cette personne comme intolérante, aggressive, et particulièrement fermée d’esprit. Persuadée de détenir le savoir absolu proablement aussi.

    1. D’autant que les composants de son vélo ont ptet été fabriqués en Chine par des enfants.
      Il n’est pas si malin que cela. Les transports en commun ne sont pas écologiques… Enfin voyons !!!
      Tous à pieds bande de fainéants :))

  19. Bon tout a été dit !
    Sauf peut être que le travail des enfants pour extraire ces matières indispensables à l’électrification de nos moyens de transport ne dépend pas du consommateur (même s’il est au courant), mais bien du « gouvernement » du pays en question.
    Les ONG jouent leurs rôles en dénonçant ces faits, mais vous savez très bien comment se gèrent ces pays face aux rentrées de nouvelles richesses…
    Pour moi, les premiers fautifs sont les « gouvernents » de ces pays extracteurs.

    Je me déplace en vae pour aller travailler, en vélo classique pour le sport et en voiture occasionnellement pour le reste. Et je suis convaincu que le vae est l’avenir du transport maison-travail. Cela laisserait la place libre sur les routes pour ceux qui ont une distance respectable à réaliser et permettrait de réaliser des coûts importants sur ces matières précieuses: 1 voiture électrique = 100 VAE.
    A vouloir être trop parfait, on n’avance pas…

    1. Si vous comptez sur le « gouvernement  » de ce grand (en surface) pays dont une partie est dévastée par des bandes armées (curieusement agissant dans les zones minières.. armées par et pour le profit de..?) , ce n’est pas demain que ces gamins pourront vivre. La pression ne peut-être qu’internationale et porter surtout sur les fabricants, qui eux peuvent tout-à-fait faire pression sur leurs collègues actionnaires et gestionnaires de ces mines (qui ne sont pas des gens du coin..). Pour qu’ils y pensent,, nous, consommateurs des pays surdéveloppés sommes une clé, et probablement en grande partie en capacité de de faire changer cette horreur.

  20. Article publié sur le net, désormais principale source de consommation électrique…
    Smartphone, GPS, drones, caméras… mais aussi aspirateurs, perceuses, visseuses sans fil, etc… la liste est longue, des appareils, qui utilisent le lithium, en plus ou moins grande quantité. L’utilité de certains appareils reste d’ailleurs à prouver, certains dorment tranquillement au fond des garages.
    L’article est toutefois inintéressant, car il fait remonter certains problèmes environnementaux et humains, liés à l’exploitation du lithium. Le recyclage et la seconde vie des batterie n’est malheureusement pas traité.
    Ce qu’il faut, c’est que la recherche travaille sur des générations de batteries utilisant des matières moins polluantes. Et c’est aux industriels (principaux pollueurs de la planète de prendre leurs responsabilités).
    Quoiqu’on en dise, le vélo électrique est un loisir accessible, qui permet aux gens de pratiquer un sport doux, ludique et bien moins traumatisant que nombreuses autres activités sportives.

  21. Je roule 15000 km par an a vélo sans assistance, mais néanmoins je préfère que les gens fasse t du vae plutôt que d’utiliser leur voiture ( thermique ou électrique)
    Il est certain que le modèle tout électrique promis pour 2030 posera quelques problèmes autrement plus compliqué, en terme de ressources, le lithium étant assez limité en quantité.

  22. C’est zéro comme article, le mec qui a écrit ça il a un smartphone une tablette un ordi une télé écran plat et au moins une bagnole; et il vient faire la morale!!! Honteux!!!
    J’ai un vttae, et ceux qui sont pas contents c’est pareil!
    Montez sur un vtt et faites 50 bornes et 1500m de d+, vous verrez si ça sert à rien l’assistance. Et ceux qui roulent en moto pour la balade du dimanche avec les potes, ça sert à quoi? On leur met des pédales aux motos?
    Ramener le vae au handicap c’est lamentable, quand on ne peut pas rouler souvent on est bien content d’avoir un vae pour profiter des chemins. C’est toujours mieux que de rester dans le canapé à regarder les trucs bidons de téléréalité.
    J’ai envie de vomir tellement cet article est écrit par quelqu’un qui n’a jamais fais de vélo de sa vie.

    1. Voilà une parfaite illustration du problème, que l’on évitera néanmoins de généraliser, heureusement que tous les e-vététistes ne sont pas comme ça, que de clichés ! N’hésitez pas à lire ou relire l’article car visiblement vous n’avez pas tout saisi. Savez-vous également que des gens arrivent à faire 50 bornes/1500m de D+ de VTT sans assistance quel que soit leur niveau ? Allez faire un tour le dimanche matin sur les milliers de randonnées organisées partout en France chaque année, regardez les distances/dénivelés affichés et jetez un oeil sur le nombre d’inscrits. Et tous ces gens là, on les appelle les vététistes… Ce ne sont pas des surhommes, ni des athlètes de haut niveau, juste des personnes qui mangent normalement, travaillent normalement et pour la majorité ne s’aèrent sur leur VTT que le dimanche matin. Une sortie par semaine, entre 40 et 70 bornes pour la plupart et ils représentent facilement un bon 3/4 des vététistes. Ont-ils besoin de moteurs ? Non.
      Un peu de respect svp pour les vététistes non motorisés.

  23. La personne qui a écrit l’article porte sûrement un teeshirt, un jean, des chaussures qui sont passés tout ou partie par des mains d’enfants. Et on est des millions a faire cela .
    Ma question : que fait l’auteur pour cela ?
    Et pour info, travaillant dans le développement durable, la pire des méthodes pour changer le monde c’est de culpabiliser les gens.
    Revoyez votre copie monsieur.

    1. Veuillez effectivement nous excuser d’avoir soulevé un problème qui n’a pas lieu d’être. Nous allons refaire un article afin de promouvoir le vélo électrique pour le ramener à sa juste valeur en vantant ses nombreux atouts, en premier lieu son éco-responsabilité et son exemplarité en termes d’économie circulaire, nous nous devons d’encourager tous les cyclistes à passer sur cette nouvelle ère de bicyclettes et remiser définitivement leur vélo « musculaire ». Pardon pour ce torchon, nous allons nous excuser également auprès de nos contacts ONG pour avoir impliqué à tort leurs actions dans cet article.
      Le très récent rapport de WWF, qui sort tous les 2 ans, sur l’état des ressources animales de la planète, c’est pareil il faut leur dire d’aller se le mettre où je pense vu qu’il culpabilise l’humain ? Nicolas Hulot, on le lynche sur la place publique ?

  24. Ayant vendu des VAEs pendant 3 ans, je peux vous dire que la plupart des clients ne s’en servent pas tous les jours pour aller au boulot. Il y a un vrai phénomène consumériste autour de ce produit et cela a été exacerbé par la prime de 200€ de l’état en 2017 ! S’il s’agissait d’une prime écologique, il aurait du y avoir une prime de 400€ à l’achat d’un vélo « musculaire » !
    Je reste persuadé que les VAE ont un impact positif sur la transition voiture => vélo, et ceux qui l’utilisent comme tel n’ont pas à rougir de leur empreinte carbone. Mais qu’on ne me parle pas de nécessité ou d’écologie quand il s’agit de faire des randonnées en VTTAE ! Personne ne vous oblige à faire des distances que vos jambes seules ne peuvent pas parcourir…
    Merci pour cet article qui ose dire et montrer la vérité !
    Cela ne m’empêchera pas de fabriquer des vélos en bambou assistés mais je le ferai en connaissance de cause.

    1. Tout à fait d’accord en ce qui concerne les randonnées en VTTAE !
      J’ai entendu plusieurs fois des Vttistes me dire « grâce à l’assistance je fais maintenant des sorties de X km plus longues qu’avant…  » et je dois dire que cet argument m’a toujours laissé perplexe…quel mérite de pouvoir annoncer que l’on fait des sorties plus longues/ plus vite qu’avant…si une partie (plus ou moins importante) du résultat ne dépend même pas directement de vos propres capacités physiques et mentales ?

  25. Perso j’ai remplacé ma voiture pour un vae en ville et je ne reviendrai pas en arrière ! Astuces écolo chargez vos batteries lithium à 90%max et ne descendez jamais en dessous de 15 et vous doublez la durée de vie de celle ci! Facile avec un programmateur mécanique à 5€! C sur que rien n’est PARFAIT, du coup limiter notre consommation est essentiel ! Un Vae, consomme 500w pour 50km à pleine puissance (25kmh de moyenne en ville) la batterie pèse 3kilo de lithium , 500w c la puissance d’un sèche cheveux de 2000w pendant 15min, pourtant il me mène au boulot aussi vite et sans transpirer qu’avec ma voiture sur Nice ! Alors meme une voiture électrique ne sera jamais écologique avec c 500kilo de batterie pour 400km d’autonomie. il faut revoir nos modes de vies et arrêté de se voilé la face parceque c loin de chez nous, le réchauffement comme l’exploitation! Le VAE est bien un moyen de transport pour remplacer l’automobile (même électrique !) il est 100 fois plus écologique ! Pour faire du sport il y a les vélos ! Du coup à vous de voir si vous voulez vous renforcer et vous dépenser ou juste profiter comme un loisir , l’essentiel c de vivre en limitant notre empreinte écologique, bonne journée à tous

  26. Pour résumer la vie exemplaire de ce fabuleux auteur et journaliste émérite :
    – il ne mange pas de viande car 1kg de viande = 15 000L d’eau ( et en plus c’est de l’eau potable alors que les enfants de pays pauvres eux sont obligé de boire de l’eau croupie !)
    – il ne se douche pas pour les même raisons
    – il est naturiste. Eh oui les vêtements que nous portons sont fait par des enfants qui bossent au moins 12h/j
    – il n’a pas de chauffage chez lui car c’est consommateur d’énergie
    – il n’a absolument aucun appareil électrique chez lui
    – il fait ses besoins dans un sceau avant de les mettre au compost afin de fertiliser son potager
    – il n’a pas d’animal de compagnie parce que ça sert à rien et la fabrication des croquettes c’est énergivore
    – il tue toutes les vaches qu’il croise car elles pètent du méthane (gaz à effet de serre)
    – il ne met pas ses enfants à l’école car ça oblige pleins de gens à prendre leur voiture pour venir leur apprendre à écrire. D’ailleurs il n’a pas d’enfant parce que surement un jour ceux-ci lui demanderont de leur acheter un téléphone
    – il n’a pas de voiture bien entendu
    – il ne travaille pas. En effet il ne peut pas car il est nu et ne se sert d’aucun appareil électrique

    Donc, DIEU, notre sauveur, auteur de ce fabuleux article et de tous les commentaires qui suivent est naturiste, seul, vit dans son potager et communique par signaux de fumée ! Apportez nous la camisole s’il vous plait !

    1. En fait, ce qu’il faut peut-être comprendre est que la planète est capable d’absorber une quantité de pollution et de la traiter (aujourd’hui on en est plus là), l’industrie à tous ses étages peut traiter une demande avec une offre adaptée (mais quand le ratio de l’offre et de la demande s’affole…). Au final, dans ce monde qui n’est pas parfait (désolé d’être un brin négatif), il nous reste quand même le droit de réagir et de contrôler certains impacts et on peut notamment faire le choix de s’entourer d’appareils électroniques à batteries en tout genre ou d’en avoir une quantité plus infime. On peut acheter des fringues chaque mois et en jeter chaque mois ou plus rarement… Et dans ce très beau département préservé qu’est le Cantal où les richesses naturelles sont très fortes, il me semble que l’on peut faire la part des choses et comprendre que saloper toujours plus la planète n’est pas une solution.

        1. Bonjour Thierry, merci pour tous ces commentaires que nous considérons bien sûr. Je pense qu’il ne faut pas tout mélanger et tout confondre même si le problème de consommation actuelle doit être traité dans son ensemble. La base de l’article est le travail des enfants (et des adultes aussi) dans des conditions inacceptables, on a à peine effleuré le bilan carbone. Quant à mon véhicule personnel (construit au siècle dernier également) et mon bilan CO2 personnel au travers de ma vingtaine d’aller-retours en avion sur 45 ans, un seul billet fut acheté pour un usage loisir, les autres furent des trajets professionnels. Ce n’est certes pas une excuse mais on peut limiter les trajets professionnels tant que cela est possible. J’ai voyagé pas mal à vélo aussi car ça ne m’intéresse pas de le faire autrement, sur certaines de ces destinations d’ailleurs en profitant de quelques jours en extra, ne louant pas de véhicule à moteur sur place mais plutôt un vélo. Beaucoup de trajets à vélo au quotidien et des lieux d’habitation toujours proches du lieu de travail pour favoriser ce type de déplacement, je ne souhaite néanmoins pas l’exposer car je ne me considère pas comme un exemple et n’ai de leçons à donner à personne. Ma façon de me déplacer considère avant tout la propre efficacité sur la façon de faire le trajet rapidement et facilement tout en éliminant des contraintes même si je porte tout de même un regard sur l’impact environnemental car la nature est trop belle pour être sacrifiée.
          Je ne pense pas que comparer sa façon de vivre et de consommer avec celle du voisin est la manière la plus intelligente à adopter, il est à mon avis davantage intéressant de raisonner sur une problématique globale à régler collectivement. On avance dans ce sens à petits pas, on aimerait que ce soit à grands pas. Sur les métaux rares, le facteur pécunier reste et l’enrichissement important de quelques individus est le problème n°1. La consomation actuelle dans son ensemble, un texte intéressant ici https://www.kaizen-magazine.com/article/dominique-bourg/?fbclid=IwAR1jsY14N63fHvibN6GSukZiLwY2X_ObN05VqZN_Ra7So5EXyjX-sDVqBIw

  27. Quand les utilisateurs de vélos, que je respecte au passage, commencent à rebaptiser leur monture « vélo musculaire »… on peut quand même se demander où est, pour eux, le réel problème…

    1. Que proposez-vous comme autre expression pour distinguer — c’est parfois nécessaire, comme ici — un vélo « classique » d’un « vélo électrique » (« à assistance électrique », plutôt, mais c’est plus long) ?

  28. Reportage très intéressant et très courageux qui nous éclaire , ce n’ est pas le premier , mais qui nous place en face de la réalité, celle qui n’ est pas joyeuse . Je suis également pollueur , je ne m’ en réjouis pas .
    Donc , bravo Vellochannel, que je ne manque pas de recommander à des esprits curieux de s’ instruire .
    Restent les commentaires de Café du Commerce , ai je besoin de m’ attarder sur ses imbéciles en peloton !
    Allez , Velochannel , motivés , la caravane passe . . . . . . que les chiens aillent ronger ailleurs .
    Merci et Forza !

  29. Bon article mais conclusion réductrice:
    On est assez conscients de ces aspects, enfin je l’espère. Ce qui me met en colère, c’est la corruption généralisée, le travail des enfants « esclaves », etc.
    Les profits réalisés ne sont pas redistribués, la population n’en profite pas ou peu, on pourrait s’attendre à des investissements massifs dans des écoles, des soins, des infrastructures… Au lieu de cela c’est corruption, corruption et corruption. Quand on voit les situations dans lesquelles se retrouvent des pays où l’impôt n’est pas prélevé, où la corruption règne depuis des décennies, des pays développés j’entends, la Grèce, l’Italie et la catastrophe de Gêne, etc.
    Le vélo électrique pour aller taffer plutôt que la voiture me semble plutôt bien, mais peut-être me trompé-je…

  30. J’aimerai que l’on m’explique quelque chose , cet article à quel but ? celui de faire culpabiliser les propriétaires de vae/vttae ?
    Quelles solutions proposez vous ? aucune ? il est facile trop à mon goût de faire culpabiliser les utilisateurs , consommateurs . Aucune solution n’est proposée .
    Tout le monde est contre le nucléaire , et pourtant à l’heure actuelle est la seule source d’énergie qui réponde à nos besoins ! Les autres l’éolien , le maritime et le solaire sont complémentaires !
    Alors oui l’extraction des terres rares ( celle utilisée pour fabriquer nos batteries de vttae/vae , smartphone , pc portable etc …. ) n’est pas humaine , n’est pas écolo , mais laissez le temps aux industriels , aux ingénieurs de trouver des solutions qui répondent aux critères acceptable ! Ensuite vous râlerez parce qu’il y aura de la pauvreté , du chômage etc ….
    Être un consommateur responsable passe aussi par faire ses achats en local et de ne pas faire venir des produits futiles de l’autre bout de la planète ou du continent !

    1. Bonjour, il s’agit d’un article purement informatif et qui ne culpabilise pas l’utilisateur (nous ne sommes pas un ministère !) qui n’est d’ailleurs jamais « mis en cause » dans cet écrit contrairement aux industriels et politiques. L’article parle d’un schéma de production actuel de la batterie et du Green Washing autour de la mobilité électrique, vélo électrique compris. Apporter des solutions ? Oui évidement que l’on peut mais elles existent déjà et sont connues mais non appliquées par les premiers responsables pour les raisons pécuniaires que l’on connaît. Il est également nécessaire d’attendre de voir les premiers bénéfices (ou l’inverse) de la réforme du code minier en RDC et des actions mises en place début 2018 par le gouvernement congolais qui a néanmoins indiqué vouloir agir qu’uniquement avec le concours de tous les acteurs liés au problème, ce que souhaitent les ONG depuis toujours d’ailleurs mais l’hypocrisie autour des intérêts financiers de chacun n’est pas simple à résoudre. Le problème reste vraiment à prendre dans son ensemble pour s’orienter vers un développement économique et durable bénéficiaire à tout le monde, ce qui n’est bien entendu pas facile du tout. Ceci étant, vers les derniers maillons de la chaîne qui nous concernent donc plus directement, il est probablement possible de faire des efforts… Par exemple, Vélib, faut-il réellement près de 7000 vélos électriques (sur une flotte totale tous confondus de 20000 vélos à l’horizon mars 2019) ou peut-on s’en passer même si notamment les Mont Valérien et butte Montmartre sont effectivement difficiles à grimper ? D’autres communes françaises font du tout électrique aussi, ce n’est pas forcément utile. Les longs trajets oui, les courts à réfléchir. Côté loisir, VTTAE et E-Road, l’offre devient pléthorique, une exposition massive pour séduire le consommateur qui dans bien des cas aurait pu se satisfaire d’un vélo classique pour un plaisir certes différent. D’une manière générale, faut il se laisser tenter par tous les objets électroniques derniers cris ou se donner une limite dans cette sur-consommation permanente ?

      1. Je ne connais pas Paris et ces particularités mais de mon côté je réfléchis à un nouveau mode de déplacement pour me rendre à mon travail , alors contrairement à beaucoup de monde , je travaille de nuit ( 20h30-5h30 soit 9 h ) je vis à 27 kms de mon travail et je bosse pour PSA ( j’avoue que cela me pose un problème de conscience mais j’ai une famille à nourrir , une fille qui fait des études etc et j’avoue que l’impacte sur l’environnement et condition humaine sont mes derniers des soucis ) seulement prendre mon vélo est comment dire , sportif voir être en relation avec Jésus , pas de piste cyclable boulot maison , départementale , nationale et urbain font que ma saleté de bagnole est nécessaire . alors question que dois je faire ? J’ai l’intention d’acquérir un vélo nucléaire , est ce que cela fait de moi un esclavagiste ?
        évidement il faut adapter l’offre en fonction des besoins mais là faut il encore que les politiques et autres décideurs se mettent d’accord

        1. S’il n’y a pas de piste cyclable, le VAE ne changera rien à l’affaire : rouler à vélo dans ce type d’endroit, et de nuit en plus, est très dangereux.

          Vous n’êtes évidemment pas responsable de l’impéritie des auto.rités, qui continuent à considérer le vélo avec mépris (vu le peu d’argent qui est utilisé pour ça vs. la route).

      2. On attends le même article sur la production de vélo en asie, sur le bilan C02 des cadres carbones, sur l’éthique des vendeurs de cuissards et autre maillots à 200 euros fabriquées par des enfants, sur la pollution générée par les grandes manifestations type étape du tour roc d azur haute route et autres …. Sur les boissons énergétiques à 100 e le kilo les pneux de vélo à 45 euros les roues carbones à 3000, l’huile des freins à disques …

  31. bonsoir, même si je ne suis pas favorable au VAE (pas de filière de recyclage des batteries à ma connaissance) cela permet quand même à 3 catégories de personnes de changer leur vie:
    – redonner de l’autonomie aux personnes dans nos campagnes et qui ne peuvent plus conduire,
    – remettre les gens au sport quand ils ont eu un problème de santé.
    – réduire l’usage de la voiture pour se déplacer sur de très courtes distances.

    sur un post au dessus on parle de la prime. c’est une prime qui permet l’achat d’un VAE mais si c’est une prime à but écologique pourquoi elle n’existe pas pour les vélos sans assistance.

    au delà de tout ça, quand je vois julien absalon faire l’apogée du VAE, je me dis que c’est aussi un produit marketing

    xavier

  32. L’ancien Secrétaire du Medef ( il avait un nom à particule) disait fort honnêtement: « dans le business, la morale et l’éthique restent d’ordre privé », un peu comme la religion, en fait. Ce que tu ne fais pas un autre le fera! Ces notions sont toujours d’actualité quelque soit le discours des entreprises. Seule la loi peut les faire plier, mais entre le lobbysme, la mondialisation du Marché, les élus de tous les pays n’ont pas toutes les cartes en main et ils ne s’entendent pas en plus. Bref les peuples des pays exploités pour leur richesse minière ne sont pas prêts de voir leurs conditions de vie s’améliorer! Et à mon avis le VAE est une goutte d’eau dans les Mines!

  33. Très très bon article : le tout électrique ,vélo, voiture,trotinette ….une mode .La vieille bicyclette ,il n’y a pas mieux :j’ai une prothèse complète de genoux et les séquelles d’ un très grave infarctus .Je pratique toujours le VTT classique ,mais maintenant plus en montagne comme il ya quelques années.

  34. J’utilise un vae pour aller au travail faire mes courses et m’occuper de mes petits enfants en remplacement d’un véhicule diesel. Mes vacances , c’est un trip en VAE pendant 10jours. Je ne pourrais pas le faire au quotidien avec un vélo traditionnel. C’est à mon avis une très bonne solution de mobilité bien moins énergivore que n’importe quelle voiture. Il reste bien sur des problèmes sur la fabrication et le recyclage mais ça devrait pouvoir s’améliorer. Pour ce qui est des vae de luxe ou qui ne roulent presque pas, ça me laisse également perplexe… Les fèves de cacao pour faire le chocolat, le nuttela utilisent aussi des enfants. Je n’ai pas vu un tel déploiements d’arguments pour le démolir. Qui va se passer de son smartphone dont les composants sont aussi aux mains de mafias ? Ne soyons pas cyniques et essayons de réduire et de choisir nos consommations et battons nous à côté de ces ONG et autres pour faire interdire le travail des enfants partout.
    Mon combat c’es l’usage de la voiture individuel partout. Electrique ou pas! Pour les matières premières, pour le gaspillage et l’obsolescence programmée et pour la pollution avant qu’elles ne soient sur les routes et après. Or vous allez voir les millions de gens qui vont toucher une prime pour changer de voiture grâce au greenwhashing des états et des partis.

  35. Certes je suis d’accord sur les conditions de travail et tout le début de l’article!
    Mais comparer les vélos électriques au vélos est une grossière erreur; le comportement n’est pas le même! Les ebikes devraient remplacer les voiture… les trains ou les bus… là le bilan serait intéressant à faire et à observer… (je ne connais pas le résultat)
    Mais un article qui se vante d’être « sérieux » (introduction) et qui parle de KW/h (qui n’existe pas, on parle de kWh ) ne peut pas l’être!!! Cette différence est un détail ? Non, il montre que l’auteur n’a pas calculé lui même ces chiffres et qu’il ne sait pas de quoi il parle (j’entends par là qu’il ne comprend pas l’aspect scientifique qu’il y a derrière…)
    Donc oui c’est un problème de délocaliser la pollution et les conditions de travail des gens (enfants) est un problème grave… Mais détruire comme ça un moyen de transport raisonné n’est pas la solution !
    Quelle solution alors ? Rouler avec son 4×4 qui consomme 12 litres au 100km alors que l’industrie saurait fabriquer un véhicule qui ne consomme que 2 litres mais ne veut pas le faire car il y a trop de manque à gagner ?! Et on ose parler de lobby sur les vélos électriques…

    1. Bonjour, l’erreur concernant le / à la place d’un tiret, point ou rien a été rectifiée, merci pour la remarque, je pense cependant que tout le monde avait compris. Quant aux données sur les puissances des batteries, effectivement nous ne les avons pas calculé et les chiffres avancés s’appuient donc sur ceux des constructeurs. Je ne suis néanmoins pas certain qu’un écart faible puisse influencer la donne.
      Il me semble que nous sommes tous d’accord sur le fait qu’un vélo électrique est nettement moins polluant et moins encombrant qu’une voiture. Reste que la planète ne comporte pas les ressources nécessaires pour produire correctement et suffisamment de batteries telles qu’elles sont conçues aujourd’hui et pour de nombreuses années encore si l’on opte pour une technologie de motorisation électrique forte.
      Les vélos électriques sont à la base une excellente idée pour les déplacements, aujourd’hui on cherche à généraliser son utilisation pour les trajets utilitaires quelles que soient les distances parcourues et côté loisirs par diverses actions prononcées (politique, media, marketing…) en omettant certains aspects plutôt que de conseiller plus efficacement l’utilisateur et mettre en avant les possibilités offertes par la propulsion humaine. Et la planète, et bien une fois de plus on s’en fiche…

      1. > je pense cependant que tout le monde avait compris.

        Pas forcément, comme on le voit dans la grande confusion qui concerne l’éolien-solaire : les gens ignorent souvent qu’il y a une très grande différence entre la puissance installée (en watts) et l’électricité effectivement produite (watt-heures, watt.heures, wh), à cause de l’intermittence du vent et du soleil.

        Il est étonnant — voire significatif — qu’autant de journalistes et responsables politiques continuent de confondre puissance et énergie.

  36. Article non objectif rédigé avec un parti pris fort, dans le but de créer la polémique sans poser le débat.
    Je passe mon chemin.

    1. Le parti pris fort est celui de la défense des droits de l’homme et peut-être aussi un peu de revoir certaines choses pour tendre vers une économie circulaire nécessaire.

  37. Je vais être politiquement incorrect, mais je rappelle un fait historique et économique : le travail des enfants est inévitable dans une économie en voie de développement. Nous mêmes l’avons fait, aucun pays de la Terre n’a pu l’éviter.

    Il s’explique car c’est nécessaire pour les familles afin de subvenir à leurs besoins, vu la faible productivité du travail ; et ce n’est que lorsque la productivité économique a pu être suffisante que les parents ont cessé de s’opposer à l’interdiction du travail des enfants et à l’école obligatoire, avec tout de même une exception durant la période estivale, où ils avaient encore besoin des enfants pour travailler dans les champs – raison pour laquelle il y a 2 mois de vacances scolaires.
    Vu la réalité, le travail des enfants n’est donc pas suffisant pour condamner une technologie, dès lors que l’on sait c’est quelque chose qui fait partie de l’histoire des sociétés n’ayant pas pu se développer suffisamment pour s’en passer.
    Condamner le travail des enfants, c’est comme accabler les pauvres de pas manger du caviar tous les jours.

    Quant à la pollution, c’est un peu hypocrite, sachant que les batteries de velec ne compte que pour une petite partie de la consommation de ces ressources.

    1. En plus dans cet article on ne demande pas l’avis des enfants.
      Moi je suis sûr qu’ils sont trop heureux, en plus il y a un super CE et des frites à la cafet’…
      C’est de l’ironie, si tu penses ton commentaire (car je ne comprend la blague s’il y en a une) t’en tiens une sacrée couche !

    2. Voilà vous avez tout dit et vous me faîtes faire des économies d’énergie, j’en dépense suffisamment sur mon vélo qui n’est pas un VAE. Va falloir arrêter de tenter de nous culpabiliser sans arrêt. Merci

  38. Effectivement en plus Du probleme des batteries et de Ses constituents on oublie de rappeler que l electricite., pour alimenter Le velo Il faut continuer a la produire…. Avec centrales charbon, fuel, nucleaires et qq plus ecolo… La solution viendra et est une realite avec le velo a hydrogene… Existe et fonctionne par l ingeniosite d une Société francaise de Biarritz… PRAGMA Industries http://www.pragmaindustried.com autonomíe 100 km Temps rechargement 2 minutes… Qui dit mieux? Actuellement disponible pour flote de 5/10velos…dans 2 ans velo individuel.. Suivre les japonnais et leurs voitures a hydrogene… Toyota Miraia. Allez… Espoir pour une vraie planete un peu plus propre….

  39. Arrêté de culpabiliser les consommateurs, c’est d’abord au gouvernent congolais de mettre des règles et des lois dans son pays pour éviter le travail des enfants, mais si le prix du cobalt doit encore triplé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.