Essai longue durée : BROOKS Cambium C17

essai-selle-brooks-cambium-b17-dessus

Présentée en juillet 2013, la Cambium surprenait par une conception inhabituelle chez Brooks, le cuir étant délaissé au profit de caoutchouc et coton pour s’assoir. Pour les puristes, une Brooks sans cuir n’est pas une Brooks, tout comme une Jaguar diesel n’est pas une Jaguar. Mais ce remplacement de matériau présente bien des avantages…

La Cambium se positionne comme un complément à la large gamme de selles en peau de bête, apportant une alternative intéressante avec un produit complètement exempt d’entretien. C’est l’intérêt principal de la Cambium, la simplicité d’utilisation avec une selle quasi indestructible et réparable grâce à un châssis démontable (rails, structure, coque), qui n’a pas besoin d’être rodée ni régulièrement graissée.
Brooks a ressorti des placards un très vieux brevet déposé au début du siècle dernier, la marque s’étant alors préparée à une éventuelle rupture de cuir durant les années de guerre. Si certaines marques concurrentes ont déjà utilisé une idée proche par le passé (Wolber par exemple), Brooks innove avec ce produit résolument moderne respectant néanmoins certains codes esthétiques de la marque anglaise.

selle-brooks-cambium-face-dessus

La gamme

3 coupes pour 7 modèles proposés composent la gamme Cambium, qui reprend des géométries très proches de leurs homologues cuir. Premier modèle apparu, la C17 s’inspire donc de la B17 en termes de dimensions et elle existe également en version plus courte Swallow davantage destinée aux femmes. Enfin, des versions Carved ajourées au milieu pour soulager le périnée complètent la famille Cambium.
En clair, on a les C17, C17S, C17 Carved et C17S Carved. Inspiré de la B15, on a les C15 et C15 Carved. Enfin, tout nouveau modèle que nous présentions récemment, la haut de gamme sportive Cambium C13.

Sur le papier, Brooks « range » ses différentes C17 dans sa famille de selles destinées au Touring et Trekking tandis que les C15 et C13 sont plutôt prévues pour être utilisées sur des vélos plus sportifs de route ou VTT. Dans la pratique, il faudra aussi considérer ses préférences (habitudes, morphologie…) puisque la différence essentielle entre les modèles se situe sur la largeur de la selle – 162 mm pour la C17, 140 mm pour la C15, 132 mm pour la C13.

Construction

Une coque en caoutchouc vulcanisé qui intègre un revêtement en coton étanche, pas de collage entre les deux parties qui fusionnent, aucun risque de décollage ou plissage. Les rails en CrMo tubulaire viennent se fixer sur cette coque via une structure en aluminium. Le tout est entièrement démontable, on peut donc remplacer facilement un élément abîmé (coque, rails ou structure) en cas de lourde chute par exemple. 5 vis Torx viennent se visser dans ces 5 boulons en forme de rivets qui se trouvent sur le revêtement pour maintenir tout ça en place.

selle-brooks-nez-cambium-rivet-caoutchouc-coton
brookk-cambium-coque-caoutchouc-naturel-vulcanise brooks-cambium-avant-bec-demontable brooks-arrière-logo-aluminium

Si les selles en cuir Brooks sont toutes fabriquées en Angleterre, les Cambium proviennent d’Italie, utilisant le savoir-faire des ses « cousines » Fi’zi:k et Selle Royal, ces 3 entités appartenant à un même groupe industriel.

Longtemps

Nous avons roulé la Cambium durant plus d’une année, pas de manière suffisamment intensive pour s’assurer à 100% qu’elle est indestructible mais assez pour affirmer que l’on ne lui a trouvé aucun défaut ! Tout d’abord étrennée sur un vélo de route moderne en carbone en pneus de 23 mm, transférée ensuite sur une machine polyvalente (mais jamais excellente) Gravel/Touring/Cyclo-cross, puis enfin sur un VTT Fat qui aura été utilisé de façon sportive mais aussi en vélo-voyage chargé durant plusieurs jours sur chemins bien variés. Sorties très diverses donc, allant du déplacement urbain jusqu’à des journées de 8 heures de selle.

essai-brooks-cambium-c17-dessus tige-selle-fizik-brooks-cambium-c17

Premières impressions, si la coque est très souple – ce qui nous faisait craindre le risque d’une sensation de flou – elle permet de trouver facilement sa position et se montre finalement plutôt ferme tout en garantissant un bon niveau de confort. Elle n’est en tout cas pas molle même si cet à priori ressort au premier toucher. Un avant long et fin, un arrière large et une surface de forme creuse, la Cambium C17 permet de se caler avec efficacité mais la souplesse du matériau permet de ne pas limiter ce calage à un point précis. Evidement, la coupe plutôt sportive n’autorise pas non plus de pouvoir trouver le même ressenti tout le long de la selle mais il existe réellement une plage de calage permettant de ne pas se figer sur un positionnement trop prédéfini. D’ailleurs, si il est facile de trouver sa place, il est tout autant aisé de glisser vers l’avant si le besoin s’en ressent pour aller chercher de la performance dans certaines conditions. Bien sûr, on ne peut pas parler de confort sur cette zone effilée.
Ce matériau particulier permet donc de retrouver les avantages du cuir, à savoir une assise qui se forme à votre morphologie, pas d’effet mémoire par contre.

En terme de durabilité, ces 2000 kms environ ne permettent pas de juger une Brooks prévue pour faire plusieurs fois le tour de la terre. On peut cependant dire que son aspect extérieur n’a pas bougé d’un poil, la surface est comme neuve, ce qui est impossible à obtenir sur une selle traditionnelle même haut de gamme (sauf sur les produits où coque et revêtement carbone ne font qu’un, mais là on ne parle plus de confort et longévité…). Cette surface coton n’absorbe pas du tout l’eau et sèche rapidement. C’est un peu salissant (pas autant qu’une selle vraiment blanche, et elle existe en 3 autres coloris bien plus foncés) mais facilement lavable. Aucun grincement ou autre incident à signaler.

test-selle-brooks-cambium-c17-rivet

La Brooks Cambium C17 est une excellente selle, son poids (plus de 400g) fera sourire bon nombre de cyclistes sportifs mais les cyclo-touristes, voyageurs à vélo et utilisateurs se déplaçant à vélo quotidiennement y trouveront un intérêt indéniable. Allier confort et une certaine sportivité sur un produit un minimum chic, un mélange des genres pas évident que Brooks a réussi, la fiabilité en prime ce qui reste la marque de fabrique essentielle de la firme de Birmingham. Un produit surprenant, respectant la philosophie maison malgré l’absence de cuir et venant compléter intelligemment la gamme Brooks. Seul le prix pourra paraître élevé aux yeux de certains, pour un produit n’utilisant pas de matériaux « luxueux », mais la qualité de fabrication le justifie en partie.

BROOKS CAMBIUM C17

Les + : Concept, performance/confort, look/coloris, durabilité
Les – : Prix

Brooks_5
Brooks_7

Coque : caoutchouc naturel vulcanisé, revêtement en coton organique étanche
Châssis : rails CrMo, structure aluminium
Dimensions : 283 x 162 mm
Poids :
  417 g
4 Coloris : noir, rouille, blanc, gris anthracite

Prix public : 140 €

 

Voir également : CONSEILS PRATIQUES : Comment choisir sa selle ?

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

3 commentaires sur “Essai longue durée : BROOKS Cambium C17”

  1. Eh non, elle n’est pas indeStructible er c’est une mauvaise surprise arrivée à vélo après 2 ans d’utilisation. La selle s’est cassée en 2 au niveau du rivet avant.

  2. Bonjour,
    il m’a été offert à noël 2014 une selle Brooks Cambium C17.
    Tout à fait satisfait du modèle, je l’utilise au quotidien sur mon vélo taff…
    J’ai aussi une Swift, je suis client Brooks depuis plusieurs années.
    A ce jour, il se trouve que le caoutchouc se fissure verticalement sur le coté en milieu de selle.
    Il y a également une usure prématuré sur la partie supérieure, juste à quelque centimètre de l’avant du nez… la toile s’avère fragile à cet endroit.
    Pour un produit haut de gamme comme en général sont les vôtres, ces défauts me surprennent. Mais cela, peut évidement arrivé aussi au meilleur !
    Comme le produit est garantie 10 ans, je reste confiant qu’en à ma demande de prise en charge en service après vente ce cette la selle.
    Je souhaite vous envoyez des photos justifiant les phénomènes, en retour de votre réponse.
    Dans l’attente d’une réponse favorable, veuillez croire à mes salutations les meilleures.
    ERIC

  3. Au bout de 2 ans d’utilisation et environ 5000 kms, la selle est bien usée. Sur les deux côtés le revêtement s’est déchiré, et l’aspect initial a bien disparu sur la pointe avant. Je ne sais pas si c’est prévu pour faire plusieurs fois le tour de la terre… Visez plutôt le tour de la lune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.