Cap Nore 2021, une 25éme réussite !

Cap Nore, un week-end bien rempli 

Les 19 et 20 juin a eu lieu la 25ème édition de cet événement VTT incontournable du Sud-Ouest, mais qui mérite aussi le déplacement de bien plus loin. Alors direction l’Aude, le Pays Cathare, le petit village de Villegly juste à côté de Carcassonne et sa majestueuse cité médiévale. Dès notre arrivée, nous sommes marqués par l’accueil exceptionnel de toute l’équipe d’organisation, le club ATAC VTT, ainsi que les quelque 250 bénévoles volontaires sur le week-end. Impression qui se confirmera tout au long de notre séjour. Au vu de la bonne ambiance et de leur efficacité, il n’est pas étonnant que tout ceci perdure depuis si longtemps.

Par Oli – Photos : ATAC

Le programme débute le samedi par la Déval’Nore, randonnée à profil descendant au départ du Pic Nore (1211m), après transfert en navette depuis l’arrivée. Pour notre part, on préfère faire l’ascension directement en vélo, la route ne présentant pas de difficulté. Une fois au sommet, ce sont 30km qui se présentent à nous, 1300m de dénivelé négatif, agrémentés de quelques remontées non négligeables (presque 400m D+). La météo du Pic est capricieuse, on s’élance dans le brouillard en milieu de matinée ! Celui-ci ne nous empêche pas de prendre un plaisir fou sur cette trace très inspirée. Il disparaît d’ailleurs assez vite et on retrouve la chaleur de saison. Le terrain est très varié, on passe de sous-bois racineux à des sentiers rocailleux. Nul besoin de vélo de DH ou Enduro, un coup de guidon correct suffit à emmener n’importe quel XC moderne. Le but de l’organisation est de proposer des parcours certes techniques, mais tout en restant accessibles au plus grand nombre (et d’enchaîner le dimanche avec le même vélo). Compter tout de même une moyenne d’environ deux heures pour en finir, avec très certainement le sourire à l’arrivée.

Le lendemain c’est reparti, avec tout un ensemble de randonnées qui sont proposées, du modeste mais très ludique 25km jusqu’au raid de 100km et environ 3000m D+. On s’élance pour notre part sur cette plus longue distance. Départ à 6h30 et les premières impressions sont d’emblée excellentes, avec un enchaînement de petits sentiers virevoltants dans tous les sens. Ah, c’est sûr, les kilomètres ne défilent pas vite au compteur, on comprend assez rapidement que l’on va passer une bonne partie de la journée sur le vélo, mais vu le type de terrain qui nous est proposé ce n’est pas pour nous déplaire. Dès le premier ravitaillement (sur un total de six sur notre parcours), on se rend aussi compte que l’on ne risque pas la fringale : boissons en tous genres, biscuits, fruits secs et frais, pâtes de fruits, gâteaux… et le barbecue tourne déjà, mais on préfère réserver les saucisses pour le midi ! On enchaîne avec la remontée d’un cours d’eau à sec, jonché de marches de pierres de toutes sortes… plutôt tonique, disons. La suite est toujours très belle, et alors que l’on s’attaque aux premiers contreforts de la Montagne Noire, les orages annoncés éclatent bien. Heureusement les températures ne descendront jamais sous les 15°C, il n’y a donc guère que sur les passages les plus exposés au vent que l’on sortira la veste pluie de la poche. Souvenir d’un passage « dantesque » sur une crête, où le vent latéral empêchait presque de tenir sur le vélo, dans une vraie ambiance d’essorage de machine à laver ! Quelques douches du même genre rythmeront ainsi la journée, rendant certains passages pierreux un peu plus délicats que d’ordinaire. On retient également la diversité du parcours, alternant entre sentiers visiblement bien fréquentés, et secteurs un peu plus sauvages (par exemple la boucle additionnelle différenciant les 80/100km). Bref, on ne s’ennuie jamais. Une dernière longue ascension sur piste nous ramène au sommet du Pic Nore (cette fois bien dégagé, on profite de la belle vue à 360°), pour finir la rando avec le parcours de la Déval’Nore de la veille. Pour un plaisir identique, les parties les plus techniques étant de toutes façons à découvert et séchant immédiatement dès le retour du soleil. Après avoir essuyé plusieurs orages tout au long de la journée, la chaleur est revenue et on se surprend à devoir se vider les restes de bidons sur la nuque avant de rejoindre l’arrivée !

On finit en environ 8h de roulage, sans trop se presser et en milieu de peloton. Rappelons ici que la Cap Nore n’est pas une compétition, les pointages ayant pour seul but la sécurité de chacun. Pour autant, il faut déjà disposer d’une bonne condition physique pour se lancer sur les plus grandes distances, le terrain est exigeant, le défi bien réel, et la récompense à la hauteur des efforts fournis par chacun des 1500 participants du dimanche. On en profite pour remarquer que malgré cette affluence impressionnante (et largement méritée vu le niveau de prestation), nous n’avons été gênés qu’une seule fois par un mini embouteillage sur un sentier, cette jauge maximale semble donc bien estimée pour éviter de trop saturer les chemins du massif. A ce propos, le fléchage était parfait, aucune erreur à signaler.

Pour être tout à fait complet, notons également un nouveau circuit gravel (dans le cadre du Gravel Tour Cannondale), que nous n’avons pas testé cette année, mais les premiers retours semblaient positifs.

Rendez-vous les 19 et 20 juin 2022 pour la prochaine édition !

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.