Cami de cavalls 360 – étape 1

Nous voici au large de l’Espagne dans l’archipel des Îles Baléares et plus précisément sur l’île de Minorque pour la 7e édition de la Cami Cavalls 360, un tour complet de l’île de Minorque en trois jours. C’est parti aujourd’hui pour la première étape entre Maô et Fornells, une belle balade de 45 kilomètres.

Par Fred Ischard – Photos : Epic Camí de Cavalls 360º

Cami Cavalls 360 2021 étape 1

Flic, floc… C’est la pluie qui se sera abattu toute la nuit et l’orage qui aura éclaté mais par chance une heure avant le grand départ de l’épreuve, la météo se décide à devenir plus clémente, laissant même entrevoir quelques éclaircies. Le départ est donné à 8h15 du port de Maô au pied d’une belle montée sur une large route, de quoi étirer le peloton avant d’entrer dans les premiers singles. Nous sommes 170 coureurs au départ du mode Epic MTB, l’épreuve Trail partira 30 minutes après nous.

Sur la ligne de départ, nous retrouvons sans surprise une très grande majorité de coureurs espagnols mais également quelques coureurs français à l’instar de l’infatigable audois René Vallée qui a fait le déplacement avec quelques coureurs de son club. On retrouve également chez les féminines une athlète tchèque.

Allez, il est l’heure de se présenter sur la ligne de départ, chaude ambiance. Les animateurs espagnols savent mettre le « fuego » en attendant le coup de sifflet libératoire. Il est 8h15,c’est parti sur une montée asphalte pas très difficile mais face à un vent qui très fort. Certes on échappera à la pluie aujourd’hui mais pas au vent qui souffle à plus de 50km/h. Le départ s’effectue donc à allure correct et c’est peu avant le sommet que ça va sprinter avant d’entrer dans les chemins et dans le vif du sujet.

Pour rester prudent, on fait également l’effort sans trop se mettre dans le rouge afin de ne pas se retrouver gêner et de se mettre rapidement dans le rythme. Les premiers chemins sont assez larges et ça continue de monter vers l’intérieur des terres avant de plonger vers le littoral et rejoindre l’anse de Sa Mesquida. Cette première descente est globalement rapide et assez peu dangereuse.

On attaque la 2e difficulté, 700m de montée à 6% sur un nouveau chemin assez large le long du littoral, ce début de parcours permet de bien étirer le peloton et on se maintient dans le top 15 du classement général et dans le top 10 du classement duo. Les quatre kilomètres qui suivent seront nettement plus sélectifs, on enchaine des courtes montées raides et des descentes sur des singles côtiers très chouettes et ludiques à rouler, c’est très casse-pattes mais on ne s’ennuie pas. Au terme de la 4e montée du jour, nous arrivons à l’arrivée de la première section chrono du jour après 10 kilomètres de course. Nous passons cette ligne en 14e position et 8e chez les duos après 33 minutes de course.

Nous récupérons un tronçon de route que nous empruntons sur un kilomètre jusqu’à l’entrée du village d’Es Grau, ça permet de dérouler un peu et de récupérer de ce départ plutôt tonique et intensif. Voici le premier ravito du jour au 12e kilomètre, le temps étant neutralisé on peut prendre son temps et s’arrêter mais il ne fait pas très chaud et après 40 minutes de course, nous ne ressentons pas le besoin de nous arrêter. Allez, on file !

A partir de maintenant, nous allons entrer dans la réserve naturelle des Albuffera d’Es Grau et c’est pour cette raison que le chrono est neutralisé entre le 10e et le 30e kilomètre. On poursuit donc en roulant cette fois… sur la plage d’Es Grau, première section sablonneuse du parcours. On enchaine ensuite par une nouvelle section casse-pattes et on attaque ensuite la descente de Fondejador des Ilanes, notre première descente engagée du parcours, un mélange de pierres et de marches d’escaliers plus ou moins hautes, bref de quoi se mettre au tas et ça ne manquera pas pour nous. Bon tout va bien, on laisse passer un petit wagon de coureurs dont nos amis René Vallée et Denis Liaud qui ont bouclé les 10 premiers kilomètres une petite minute derrière nous (le temps étant neutralisé sur cette section, pas d’affolement…). On repart doucement et on profite du très joli décor sous nos yeux avec ses nombreuses criques et ces hameaux de maisons blanches. On enchaine pendant 5/6 kilomètres une bonne section casse-pattes avec des escaliers à monter et descendre, d’innombrables barrières à ouvrir et fermer et une nouvelle plage à traverser, celle de Capifort. Le balisage est globalement assez léger par endroits mais la trace GPS fournie auparavant nous permet de se guider sans aucun problème. De toute façon, on suit tout simplement le GR 223 Cami de Cavalls.

Nous voici au phare de Favaritx, nous avons 20 kilomètres au compteur et nous retrouvons une nouvelle section asphalte pendant 2 kilomètres afin de rejoindre le second ravito que l’on va également zapper, préférant rouler très tranquillement sur cette zone non chrono tout en conservant une allure constante. Les 4 kilomètres qui suivent vont également être bien techniques, on enchaine des descentes très piégeuses où il est facile de se mettre au tas mais ces singles qui tournent dans tout les sens au gré du littoral sont très agréables à rouler.

Nous sommes au 27e kilomètre, passage des prés salés d’En Caldès, heuuuuu ba en fait ce ne seront pas des prés que nous allons traverser mais une véritable piscine avec de l’eau jusqu’au dessus du moyeu, la zone a été littéralement inondée sur près de 500 mètres suite aux gros orages de la nuit ! Une fois passé cette zone inondée, nous voici au départ de la seconde section chrono et c’est parti pour les 19 derniers kilomètres de l’étape en mode à fond !

On attaque d’entrée par une montée raide qui se termine en poussage enchaîné par une succession de passages de barrières pour rejoindre le village d’Addaya. Nous retrouvons du bitume et traversons des lotissements. Nouvelle bosse sur route, relances vives pour se remettre vite dans l’allure chrono et on quitte la route pour traverser une petite forêt sur du single rapide. On va rejoindre un premier groupe qui nous a doublé dans la section neutralisée que l’on distancera assez vite. Le parcours est devenu plus roulant et les kilomètres s’enchaînent pour rejoindre la plage d’Arena d’En Castell.

On emprunte un assez long ponton en bois qui nous évite le sable mou de la plage, on passe devant des nombreuses terrasses de restaurants fermés et on enchaine sur une section cassante en montée exposée à un vent de côté à 60km/h, on peine à tenir sur le vélo et on est souvent déporté, nous faisant dériver de la trajectoire pour finir à pied. On approche d’un second groupe mais également du dernier ravito du jour situé au 35e kilomètre.

Il ne reste que 10 bornes, on zappe donc ce ravito et ne perdons pas de temps en traversant à toute vitesse les lotissements de tourisme de la station balnéaire de Son Parc. Les 10 derniers kilomètres seront les plus roulants du jour, on quitte le littoral pour emprunter des chemins larges et rapides dans la forêt, on rejoint un nouveau groupe conséquent que l’on fait exploser, on traverse nos dernières énormes flaques et nos trous d’eau avant de retrouver la dernière section d’asphalte nous menant jusqu’à l’arrivée. Les 4 derniers kilomètres s’effectuent sur une longue ligne droite sur route avec vent pleine face, heureusement nous bouclons cette étape en compagnie de deux équipes et franchissons la ligne d’arrivée après 2h50 de course pour effectuer les 46 kilomètres du parcours qui cumulaient « seulement » 800 mètres de dénivelé mais sur un profil très casse-pattes et rythmé.

Au final, à l’addition des deux sections chrono, nous terminons 13e au général et 6e au classement duo après 1h27 de temps cumulé, à 15 minutes du duo Jasper Ockeloen et Wolfgang Krenn du team Kaiser qui sont également en tête au scratch devant les deux premiers solos Ismael Ventura et Daniel Gathof.

Place à la récup après ces trois petites heures de vélo, un gymnase nous accueille et nos sacs de rechange laissés au départ nous attendent. On peut donc prendre une douche et se restaurer, un délicieux ravitaillement nous est proposé avec pâtes/riz, gâteaux, boissons, confiseries, cafés. De quoi ressortir du gymnase le ventre plein. L’organisation aux petits oignons nous assure ensuite le transfert pour nous et nos vélos jusqu’à notre hôtel situé à l’autre bout de l’île mais il nous faudra à peine plus de 30 minutes pour rejoindre l’hôtel de course, de standard très confortable et c’est également un aspect très appréciable !

Cami Cavalls 360 2021 étape 1

Demain, place à la 2e étape qui sera l’étape reine du week-end et partira à quelques kilomètres de l’hôtel dans la ville de Ciutadella pour rejoindre la ligne d’arrivée d’aujourd’hui à Fornells pour cette fois explorer l’ouest et le nord de cette île de Minorque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.