Alps Bike Festival deuxième, le résumé !

L’Alps Bike Festival, un bien bel évènement qui respire la montagne et le reblochon ! La Clusaz, charmante petite station de ski de Haute-Savoie, nous accueille l’espace d’un week-end pour une fête du VTT sous toutes ses formes et nous avons pris part à l’épreuve XC Marathon qui servait de support à une manche UCI Marathon Series.

Par Fred Ischard- Photos : Clément Hudry Photography

Du joli monde au départ de cette manche UCI Marathon Series malgré la concurrence de la Hero Sudtirol Dolomites ou du raid Evolenard le même week-end, on retrouve beaucoup de coureurs voisins suisses et italiens… Le départ est donné pour 84 kilomètres et 3500 mètres de dénivelé. Ca s’élance très vite sur une montée route pour sortir de La Clusaz et prendre de la hauteur. D’entrée de jeu, on s’attaque à une montée de 6 kilomètres et 500 mètres de dénivelé quasiment que sur piste, au moins pas de risque d’embouteillage… Un groupe d’une quarantaine de coureurs s’isole déjà en tête alors que derrière, chacun prend son rythme. On passe un premier single pendant un kilomètre avant de remonter une piste et d’attaquer notre première descente du jour.

Chouette descente sur un single avec quelques passages trialisants et une adhérence précaire sur les pierres et racines glissantes, un orage étant tombé en début de matinée et rendant les sous-bois piégeux, par contre pas de pluie pour le moment. En bas de cette descente, on traverse la route du col des Aravis et on prend un nouveau single de montagne bien chouette à travers les alpages. Ce début de parcours est plutôt très alpin. Seconde difficulté du jour nettement plus courte que la première pour monter au col du Merdassier à 1500 mètres d’altitude, trois kilomètres de montée sur un chemin glissant en sous-bois. Passage au sommet du col après 16 kilomètres de course et voici le premier ravito à ne pas négliger car l’épreuve sera longue. Petite liaison plate de trois kilomètres sur une piste roulante pour rejoindre le col de la Croix Fry et voici la 3e montée, une piste de ski droit dans la pente pendant un kilomètre, voilà qui demande déjà énormément d’énergie pour passer en vélo jusqu’au sommet d’un télésiège, on bascule sur une descente pentue et rapide pour revenir au col du Merdassier. On se lance sur une nouvelle jolie petite boucle pour repasser au col de la Croix Fry, un peu de piste et un single type XCO avec passages techniques, bref sympa et ça occupe. On part ensuite visiter le massif de Beauregard, c’est un peu moins chouette niveau pilotage mais ça reste tout aussi beau niveau décor, alternance de montées très raides et de descentes rapides, cette section étant rendue bien humide par les orages.

Passage au second ravito du 28e kilomètre et c’est parti pour la très longue descente du jour, 700 mètres de dénivelé négatif et 10 kilomètres de descente intégralement sur un single hyper piégeux au milieu d’un tapis de racines glissantes. Nous sommes tout en bas à St Jean de Sixt, un peu de répit lors de la liaison roulante pour rejoindre la station du Grand Bornand. Nous voici à mi-parcours, ravito du Grand Bo comme ils disent ici, bon par contre niveau météo ce n’est pas le grand beau, le ciel reste menaçant et des orages s’annoncent. Plein de bonnes choses sur ce ravito dont des barres « Baouw » délicieuses aux parfums peu communs. C’est parti pour 20 kilomètres de montée et 1000 mètres de dénivelé, autant dire la principale difficulté du jour. Le début est roulant sur une petite route mais ensuite la pente se durcit toujours sur du bitume avant d’attaquer un portage de dix minutes sur un single. On retrouve une piste où il faut encore pousser le vélo. C’est vraiment difficile pour tout le monde, le mental entre en jeu pour parvenir au sommet d’un télécabine. Une petite descente sur un single piégeux nous permet de récupérer avant de reprendre le cours de notre ascension. Traversée du hameau du Chinaillon au pied du col de la Colombière et on remonte à l’assaut du col des Annes, une piste de six kilomètres vraiment difficile avec un très fort vent de face et de la pluie. Enfin le sommet de cette atroce montée, on bascule vers le col des Annes à 1700 mètres d’altitude un peu en contrebas où est situé le 4e ravito. La section qui suit est nettement moins physique mais pas facile non plus, on roule sur une crête sauvage, un single où il faut souvent pousser le vélo, c’est très joli d’autant que le soleil commence à arriver. Nous voici au hameau de l’Arpettaz, lieu du dernier ravito, il nous reste 11 kilomètres que l’on nous annonce plus roulant.

On effectue le tour du massif du Danay qui nous sépare de La Clusaz, intégralement sur piste très roulante et en légère descente avant d’affronter la dernière montée du jour longue de trois kilomètres pour remonter au hameau des Confins… Les quatre derniers kilomètres seront rapides et roulants, petit single sympa pour finir et voici l’arrivée au cœur de la station que je franchis quelques secondes derrière la suisse Florence Darbellay, 2e Dame. C’est l’homme en forme du moment, le suisse Konny Looser qui remporte cette épreuve en bouclant les 84 kilomètres en 4h40. Le britannique Ben Thomas prend la seconde place à 25 secondes et le suisse Emilien Barben complète le podium à 3 minutes 20. Chez les dames, l’allemande Bettina Janas remporte la victoire devant la suissesse Florence Darbellay et la britannique Rebecca Leaper.

A l’arrivée, une petite bière (avec ou sans alcool) nous attend accompagnée de morceaux de reblochon et d’une succulente tartiflette. Le soleil étant revenu, l’ambiance est très animée sur l’aire d’arrivée, les enduristes bouclant également leur épreuve, celle-ci étant remportée par Hugo Pigeon devant Kilian Bron à une petite seconde et Alexis Lebert à 33 secondes. Morgane Charre remporte l’épreuve chez les dames.


Le samedi, place au XC Bélier, la plus courte des épreuves XCountry du week-end. Un parcours de 23 kilomètres était à couvrir et c’est le jeune coureur français Alexandre Langlais du team Radon Bike qui remporte l’épreuve en 1h06 avec 3 minutes d’avance sur le suisse Oliver Zurbrugg et 3 minutes 30 sur l’allemand Andreas Kleiber, les deux derniers cités ayant déjà disputé l’épreuve XC Marathon la veille et participant au challenge ABF Trophy. L’après-midi est consacrée aux épreuves cadets, kids et à la seconde épreuve enduro remportée une nouvelle fois par Hugo Pigeon qui gagne le challenge Enduro devant Alexis Lebert et Emeric Ienzer. Chez les dames, Morganne Charre remporte aisément le challenge en intégrant le top 20 du scratch.

Le dimanche, place aux randos et à l’unique compétition du jour, le XC ABF et ses 47 kilomètres, support de la 3e et dernière épreuve du challenge XC Trophy. Alexandre Langlais, décidément en pleine forme remporte également cette épreuve en 2h17 avec 2 minutes d’avance sur Lucas Lesoin et 3 minutes 20 sur Oliver Zurbrugg qui remporte ce challenge ABF XC Trophy devant Andreas Kleiber et Sascha Schwindling. Camille Chauvin remporte le challenge chez les dames.

Nous sommes ravi d’avoir découvert cet événement qui vaut le coup pour le concept d’un week-end à la montagne sur une belle fête du VTT, super ambiance, reblochon et bière et tartiflette à l’arrivée, nous n’avons pas été déçu.. Pour le parcours, on aime… ou pas !Un peu comme la MB Race voisine, les montées sont vraiment physiques, les descentes techniques mais très jolies sur des singles rendus très glissants en forêt, en tout cas un événement montagne bien costaud qu’il ne faut pas négliger et qu’il faut cocher à son calendrier.

Infos et résultats : www.alpsbikefestival.com

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.