24e Roc Laissagais

Roc Laissagais 2015

Nous voici rendu cette fois ci à Laissac, une petite bourgade de 1600 habitants nichée au coeur de l’Aveyron tout près de Rodez. Une région plutôt méconnue mais où les gens se bougent pour promouvoir leur territoire, la preuve car la ville de Rodez accueillera le tour de France cette année. On y ressent donc cette atmosphère dès notre arrivée, l’accueil est plutôt chaleureux, les commerces locaux adorent faire partager leur terroir et tout le monde est unanime, le Roc Laissagais est devenu un des évènements majeurs chaque année dans ce village.

Texte : Frédéric Ischard – Photos : Frédéric Machabert

Roc Laissagais Fred 2

En effet, cette épreuve en est déja à sa 24e édition et ce n’est sûrement pas par hasard si elle fêtera son 25e anniversaire en accueillant le championnat du monde XC marathon l’an prochain. Une organisation parfaitement rodée dû au fait que Pierre Boyer et toute son équipe ont laissé le temps à cette épreuve de grandir, tout d’abord à l’échelle régionale qui deviendra au fil du temps une épreuve nationale incontournable sur un parcours de 55 kms. Le Roc Laissagais se développera ensuite en adoptant un nouveau format, parcours rallongé devenant au fur et à mesure de plus en plus technique, puis plus physique afin d’y accueillir les championnat de France XC Marathon et à deux reprises une manche des UCI Series Marathon.

Roc Laissagais Kids

Le samedi est consacré aux épreuves d’ouverture de la manifestation car pas question pour les organisateurs d’ôter le format de course historique pour autant, celui qui aura fait connaître cet évènement, les randonnées à l’honneur également en cette journée avec les « Randos d’Or » permettant de découvrir la région sur des parcours touristiques autour du canton de Laissac et enfin les compétitions « jeunes » l’après-midi pour assurer l’avenir et les futurs champions. Certes le public n’est pas venu en masse mais le non moins reconnu animateur Eric Davaine va parfaitement orchestrer ce début de week-end.

Le dimanche, place à l’élite mais pas que… En effet, si pour une bonne cinquantaine de coureurs, l’objectif est clairement de viser une place et marquer des points UCI, pour d’autres cette épreuve représente un défi, celui de boucler les 92 kms de ce parcours qui sera support du mondial 2016. Ce sont donc 166 coureurs qui se présentent au départ de l’épreuve reine et bien évidement je fais partie de ces participants curieux de découvrir ce tracé.

Chez les dames, ce sont tout de même près de 70 kilomètres à boucler avec une favorite en la personne de la britannique du team Topeak Ergon, Sally Bigham, vainqueur en titre des UCI Series 2014. Elle sera accompagnée par une trentaine de compétitrices qui partiront 30 minutes après les hommes.

Roc Laissagais 19

8h45, c’est la mise en grille et ça ne rigole pas, chaque coureur est placé en fonction de son rang UCI puis en fonction de sa catégorie FFC. On ressent l’atmosphère et le professionnalisme d’une course internationale même si certains coureurs se retrouvent curieusement placés sur des lignes assez éloignées, je vais par exemple me retrouver aux côtés de Luis Pinto, Periklis Ilias, Simon Gegenheimer ou Robert Mennen, des coureurs faisant pourtant figure de favoris pour la victoire.

Roc Laissagais Fred

 9h, le départ est lancé et ça va de suite vite, très vite. Le parcours est roulant durant deux kilomètres afin de sortir du village, l’allure est très vive, chaque coureur désirant se placer pour aborder la première ascension dans de bonnes conditions. Nous y sommes, et nous voici sur une montée de 10/15 minutes où le peloton explose complètement mais quelque soit le niveau, ça ne fait pas semblant et chacun monte sur un rythme élevé pour trouver un bon groupe.

Roc Laissagais 14 Roc Laissagais 13

On attaque ensuite la première descente, du single rapide à slalomer entre racines et pierres avec des virages fuyants, c’est grisant et plutôt fun mais chaque erreur de trajectoire peut très vite nous envoyer dans le décor. Pour ma part, je me retrouve dans un groupe qui roule à bonne allure mais les 15 premiers kilomètres sont truffés de montées raides où il faut parfois bien choisir sa trajectoire pour éviter les profondes ornières mais aussi sur des montées humides voir grasses dans les ruisseaux comme ce chemin creux bien boueux jonché de pierres glissantes. C’est technique mais usant et très physique car les montées s’enchaînent très vite, on ne grimpe certes jamais très haut mais c’est répétitif.

Roc Laissagais 17 Roc Laissagais 16

Nous arrivons au 20e km et on attaque une nouvelle descente sur un single. On se régale, ça tourne dans tous les sens, des petits sauts de partout, du caillou… Rien de bien engagé mais c’est super ludique, du coup en l’espace de 5 minutes on oublie les enchaînements de difficultés précédentes.

Jeff Roc Laissagais 1

Nous voilà maintenant au sud de la forêt des Palanges où nous abordons une boucle de 20kms que les dames shunteront, une boucle au profil toujours aussi casse-pattes mais plus roulante avec une succession de pistes. Il est indispensable de s’économiser sur ce tronçon car l’arrivée est encore lointaine et certains coureurs se feront piéger en présumant de leurs forces.

Roc Laissagais §

Me voici à mi-parcours avec déjà 2h35 de course et inutile de se le cacher, les organismes commencent à fatiguer mais les montagnes russes de l’Aveyron se poursuivent. Ca monte et ça descend sans arrêt, des ascensions en tout genre parfois sur piste ou alors droit dans la pente sur des racines, encore ce chemin creux technique et difficile emprunté au 15e km que l’on doit escalader une seconde fois au 50e km mettant le moral à rude épreuve. A côté de ces nombreuses difficultés, nous sommes récompensés par de très jolies descentes comme ce sentier typé enduro tracé et bien travaillé avec petits sauts, double bosse, enfilades entre les arbres, virages relevés, guidonnage sur racines. Un terrain de jeu surprenant, un mélange entre Xtrem sur Loue et Granit Montana.

Roc Laissagais 12

Ensuite, c’est la barrière horaire du 65e km qui jouera quelques tours aux attardés ou aux coureurs n’ayant plus la force de continuer. J’y subirais également un sale moment sur cette section difficile, le sentiment d’abandon flirte l’esprit mais il faut toujours se raccrocher à quelque chose pour continuer, la boucle roulante avant la mi-course m’ayant bien asphyxié.

Roc Laissagais 7

Il reste 25kms, le décor est varié, sortant de temps en temps du massif forestier en alternant prairies, chemins de campagne, singles en sous bois et passages de ruisseaux jusqu’au fameux kilomètre 74. L’entame de la dernière ascension s’avère très dure, 300m de dénivelé à escalader avec des pentes très difficiles sur une piste empierrée suivie d’une vaste prairie qui tue l’organisme et le mental, mission petit braquet avec comme objectif de tout monter à vélo.

Nous arrivons maintenant à la dernière zone technique, il reste 13 kilomètres à profil descendant mais entrecoupés de courtes montées raides dans la pente qui cassent le rythme. Je suis comme la plupart des coureurs au bord des crampes et en plus de cela on aura droit à des passages dans de véritables mares de boue. Voici enfin la dernière montée également sur prairie avec ce grand virage à gauche interminable qui assomme tout le monde. Enfin, le panneau des 5 derniers kilomètres avant de filer sur Laissac pour boucler ce magnifique tracé qui exploite parfaitement tout ce massif forestier qui surplombe Laissac. J’en terminerais au terme de 5h17 de course pour venir à bout de ces 92kms et 3100m de dénivelé, les organisateurs ne nous ont pas menti, ça grimpe dans cette région !

Roc Laissagais 15

En tête de course, malgré l’opposition du vainqueur en titre Hector Leonardo Paez en début de course, c’est le portugais Tiago Ferreira qui confirme son excellente forme du moment en remportant l’épreuve au terme de 4h09 de course en devançant l’italien Samuele Porro et l’allemand du team Topeak Ergon Robert Mennen de 30 secondes. Christophe Bassons termine 1er français en décrochant une très jolie 16e place, on retrouve ensuite Emeric Turcat à la 22e place juste devant le toulousain du team Addiktiv Nicolas Cambus à la 23e place. Classement complet en cliquant sur ce lien

Roc Laissagais 9

 Chez les dames, la britannique Sally Bigham a largement dominé cette course en remportant l’épreuve avec tout juste 4h de course, 15 minutes plus loin, on retrouve la sociétaire du team BH Sr Suntour Hélène Marcouyre et la belge Marlies Beckers. Classement complet sur ce lien

Roc Laissagais 11

Une édition 2015 parfaitement réussie pour Pierre Boyer et toute son équipe qu’il faut vraiment féliciter car cette épreuve possède tous les ingrédients pour que ce mondial 2016 soit une vraie réussite, en tout cas cette distinction est amplement méritée et sa place dans le calendrier national n’est pas usurpée. Ne reste donc plus qu’une chose: se qualifier pour faire partie de la fête en juin 2016 !

Roc Laissagais 1

> Autres articles Evénements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Un commentaire sur “24e Roc Laissagais”

  1. Très bon résumé du roc marathon homme,que de bon souvenirs,sauf que pour info, un intelligent de L’ UCI qui voulait rentrer chez lui plus tôt, n a pas respecté son propre règlement (règlement sur la page du roc laissagais, mini 10 km/h). AU 63 kms, Il a arrêté plusieurs coureurs amateurs et passionnés qui gérait leur course et roulaient à une vitesse de 12 kms de moyenne pour arriver au bout de cette épreuve dans de bonnes conditions.
    Je fais parti de ceux qui on eux le dossard arraché par cet individu, cela est totalement inadmissible, c’est une honte.
    Merci pour le respect des passionnés qui se préparent à cette épreuve et en font la publicité depuis des mois pour espérer passer sous la banderole finish.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.