Test du LOOK 796 Monoblade

Une nouvelle référence

interdites sans l'accord de l'auteur.

Cela faisait trois ans que la société française Look n’avait pas sorti de vélo de contre-la-montre. Trois ans de développement pour se replacer sur un marché où les grandes marques rivalisent d’ingéniosité. Savoir-faire et technologie sont au rendez vous, pour une pièce unique, élitiste et exigeante.

Texte et photos : Sylvain Pigeau

Dans le milieu des années 80, la société nivernaise s’est faite connaître en créant la première pédale automatique et a été l’une des pionnières des cadres en composite et des vélos aérodynamiques. Toujours à la pointe dans le domaine, Look a aussi été l’un des précurseurs dans l’intégration des jeux de direction et de la modularité du poste de pilotage grâce entre autres à l’Ergostem, cette potence à articulations, ou encore avec le pédalier monobloc Zed. Le 796 s’inscrit dans cette logique, et c’est un vélo rapide et très rigide. Seul le choix des roues vous permet d’adapter son comportement. Pour ce vélo, quatre montages sont disponibles de 8 999 à 12 999 €. Soit en Mavic Ksyrium Elite, soit en Mavic CXR 80 comme notre vélo d’essai.

LOOK

Le 796 est avant tout un vélo de contre-la-montre. Il a été développé, en premier lieu, selon les normes définies par l’UCI. Le reste est affaire d’adaptation pour le triathlon par exemple. A l’athlète donc de trouver des systèmes additionnels pour intégrer les éléments d’hydratation et de stockage. Clairement, la société nivernaise n’a pas cédé aux tendances du moment, là où certaines marques placent des éléments supplémentaires pour gagner en aérodynamisme. Ici c’est l’inverse. A nu le vélo est prêt à prendre le départ de n’importe quelle course.

Copyright : Sylvain Pigeau TRIATHLETE MAGAZINE Tous droits réservés. Copie et utilisations interdites sans l'accord de l'auteur.LOOKCopyright : Sylvain Pigeau TRIATHLETE MAGAZINE Tous droits réservés. Copie et utilisations interdites sans l'accord de l'auteur.LOOKLOOK

Câblerie totalement interne, frein avant intégré et, détail parfait selon nous, Système électronique rangé dans le tube horizontal. Avec les diodes pour le niveau de charge des batteries, la grande classe ! Il faut simplement démonter la petite trappe pour avoir accès à la prise pour le chargement. Nous n’avons touché à rien et simplement espéré n’avoir aucun réglage à effectuer. Franchement, en y regardant bien, la moindre opération de maintenance nous semble coûter plusieurs heures… C’est un élément à prendre en compte pour les cyclistes qui voyagent ou qui aiment effectuer des opérations de mécanique.

LOOK

Pour conserver une douille de direction fine (et donc très aérodynamique) tout en favorisant l’intégration de la gaine de frein entre autres et sans sacrifier la rigidité, le pivot fourche a été ramené à 19 millimètres. On y ajoute le système exclusif de fixation de la potence et du cintre. L’ensemble est très rigide et incroyablement fonctionnel. Il intègre également les gaines de frein. Comme à l’habitude chez Look, toutes ces innovations sont brevetées. La liaison avec le guidon au niveau de la potence n’est pas ronde et maintient donc le cintre dans une position parfaitement horizontale, pour améliorer l’aérodynamisme encore une fois. Selon Look, cela permet d’économiser quatre watts à 50 km/h. Le cintre est réversible et dispose d’une position haute et basse. Les extensions et les accoudoirs sont complètement modulables, avec des entretoises et un « bridge » au centre qui permet de faire varier l’inclinaison des extensions. L’ensemble est stable et très rigide. Le 796 est disponible en trois tailles de cadre et deux tailles de potence. Chaque taille de cadre permet d’être légèrement « à cheval » sur la taille supérieure ou inférieure. Ainsi, il est possible de choisir pour les mêmes cotes, un cadre plus petit ou plus grand sans déséquilibrer l’utilisateur. Certains préfèrent un vélo plus petit pour garder de la tonicité quand d’autres veulent un vélo plus grand pour le confort.

LOOK

Le nouveau pédalier ZED 3, a la particularité d’être constitué d’une seule pièce. Disponible en trois tailles, il permet de couvrir toutes les tailles de manivelles avec une came spécifique, des longueurs 155 à 175. Il est aussi possible d’installer des plateaux en entraxe de 110 ou 130 mm.

LOOK

Look a décidé de placer un étrier Direct Mount en dessous de la boîte de pédalier. Le frein avant est lui directement intégré dans la tête de fourche, le réglage s’effectue via une trappe. Comme sur d’autres vélos du même type, le dosage demande du doigté, surtout sur le mouillé. Nous avons été parfois surpris de la puissance de l’ensemble. Sur route humide, nous avons poussé les boyaux Mavic dans leurs retranchements. Et avec un vélo aussi rigide, on peut vite payer l’addition…. En cas d’utilisation de jantes de largeurs différentes, un kit de rondelles (à placer derrière les porte-patins) est disponible pour le frein avant, ce qui rend le réglage plus simple, sans toucher au câble.

LOOK

Relancer, mettre du braquet, aller vite, faire face au vent : les qualités du 796 favorisent les gros rouleurs, mais avec des roues moins rigides et moins exclusives que celles proposées pour notre essai, son comportement s’adoucit, tout comme sa capacité à passer les bosses. Sur terrain plat et même en montagne il est difficile de prendre le 796 en défaut. Là encore, le choix des roues est important. Avec des roues aéro de profil 80 mm comme les CXR vous pouvez profiter de tout le potentiel du Look sur tous les parcours roulants, en n’oubliant pas de gérer intelligemment vos braquets. Idem avec une roue lenticulaire, ce type de matériel renvoie évidemment une énergie exceptionnelle sur les portions roulantes.

LOOK

Les CXR 80 peuvent vous « balader » avec le vent à haute vitesse. Les petits gabarits doivent dans ce cas  mettre une roue de 40 mm de profil, ou moins, à l’avant. Le 796 reste rigide et très exigeant. Dans des pentes inférieures à 8%, avec des braquets adaptés et une bonne vitesse de jambe, il n’y a aucun problème. Ce qui lui permet d’être à l’aise aussi bien sur des contre-la-montre courts, que sur des triathlons longue distance. Dans ce dernier cas, l’athlète doit adapter des éléments pour l’alimentation et la réparation. Le tour est alors joué.

LOOK

Look nous propose un vélo d’exception, exigeant sur le terrain comme pour le porte monnaie. Selon Look, l’intégration et les gains aérodynamiques justifient le sacrifice de certaines de nos habitudes. Ainsi le 796 n’est pas compatible avec des transmissions mécaniques. Avec ce type de machine, l’utilisateur passionné (et bien entrainé !), trouve un modèle de perfection pour sa pratique (contre-la-montre ou triathlon). Il peut aussi adapter légèrement le comportement du 796 par le choix des roues, en fonction du terrain.

LOOK 796 MONOBLADE
nwm-test-look-796-monoblade-30
Cadre : carbone HM, IM et HR 1.5K
Fourche : carbone Look 796 Monoblade frein intégré
Dérailleurs : Shimano Ultegra Di2
Leviers : Shimano Ultegra Di2
Cassette : Shimano Ultegra – 11/25 dents
Pédalier : Look Zed 3 – 52/39 dents
Freins : Look Aerobrake 2 à l’avant et Shimano Dura-Ace Direct Mount à l’arrière
Roues : Mavic Cosmic CXR 80
Boyaux : Mavic CXR Ultimate GripLink 700 x 23
Cintre : Look Aeroflat
Potence : Look Aeroflat
Selle : Fi’zi:k Tritone
Tige de selle : Look Aeropost
Poids : 7,8 kg (sans pédales, en taille S/M)
Poids du cadre : 1350 g
3 tailles : XS/S, S/M et L/XL
Prix public :  10 999 € (sans pédales). Option en Mavic Ksyrium Elite : 8 999 €
nwm-geometrie-look-monoblade-796nwm-geo-tableau-look-796-monoblade

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *