Test du groupe SRAM Force 1

Sram_Force_1_Action 3

11 vitesses sur un plateau

Sram exploite au maximum les possibilités offertes par les cassettes à 11 pignons pour proposer un groupe muni d’un seul plateau à l’avant. Performances, simplicité et facilité d’entretien sont au rendez-vous, tout comme la large palette d’utilisation, sauf pour le cyclisme sur route traditionnel.

Photos : SRAM – Balint Hamvas, CyclePhotos

Les transmissions 11 vitesses font aujourd’hui quasi l’unanimité au sein des constructeurs et des pratiquants. Associées à deux plateaux à l’avant, elles offrent une large gamme de développements disponibles, même si inévitablement certains se chevauchent entre les petits et grands plateaux. Chaînes, dérailleurs et plateaux acceptent de fonctionner avec des lignes de chaîne pas toujours académiques, mais cela influe forcément sur le rendement et l’usure de la transmission. Sram prend donc le problème à l’opposé, en profitant des cassettes 11 vitesses pour proposer un type de transmission avec seulement un seul plateau, en partant du principe que 11 pignons à l’arrière peuvent offrir une plage de développements différents presque aussi importante qu’avec deux plateaux. Un principe d’abord adopté en VTT avec le groupe XX1 en premier lieu (puis déclinaisons plus abordables en tarif), et depuis repris par le concurrent Shimano (avec plusieurs possibilités du nombre de plateaux pour la série XTR néanmoins). Aujourd’hui, ce n’est pas moins de 200 000 groupes en mono-plateau qui ont été vendus par Sram depuis 4 ans.

Un groupe technique

Moins d’un an après la sortie du groupe Force CX1 dédié au cyclo-cross, Sram décline son groupe mono-plateau pour d’autres pratiques, telles que le Gravel Bike, le cyclosport ou le cyclotourisme, le triathlon ou les contre-la-montre, voire les courses en circuit type critérium.

Nous avions déjà eu l’occasion de tester le Force CX1 (voir ici : www.velochannel.com/Essai Sram Force CX1), et c’est maintenant sur un vélo plus polyvalent que nous prenons en main le Force 1, monté sur un cadre Cannondale Synapse Hi-Mod Disc que nous avions déjà également testé par ailleurs (voir : www.velochannel.com/Cannondale Synapse Hi-Mod Ultegra Disc).

Sram_Force_1_detail 2

Au menu, des freins à disques hydrauliques de 160 mm (mais le Force 1 est aussi disponible pour des freins à patins), un dérailleur arrière spécifique, un pédalier mono-plateau dont la ligne de chaîne est retravaillée, et une cassette 11 vitesses. Côté développement justement, on a le choix pour ce plateau unique entre des dentures de 38 à 54 dents (avec un entraxe de 130 mm pour les plateaux de 52 et 54 dents), mais toujours paires car les dents sont conçues pour retenir la chaîne et éviter ainsi les déraillements. Toutes les cassettes 11 vitesses Sram sont compatibles, depuis les traditionnelles 11/25, 11/26 et 11/28 jusqu’aux plus surprenantes 11/36 et 10/42. Ces deux dernières cassettes nécessitent le choix d’un dérailleur à chape longue (la 10/42 requiert un moyeu à corps de cassette spécifique dit XD), mais qui reprend les spécificités qui sont l’âme du groupe. Un ressort surpuissant maintient le dérailleur en tension, au point qu’il est nécessaire de le débrayer et de maintenir la chape à l’aide d’un bouton poussoir pour enlever la roue facilement par exemple (système Sram Cage Lock). Deux galets de 12 dents au profil identique à celles du plateau enroulent la chaîne, pour éviter là encore tout risque de déraillement. Plateau et dérailleur sont donc bien singuliers, tout comme la poignée de frein gauche, sans levier pour changer de vitesses, de manière à supplanter l’absence de dérailleur avant.

Sram_Force_detail 1

Gamme de braquets étendue

Pour l’occasion, le Cannondale est monté avec un plateau de 46 dents, et une cassette de 11 à 36. En gros, c’est l’équivalent d’une gamme de braquets traditionnelle qui va du 50×12 au 34×27. La ligne de chaîne est ici parfaitement centrée sur les cinquième et sixième pignons de la cassette, soit sur les 17 et 19 dents. À chaque fois que l’on s’en écarte, dans un sens ou dans l’autre, le désalignement est progressif et acceptable, bien plus en tout cas qu’avec un pédalier double plateau. Les premières sensations montrent une prise directe avec la transmission, l’impression de tracter parfaitement l’arrière du vélo, avec une chaîne toujours bien tendue.

Sram_Force_1_Action 2

Les conditions lors de nos deux sorties de test durant ce mois de Mai frais sont d’ailleurs particulièrement difficiles : pluie, froid, neige fondue, ainsi que des incursions hors des routes bitumées qui ont de quoi mettre à mal la transmission avec l’eau et les saletés. Mais la transmission reste fluide et directe, sans bruit, et très précise à chaque changement de vitesses.

Sram_Force_1_Cannondale_Synapse_Action 1

Sur la route, les écarts entre les dentures se révèlent toutefois cassantes pour un rythme de pédalage bien cadencé. On passe du 13 au 15, puis du 15 au 17, ce qui peut être assez perturbant. Plus haut sur la cassette, les écarts sont toutefois moins gênants. Reste que ces choix de braquets correspondent à l’utilisation visée ici : un parcours très varié, avec des passages dans des chemins en cailloux et quelques bosses courtes mais pentues, un peu comme en cyclo-cross. On apprécie d’ailleurs à l’occasion l’absence de bruit de la transmission, avec une chaîne qui ne claque jamais contre les bases du cadre, et un contrôle absolu des changements de vitesses. Sur la fin du parcours, malgré un vélo souillé, non pas par la boue mais par le sable et autres types de salissures encore plus pernicieuses, l’absence de dérailleur avant se traduit par une absence de frottements et de bruits, et un rendement qui semble toujours aussi « fluide ».

Sram_Force_1_Gravel

Au niveau du freinage, les disques de 160 mm sont ici parfaitement adaptés à la situation. Doux à manier et progressifs, ils se révèlent puissants et rassurants même au cours d’une longue descente sur route détrempée, abordée avec les mains gelées. Certes, en groupe, le couinement typique des freins à disques en fin de freinage s’apparente vite à une sorte de concerto qui a le mérite de prévenir les quelques promeneurs aventurés sur les chemins mouillés. N’empêche que parfaitement réglés et secondés par des pneus de 28 mm de section, ils permettent d’aborder chemins et bitume détrempé en toute sécurité.

Sram_Force_Detail_4Sram_Force_1_Action 5

L’ergonomie des poignées de freins est également particulièrement agréable, aussi bien pour agripper le vélo en danseuse ou pour se caler sur le plat, que pour freiner avec les mains aux cocottes. Notons d’ailleurs qu’à aucun moment il n’a fallu composer avec la course du freinage à la poignée, et la distance entre les étriers et les disques pour éviter les bruits de frottements en danseuse. Une réussite que ces freins Force hydrauliques à disques, qui peuvent convaincre même les plus réfractaires au système.

Sram_Force_1_Zipp_30_Cannondale_Synapse_Freins

Des développements à choisir avec précaution

Revenons enfin au choix des développements du groupe Force 1, et aux possibilités de ce type de transmission. Il est clair de notre point de vue, que pour une utilisation de type « Gravel Bike », c’est-à-dire pour rouler sur route et pistes en graviers carrossables, la combinaison d’un plateau de 46 et d’une cassette de 11 à 36 est acceptable, sans trop se poser de questions.
Par contre, un véritable routier a tout intérêt à faire une toute autre sélection. Concernant le plateau, sa taille influence les sensations de pédalage. Un 50 ou un 52 sont sans doute plus appropriés pour une utilisation sur route. À l’arrière, une cassette avec des dentures plus resserrées s’impose, tout en gardant à l’esprit qu’il faut toujours faire quelques compromis. C’est d’ailleurs pour cela que Sram prend l’initiative de conseiller cette transmission aux triathlètes ou aux parcours contre la montre, voire aux courses type critérium. Sur l’Ironman d’Hawaï par exemple, des dentures de 11 à 17 qui se suivent sont suffisantes sur l’ensemble des 180 km du parcours, avec un grand plateau de 52 ou de 54. Idem sur la plupart des circuits courts en ville, où malgré les fréquentes relances, des dentures de 11 à 17 avec un plateau unique de 50 ou 52 sont idéales. Avec le Force 1, on économise un plateau, un dérailleur avant (soit 175g environ par rapport à un groupe Force à deux plateaux), et surtout on simplifie la maintenance et l’entretien tout en bénéficiant d’un excellent rendement de la transmission. Ce groupe bien né s’adresse donc surtout aux adeptes des nombreuses disciplines alternatives au cyclisme sur route traditionnel.

PRIX ET POIDS

Sram_Force_Action 4

– Leviers pour freins hydrauliques avec étriers : 720 €/878 g
– Leviers pour freins mécaniques : 289 €/277 g
– Étriers mécaniques : 179 € / 280 g
– Dérailleur arrière : 241 €/261 g
– Pédalier : 296 €/679 g (GXP)
– Plateau de 86 à 103 € /98 g (46)
– Cassette : 115 €/300 g (11-32)

Contact : www.sram.com

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

5 commentaires sur “Test du groupe SRAM Force 1”

  1. Bonjour, notre vélo de test était monté avec une cassette 11/36, couplée donc à un dérailleur à chape longue.

  2. Quel pédalier aviez-vouz monté? Et comment? Avec des adaptateurs? Un Force1 BB30 est-il compatible avec le BB30A du Synapse?

    Merci!

    Gilles

  3. Bonjour,peut on mettre un plateau de 46 et 11/36 pour du cyclo cross est un plateau de 50 pour la route.que faut il faire pour faire les deux pratriques avec le meme velo? Est ce que c’est facile de tous changer cela pour l’hiver cyclo et l’ été route?merci

  4. Bonjour ,je viens investir dans un cyclo cross mono plateau scram 11/36 et 40 devant je veux faire de la route avec un 46 dents faut il que je change de chaîne?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *