Test du cintre Baramind BAM City

cintre_baramind_fibre_verre

Flexion et atténuation

Améliorer le confort de son vélo de tous les jours, on pense de suite à la selle. Puis éventuellement à des grips (poignées de guidon) gros et mous, enfin à une fourche télescopique. Mais une petite boîte bien française apporte une autre idée pour améliorer l’avant avec ce cintre flexible plutôt avantageux sur bien des points. 

Faire travailler le cintre en flexion, l’idée n’est pas forcément nouvelle. On retourne dans le passé, début des années 90, le VTT en plein essor. Les fourches suspendues apparaissent mais la fiabilité et l’efficacité sont moyens. On trouve deux fabricants de cintres flexibles (dont un français), Bike Stab et Barflex, qui utilisent les propriétés du carbone et du Kevlar pour faire fléchir ces guidons relativement légers et fiables. Quelques courtes années de commercialisation et l’on entendra plus parler de ce type de produits… jusqu’en 2008 où Baramind crée un concept reprenant l’objectif principal du cintre flexible VTT tout en explorant une autre voie pour réaliser une conception qui permet de contrôler la direction et l’intensité du fléchissement grâce à un système d’inserts interchangeables bloquant le cintre vers le haut. Autrement dit, du flex vers le bas sur les chocs mais on verrouille lorsque l’on tire sur le guidon pour sauter une marche par exemple.

Arrivée en 2015 du Bam City, la version destinée aux vélos urbains cette fois avec une conception revue et plus simpliste, conservant néanmoins cette idée d’insert – mais pas interchangeable – monté sur un cintre flexible utilisant de la fibre de verre.

Technologie

Baramind nous précise qu’ils utilisent un nouveau type de matériau développé par une société suisse, destiné à la base pour l’aéronautique, qui mixe de la fibre de verre longue avec une matrice plastique. Les inserts sont réalisés dans un matériau davantage chargé en fibre de verre que le reste du guidon.
En bout de cintre, on obtient un peu plus de 30 mm d’enfoncement pour un chargement de 120 Kg (qui correspond au test de la norme).

Cintre_Baramind_insert

Fabrication 100 % française par un sous-traitant basé près de Nantes qui a contribué au développement dans le cadre d’un projet collaboratif avec des aides innovation accordées par Bpifrance.

Mieux qu’un long discours, la vidéo de démonstration Baramind qui permet de bien visualiser le fonctionnement du Bam City.

Confort à bord 

Routes lisses, voies vicinales bosselées, pistes caillouteuses, secteurs pavés façon Paris-Roubaix et secteurs pavés façon Paris. Voilà le programme pour évaluer le comportement du Bam City.

La forme générale typique de ces guidons de vélos classiques est agréable, respectant la position naturelle des mains et bien adaptée à un usage urbain pour gagner en confort de conduite. Le Bam City filtre bien les vibrations et fléchit nettement sur les revêtements dégradés ou fortement bosselés. Pour autant, ça ne lisse pas la route, on ne retrouve par exemple pas les capacités d’amortissement d’une fourche télescopique disposant de plus de débattement avec 50 mm contre 30 mm pour le cintre Baramind, mais on ressent une forme de « flottaison » des mains sans que ce soit flou dans la conduite. On améliore même la précision grâce à plus de stabilité du poste de pilotage.
Si ce cintre fléchit vers le bas (sur 3 cm environ pour rappel), ses inserts le verrouillent pour ne pas fléchir vers le haut, tout comme dans le plan horizontal et éviter ainsi de déstabiliser la direction. On note néanmoins un peu de flexion dans ces trois autres directions, haut, avant et arrière. C’est d’ailleurs flagrant lorsque l’on se retrouve à rouler par vent de face en forçant où l’on peut ressentir un centimètre environ de fléchissement intérieur. Pour autant, cela n’affecte pas l’agrément ni la notion de performance.
En danseuse, en montée ou pour redémarrer à un feu tricolore par exemple, on ne note pas d’enfoncement exagéré ni de déformation en tous sens, un bon point qui permet de se concentrer uniquement sur la trajectoire sans être perturbé.

guidon_VTC_ville_urbain_baramind_bam_city guidon_Baramind_VTC_hybrid_trekking_Stevens

Angle de 20° intérieur mais aussi 5° vers le haut, ce qui permet de contrer une partie du déficit occasionné par la flexion, nous n’avons jamais ressenti cette impression de « perdre » les mains à l’enfoncement comme nous avions pu le voir il y’a quelques années sur un premier prototype de cintre VTT testé (corrigé ensuite sur la version de série).

Le spectre d’absorption des ondes de chocs est assez large, il n’y a vraiment qu’à haute vitesse (plus de 30 km/h) sur surface très délicate – secteur campagnard à gros pavés en ce qui concerne ce test – que l’on atteint une certaine limite avec un contrôle difficile de la direction tandis qu’à vitesse plus modérée on retrouve davantage de performance. Mais là encore, le cintre Baramind n’a pas la prétention de remplacer une fourche télescopique. Il est là pour atténuer les aspérités, améliorer le confort et le contrôle du vélo. Les points forts sont la relative simplicité du système en termes de construction, limitant ainsi les problèmes de fiabilité et d’entretien, tout comme le poids bien inférieur à une fourche suspendue et le prix attractif.
Si le cintre Baramind Bam City n’est évidement pas indispensable pour se déplacer au quotidien, il apporte cependant beaucoup en agrément et peut aussi s’avérer intéressant pour les personnes souffrant d’engourdissement des mains lors de l’utilisation d’une bicyclette même si dans ce cas particulier l’ergonomie des grips est à regarder en premier lieu. On regrette juste le diamètre unique (un diamètre 25.4 mm en complément serait intéressant) et peut-être plusieurs choix dans la forme avec par exemple un cintre droit et pourquoi pas un plus relevé qui pourraient trouver leur place sur des vélos orientés Trekking et Touring notamment.

Un produit intéressant et utile, accessible en tarif et de conception et fabrication française en prime, que demander de plus ?!

BARAMIND BAM CITY

Les + : efficacité, prix, poids
Les – : une seule taille

cintre-guidon-Baramind-bam-city

Construction : fibre de verre longue avec matrice plastique, inserts fibre de verre
Largeur :
 620 mm
Angulation : 20° vers l’intérieur 5° vers le haut
Diamètre : 31,8 mm uniquement
Poids : 361 g
Coloris : noir mat, inserts blancs
Prix : 59 €

Contact : www.baramind-bike.com

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

2 commentaires sur “Test du cintre Baramind BAM City”

  1. Absolument, 31.8 mm uniquement comme nous l’avons précisé dans l’article, pas de 25.4 mm ce qui est regrettable (nous k’avons mis en point négatif) car il y’a encore des vélos neufs ou de quelques années à usages urbain/utilitaire/loisir qui utilisent ce diamètre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *