Test du capteur de puissance Verve InfoCrank

test-capteur-puissance-Verve-infocrank-entrainement-velo

Le poids de la précision

À l’heure où les capteurs de puissance se démocratisent et où leur prix diminue, l’accès à cette technologie est facilitée. Mais la précision est-elle au rendez-vous ? Réponse avec l’InfoCrank, dernier né de la marque Australienne Verve Cycling, qui annonce une précision avec marge d’erreur inférieure à 1%.

Simple d’installation et d’utilisation, sobre et précis. Le capteur de puissance InfoCrank possède beaucoup d’atouts et nous a séduit tout au long de notre test hivernal. Nous avons parcouru près de 3000 kilomètres par tous les temps.

Deux points négatifs : un prix relativement élevé par rapport à une concurrence qui a fortement baissé ses tarifs ces dernières semaines. Et un poids conséquent, induit par l’utilisation de manivelles en aluminium forgé avec un axe BB30 (notre modèle d’essai).

Les capteurs sont insérés dans des manivelles d’origine Praxis Works et chaque manivelle possède quatre jauges de contraintes. La rigidité est bien sûr au rendez-vous mais l’InfoCrank pèse près de 800 grammes (sans plateaux). C’est plutôt lourd, en comparaison de certains modèles du marché, en carbone, situés aux alentours des 600 grammes sans plateaux.

essai-capteur-puissance-infocrank-entrainement-velo-2

C’est un point important mais peut être pas l’essentiel. L’accessibilité, la précision et la durabilité priment ici. Notre modèle d’essai dispose d’un axe BB30 mais Verve Cycling nous a fourni un boîtier de pédalier fileté compatible pour ces axes. Le top pour le monter sur une boîte de pédalier filetée. Toutefois, un modèle avec axe de 24 mm Shimano est également disponible. Du coup, quelle que soit la nature de votre boîte de pédalier sur votre cadre, vous pourrez installer l’InfoCrank.

Verve-InfoCrank-powermeter-kit

Outre les deux capteurs insérés dans chaque manivelle, deux aimants sont situés sous la boite de pédalier et s’installent avec une grande facilité. Vous pouvez placer les aimants (un pour chaque manivelle) dans les cannelures du boîtier de pédalier ou coller les autres (fournis) sous la boîte de pédalier, directement. Une fois alignés avec les capteurs situés dans les manivelles puis synchronisés en ANT+ avec votre compteur, partez rouler, le tour est joué ! Verve Cycling nous assure qu’il n’est pas nécessaire de calibrer le pédalier avant de partir rouler.

test-capteur-puissance-infocrank-entrainement-velo-3

Les capteurs situés sur les manivelles possèdent un compartiment d’accès à deux piles plates LR44 (quatre en tout) et Verve Cycling assure une autonomie de plus de 500 heures. En 3000 km, nous n’avons pas eu de faiblesse de leur part et l’accès est très facile via une clé allen de 2,5 mm.

manivelle-gauche-infocrank

Quelques lavages au jet à haute pression et l’utilisation sous des conditions climatiques extrêmes n’ont pas du tout affecté le fonctionnement du pédalier et de ses roulements. Pas de craquements, des roulements solides et une précision toujours au rendez-vous.

La connexion avec un compteur Garmin s’est faite sans encombre. Grâce aux deux capteurs, il est possible d’obtenir la fameuse mesure de répartition « jambe gauche/jambe droite ». Selon Verve Cycling, la force réelle appliquée sur les manivelles est mesurée 256 fois par seconde.

L’affichage est instantané et nous avons pu apprécier la réactivité aussi bien en puissance directe, qu’en puissance sur 3 ou 10 secondes. Aucun problème de stabilité lors des séries, mais pour ce type d’exercice il est préférable évidemment de se placer en mesure sur trois secondes ou davantage, voire en mesure moyenne sur le segment souhaité en fonction du type d’effort. Même avec l’utilisation d’une roue Powertap pour un essai croisé, il était difficile de quantifier la précision du capteur. Nous n’étions pas en laboratoire et les paramètres extérieurs sont trop nombreux. Toutefois, la faible déformation des manivelles lors du pédalage, rigidité oblige, doit accentuer la précision du capteur. Cela peut dépendre aussi des plateaux utilisés mais d’un point de vue général la chaine ne bouge pas dans la fourchette, c’est du rigide ! C’est cet aspect « mécanique » qui pourrait nous confirmer la présence de quatre ou cinq watts de différence par rapport au Powertap. Ce dernier se trouvant en bout de chaîne, après la force appliquée sur les chaussures, les pédales, les manivelles, les plateaux, la chaîne et enfin la cassette. Quoi qu’il en soit, Verve Cycling a fait réaliser des tests de précisions par un laboratoire indépendant (que l’on peut consulter sur leur site Internet), et annonce une précision de 0 à +/- 0,57%, ce qui le placerait comme le plus précis du marché.

Solide, facile d’installation et d’utilisation, l’InfoCrank est un produit sérieux pour les cyclistes pointus et passionnés d’entrainement scientifique. Malgré cela, il risque de souffrir ces prochains mois de son tarif un peu élevé, face à une concurrence qui met de plus en plus de braquet…

manivelles-capteur-puissance-verve-cycling-infocrank-110bcd-praxis-works

VERVE CYCLING INFOCRANK

verve-cycling-infocrank-manivelle-BCD110

Longueurs manivelles : 170, 172.5 et 175 mm. (155, 160 et 165 mm à venir courant 2016)
Axes : M30 (BB30) ou standard Shimano 24 mm
Boitiers Praxis Works au choix : BSA, BB30, PressFit 30, OSBB (Specialized), BB86 PressFit
Plateaux en option : Praxis Works 52/36 ou 50/34, Spécialités TA 53/39
Option compteur GPS : O_synce Navi2coach
Poids : 790 g (manivelles sans boitier ni plateaux)
Prix public : 1599 €

Fourni avec clé USB ANT+.

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

2 commentaires sur “Test du capteur de puissance Verve InfoCrank”

  1. L’interêt d’un test d’un capteur de puissance est selon moi de valider sa capacité à être fiable dans la mesure et dans le temps. Vue l’offre actuelle, on ne peut se satisfaire des données du constructeur. Vous dites qu’il n’est pas simple en exterieure de faire un comparatif et c’est pourtant bien là que c’est nécessaire! Tous les capteurs sont bons en labo, l’effort n’a rien à voir, le pédalage est plus lissé, le traitement de l’information simplifié…c’est bien dehors que l’on met vraiment un capteur en défaut. Ne pas être en mesure de faire quelques comparatifs d’intervalles alors que vous avez un powertap à l’arrière alors autant ne pas faire de test. Grosse déception pour moi et votre article…et merci de corriger l’argument ‘ nous avons pu apprécier la réactivité avec un affichage 10 s! ‘ Totalement contradictoire puisque le 10 s est là pour lisser complètement la mesure et n’avoir pas de réactivité…

  2. Il est précisé que nous avons effectué un comparatif avec un moyeu PowerTap, avec une fourchette de différence de valeur de 4 ou 5 watts. Mais à partir du moment où même PowerTap annonce une précision de +/- 1,5%, ces 4 ou 5 watts sur des séries à I3 par exemple sont comprises dans « l’imprécision » du capteur.
    De ce fait, publier un comparatif de valeurs précises entre deux capteurs qui ont chacun un degré d’imprécision connu et en tirer des conclusions n’a pas de sens, sauf si bien sûr il y a des écarts de 20 à 50 watts en plus ou en moins, ce qui n’est le cas ici comme nous l’avons indiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.