Test des roues Lightweight Fernweg

Classe et performance

Lightweight

Les passionnés connaissent la marque depuis vingt ans. Qui n’a jamais rêvé de rouler sur des Lightweight ? Jan Ullrich était l’un des premiers à les utiliser et elles étaient sans doute les premières roues 100 % full carbone à l’époque. La gamme s’est étoffée – tout en restant très élitiste -, l’esprit et les performances sont restés. Les Fernweg sont les modèles ultra aéro de la gamme. Nous les testons ici à pneus. 

Texte et photos : Sylvain Pigeau

C’est avec une certaine fébrilité que nous avons ouvert le carton noir et la belle housse matelassée insérée à l’intérieur. Il faut dire que nous touchons ici à un produit d’exception. Plus de 5 000 euros dans le sac ! C’est le tarif et c’est surtout le prix d’un savoir-faire et de performances annoncées exceptionnelles. Les Fernweg sont disponibles avec une option « Ceramic Speed ». Pour “ seulement ” 440 euros, nous vous conseillons de franchir le pas, histoire d’être vraiment au sommet… Ce modèle est disponible en 80 ou en 60 mm (pour la roue avant seulement). En fait, vous pouvez vous équiper de la paire en 80, ou d’une paire composée d’une roue arrière en 80 et d’une roue avant en 60. C’est l’option que nous avons choisie.

LightweightLightweight

Depuis le départ, les Lightweight sont synonymes de légèreté et de rigidité exceptionnelle. Au fil des saisons le catalogue s’est étoffé et aujourd’hui, l’offre s’étend de roues carbone à profil moyen à très haut (comme nos roues d’essai) et une roue pleine. Les roues de la marque se sont toujours détachées du peloton par leur conception unique. Pas de tête de rayons et un rayonnage 100% composite, assemblé avec le moyeu et la jante. Les éventuels dévoilages ou réparations s’effectuent en Allemagne chez Lightweight.

LightweightLightweightLightweight

Nos roues d’essai existent en version boyaux mais nous les avons testées en jantes à pneus. Toujours avec le même procédé, Lightweight réussit à créer un ensemble très rigide et léger (pour des roues de 80 mm à pneu, environ 1600 g). Une fois montées, elles sont au même poids que nos Mavic Cosmic Pro Carbon SL 40 mm de référence : les Fernweg ne nécessitent pas de fonds de jante (40 g d’économisés) et leurs blocages rapides sont très légers (44 g la paire, soit 80 g environ d’économisés par rapport à des Mavic). Les chambres à air en latex sont interdites tandis que les jantes font 20 mm de large, pour « conserver la rigidité de l’ensemble » selon Lightweight. Une astuce : un petit aimant est inséré dans chaque jante pour les utilisateurs de capteurs de compteurs, c’est propre et classe, et évite un déséquilibre lorsque la roue tourne à vide.

Sur la route

Très rigides les Fernweg ne nous ont pourtant jamais poussés dans nos retranchements. Nous n’avons pas eu l’impression d’avoir un vélo transformé en « rail », impossible à piloter. Très réactives, elles tolèrent les changements de rythme et de braquets, sans jamais nous inciter à trop en mettre. Naturellement on les réservera pour les parcours roulants et en bonne condition physique. Mais en montagne, nous n’avons jamais été déstabilisés, même avec l’emploi de braquets très souples (39×28). Dans les bosses, elles se montrent même très étonnantes pour des jantes de cette hauteur. Elles sont vives et permettent de passer en danseuse avec du braquet sans s’écraser, mais n’effleurent jamais les patins de frein. En fait, elles paraissent même plus légères qu’elles ne le sont en réalité. Très homogènes dans leur construction, nous n’avons pas eu la sensation de flottement ni pour la jante ni pour la nappe de rayons. L’ensemble est juste et bien équilibré. Elles semblent très faciles aux allures habituelles sur le plat, mais plus exigeantes au-delà de 40 km/h. L’efficacité n’est pas en cause, mais il subsiste une prise au vent latérale du fait du profil, même si la roue avant de 60 ne procure jamais de frayeur. Elles “ poussent ” moins que des Zipp 404 par exemple autour de 50 km/h. Le freinage n’appelle aucune critique, même sous les averses, avec les patins idoines bien entendu. Les Lightweight Fernweg sont donc idéales pour les triathlètes qui roulent sur des parcours vallonnés, voire avec des bosses, ou pour ceux qui aiment rouler à bonne allure. Et elles se montrent finalement moins spécifiques – mais un peu plus polyvalentes – que des pures roues de contre-la-montre.

Lightweight

Le produit est extrêmement bien fini et les détails comme la petite trousse contenant les blocages rapides, les patins de freins, des démonte pneus, etc. nous rappellent que nous sommes en présence de matériel d’exception. Et avec Noël en vue, nous nous sommes pris à rêver !

LIGHTWEIGHT FERNWEG
Les + : Poids, rigidité, polyvalence
Les – : Prix, prise au vent latéral
Lightweight

Fernweg la paire (à pneu) 80 mm 

Prix : 5220,00€ (option Ceramic Speed : 440,00€)
Poids avant : 735 gr
Poids arrière : 870 gr
Hauteur jante : 79,5 mm
Largeur de jante : 20 mm
Nombre de rayons : 16 avant / 20 arrière
Largeur pneu préconisée : 23-25 mm
Poids maxi de l’utilisateur : 120 kg

Fernweg (à pneu) roue avant 60 mm

Prix : 2285,00€ (option Ceramic Speed : 130,00€)
Poids : 710 gr
Hauteur jante : 60 mm

Livrées avec extensions valve, blocages titane, démonte pneus spécifiques, patins carbone, guide d’entretien et housses de roues doubles.

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *