Essai

Présentation et essai du système bikefitting.com

Objectifs : confort et efficacité

Bikefitting.com propose un système complet de prise de mesures et d’analyses pour déceler et améliorer les imperfections de la position et du pédalage, tout en optimisant le rendement et le confort. Nous l’avons testé sur plus de 2000 km, et décidé d’adopter définitivement les réglages proposés. Explications.

Photos : Wouter Roosenboom/Irmo Keizer

La bonne position sur un vélo est une requête permanente dans les pelotons depuis l’apparition des courses cyclistes et des longues randonnées. Logique, quand on prend conscience des risques de blessures générés par un geste répété des milliers de fois sur un vélo mal réglé, ou des gains apportés en termes de confort et de rendement avec au contraire une machine parfaitement adaptée. Depuis des méthodes très classiques expérimentées au fil du temps jusqu’à des systèmes beaucoup plus élaborés mis en place depuis une trentaine d’années, une mise en position s’appuie sur des mesures statiques et des calculs statistiques pour proposer des réglages adaptés à chacun. Bikefitting.com est un système complet qui propose un appareillage et une méthode destinés aux vélocistes, pour que ceux-ci fournissent ce type de prestation au moment de l’achat d’un vélo ou plus simplement pour régler des problèmes d’inconfort ultérieurs, et par voie de conséquence, de rendement.

La démarche

Pour ce qui nous concerne, notre première étude posturale remonte à la fin des années 80, suivie de remises à niveau (ou au moins des contrôles) tous les cinq ou six ans. Cela se justifie logiquement quand on vieillit (la souplesse évolue), à la suite de différents accidents ou fractures (le corps créé des compensations au fil du temps), et surtout au gré des changements de matériel (chaussures et pédales principalement). Avec de simples outils comme un mètre ruban, un fil à plomb et un pied à coulisse, de petites dérives peuvent s’installer progressivement et finissent par faire perdre les repères quand on essaie de reporter les cotes soi-même.

C’est donc à l’occasion d’un changement de chaussures que nous avons choisi de profiter des services de bikefitting.com, en commençant par des mesures statiques. Cette étape est normalement essentielle, pour déterminer le profil du sujet et établir des cotes théoriques en suivant des valeurs statistiques, et repérer éventuellement des asymétries trop prononcées ou un manque de flexibilité dans certaines positions.

Il s’agit d’une prise de 10 mesures (taille, entrejambe, longueur des membres, largeur des épaules, etc.), à l’aide d’un gabarit statique. Une mesure des pressions exercées sur la selle permet également de déterminer les bonnes largeur et forme de selle, indispensable pour le confort à long terme. Le système calcule ensuite une position cycliste théorique, adaptée à la discipline (route, vtt, urbain) et au type de pratique (compétition, cyclosport, randonnée…). Cela permet de déterminer les cotes d’un cadre personnalisé, ou de déterminer la bonne taille de cadre parmi 60 marques et 3000 cadres existants.

Dans notre cas de pratiquant assidu, elle vient en complément des réglages de notre vélo habituel, des chaussures jusque là utilisées et surtout d’une discussion avec le technicien de nos éventuels problèmes ou attentes avant de passer à la deuxième étape.

Le réglage des cales

C’est à partir du réglage des cales sous les chaussures que découlent de nombreux autres ajustements ultérieurs, comme nous le verrons plus loin. L’outil de réglage des cales bikefitting.com mesure d’abord la taille des deux pieds nus, et marque ensuite l’emplacement des premiers et cinquième métatarses (les os d’articulation des orteils). Une ligne est tracée entre les deux, puis reportée sous la semelle extérieure avec les chaussures installées sur l’outil. Le but est ici de positionner la verticale de cette ligne à l’aplomb de l’axe de la pédale, matérialisée par une marque sur toutes les cales du marché.

Le choix du type de pédales et du type de cales peut aussi être discuté avec le technicien, même si dans notre cas celui-ci a d’abord souhaité effectuer un essai (très rapidement concluant) avec moins de liberté angulaire et en réalignant les cales par rapport à nos réglages initiaux. Stabiliser le pédalage et brider un peu plus la position du pied sur la pédale peut en effet avoir des effets bénéfiques sur l’alignement du genou tout au long du tour de manivelle, en dehors de problèmes spécifiques d’articulations bien entendu (genoux varus ou valgus, endorotation ou exorotation naturelles lors de la marche).

Avec une jambe très légèrement plus courte que l’autre, nous avions cru bon également installer une petite cale de compensation sous le pied gauche, de 2,5 mm. Là encore, le technicien a souhaité s’en affranchir avant des mesures plus poussées. Autre compensation retirée : des semelles internes moulées, mais très usées, remplacées par les semelles internes des chaussures choisies, qui disposent toutefois d’un soutien de voûte plantaire personnalisable.

Le simulateur de position et l’analyse de mouvement en 3 dimensions

Le technicien reporte ensuite les cotes déterminées par les mesures statiques ou celles du vélo utilisé habituellement sur un appareil entièrement réglable, appelé simulateur de position. Cette étape peut être réalisée de façon moins spectaculaire, avec le vélo sur un home-trainer. Pour ce faire, bikefitting.com dispose d’un outil avec un laser, qui mesure précisément toutes les cotes au millimètre près, bien pratique également pour reporter une position depuis le simulateur sur un vélo, ou d’un vélo à l’autre.

Afin d’éviter les erreurs de mesure ou de report de cotes, bikefitting.com prend en référence l’endroit où la selle fait 8 cm de large, et considéré comme le « milieu » de la selle. Des marqueurs sont ensuite installés sur différentes articulations, avant que l’on se mette en action et qu’une caméra enregistre leur position en mouvement, et les retranscrive sur un écran. Préalablement à cette étape, une mesure de la souplesse et des angles autorisés par la flexibilité de certaines parties du corps peuvent également être effectués sur une table de massage avec cette analyse de mouvement en 3 D, qui fournit des angles précis.

Lors du pédalage, les mouvements de cheville, un déplacement vertical des hanches ou des mouvements parasites de l’alignement entre les épaules, les coudes et les poignets sont facilement perceptibles avec ce système. Grâce au simulateur de position (réglable en roulant), des ajustements tout en pédalant sont effectués, jusqu’à parvenir aux modifications souhaitées. Notons également que cette analyse doit être faite à plusieurs intensités pour vérifier la stabilité de la position adoptée, même en plein effort.

Pour notre part, la hauteur de selle et celle du cintre étaient déjà idéales, tout comme la distance entre la selle et le cintre. Mais nous étions trop reculé d’un bon centimètre, et il a fallu allonger la potence d’autant pour compenser.

Ce recul de selle trop prononcé avait deux conséquences : un talon qui basculait un peu trop par rapport à la pédale dans la phase de poussée (avec une force appliquée mal orientée, et un passage du point mort bas plus délicat), et une tendance à s’avancer naturellement un peu sur la selle lors d’un effort intense, occasionnant dans ce cas un manque de stabilité du bassin.

L’analyse du pédalage en 3 dimensions

Plus spectaculaire encore, bikefitting.com est capable d’analyser les forces appliquées sur les pédales tout au long du cycle de pédalage, qu’elles soient efficaces ou utiles pour faire tourner les manivelles, ou au contraire néfastes quand le propre poids de la jambe agit comme un frein à la remontée de la pédale. C’est à ce stade également que le technicien peut déceler d’éventuels écarts de puissance entre les deux jambes. Cette analyse montre également où la force est appliquée par rapport à l’axe de la pédale, en décelant un éventuel manque de stabilité du pied lors de la phase d’appui. Enfin, l’analyse montre l’orientation des forces vue l’avant de la jambe à la poussée et à la remontée. Des réglages peuvent ensuite être proposés en fonction des résultats au niveau de l’orientation des cales ou de la mise en place de cales de compensation. Des exercices ou des éducatifs peuvent aussi être conseillés, dans le cas d’une forte différence de puissance entre les deux jambes, ou d’une efficacité de pédalage trop faible, qui résulte surtout d’un manque de technique du mouvement des chevilles lors des passages des points morts haut et bas du cycle de pédalage.

Pour notre cas, le technicien a validé la position des cales déterminée par l’outil de réglage de cales, ainsi que son choix d’enlever la compensation. Certes, la cheville gauche dispose d’une liberté de mouvement un peu moindre que la droite, mais ce n’est pas perceptible en termes d’efficacité. Cette position strictement identique des deux cales a également recentré le bassin sur la selle. L’efficacité du pédalage, c’est-à-dire le ratio entre la force appliquée et celle qui est vraiment utile à l’avancement est également calculée et valide l’ensemble des réglages. Bien que l’ensemble des résultats montrés sur l’analyse du pédalage en 3 D ne peut jamais être idéal à 100% (car il faut tenir compte de nos asymétries, qu’il s’agisse de puissance, de souplesse, de longueur de segments), le technicien décide à un moment de valider les réglages, en discutant toujours avec le sujet, qui peut en live effectuer un retour sur ses sensations.

Une fiche de résultats et un suivi

À l’issu de ces différentes étapes, les cotes sont reportées sur le vélo utilisé avec l’outil laser (ou des outils plus simples, mais c’est plus délicat), et une fiche de résultat est fournie. La mise en position n’est réellement complète que lorsque le technicien s’assure après une quinzaine de jours (par mail, téléphone ou autre rendez-vous) que celle-ci vous convient.

Bilan sur la route

La méthode de réglage et de report de cote en se référant à l’endroit où la selle fait 8 cm de large se révèle assez simple à suivre avec un peu d’attention, même en dehors de l’atelier bikefitting.com. Les premiers kilomètres avec la position modifiée surprennent, surtout à cause de l’orientation des cales et des pieds remis dans l’axe, parfaitement parallèles aux manivelles. Vu les réglages adoptés, parfaitement symétriques, les futurs changements de cales seront largement simplifiés. Plusieurs sorties sont également nécessaires pour s’habituer à une répartition différente des appuis, puisque notre position a été avancée d’un centimètre. Ainsi, on ressent dans un premier temps quelques tensions au niveau des bras, mais qui disparaissent au fil des sorties. Avec une potence allongée, les sensations au niveau de la direction sur le vélo habituel sont également un peu différentes. Cependant, après plus de 2000 km, nous pouvons faire un bilan largement positif. Pour commencer, des petites douleurs ou irritations à la selle ont totalement disparu, puisque le bassin est mieux centré sur la selle et surtout plus stable en plein effort. Ensuite, nous constatons que lors de séances de fractionnés longs, ou même d’exercices de PMA en bosse, nous pouvons rester assis, les mains en bas du cintre, sans nous désunir. On ressent à la fois plus de stabilité et plus de souplesse au niveau du pédalage.

À notre avis, la seule faiblesse du système actuellement (mais ce sera réglé dans un avenir proche), c’est qu’il ne tient pas compte de la multitude de formes et de dimensions des cintres du marché. La largeur est une donnée prise en compte, mais pas la profondeur ni la hauteur (elles peuvent varier d’un bon centimètre d’un cintre à l’autre), ce qui peut rendre compliqué le report de cotes du simulateur de position au(x) vélo(s) réellement utilisé(s).

Pour le reste, en s’appuyant d’abord sur des réglages de bon sens déterminés statistiquement et ensuite sur des adaptations peaufinées grâce aux outils proposés et à l’expérience du technicien, les bénéfices en termes de confort et de rendement ne sont plus à démontrer, quel que soit le niveau ou le type de pratique. Il ne faut toutefois pas oublier que quel que soit le système de mise en position (Bikefitting, BG Fit, Ergomotion, VéloFitting, Mecacote…), ce sont l’expérience, le savoir-faire et la communication avec le technicien qui sont déterminants.

BIKEFITTING.COM

Les + : outils techniques et précis, prestations évolutives, améliorations du confort et de l’efficacité
Les – : nécessite l’expérience et le savoir-faire du technicien, pas de prise en compte des différentes formes de cintres

Tarifs des prestations :
Mesures statiques et réglage des cales : 100 €
Analyse du pédalage en 3 D : 50 €
Mise en position (mesures statiques avec l’analyse de mouvement en 3 D) : 150 €
Mise en position et analyse du pédalage en 3 D : 200 €
Réglage des cales (avec cales) : 22,50 €
Réglage d’un deuxième vélo : 25 €
Semelles intérieures personnalisées (avec évaluation dynamique de la marche) : 200 €
Mesure de pression sur la selle : 35 €

Contact : www.bikefitting.com 

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

1 commentaire

  1. BOURDEAU

    6 mars 2017 at 8:34

    Beau reportage, ça donne envie mais comment trouver les vélocistes qui assurent ces prestations (analyse de pédalage en 3D) ? sur le site de bikefitting ce n’est pas clair du tout.

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *