Grand Raid Godefroy 2016, le raid aux 28 bosses

20éme Grand Raid Godefroy – 10 et 11 septembre 2016

Rendez-vous cette fois en Belgique au coeur des forêts ardennaises à l’occasion de la 20e édition du Grand Raid Godefroy, l’épreuve historique et emblématique qui servait non seulement de support à la finale du championnat de Wallonie de XC Marathon mais également d’Enduro… Voici ce qui s’est passé ce week-end dans cette cité médiévale de Bouillon.

Texte : Fred Ischard – Photos : Olivier Polet / Grand Raid Godefroy

C’est l’effervescence autour du château de Bouillon et des quais bordant la Semois en ce samedi 10 septembre. En effet, les nombreux enduristes inscrits sur ce championnat de Wallonie de la discipline en terminent au terme d’une longue journée comprenant 6 spéciales chronométrées dans les versants boisés de la vallée de la Semois. Il ne fallait pas s’attendre à du gros dénivelé négatif mais nombreux furent les pièges sur chacunes des descentes proposées faites de nombreux singletracks jonchés de racines, d’impressionnantes dalles à dégringoler et de jumps en tout genre à sauter. L’épreuve sera remportée par l’imbattable Bertrand Gilles qui devient champion de Wallonie catégorie Elite devant le jeune breton Clément Charles et Robin Lechevallier.

Le dimanche, place aux épreuves XC marathon avec plusieurs distances au choix : 40, 45, 70, 90, 130 et l’épreuve reine avec 160kms représentant le tracé chrono le plus long de la saison sur le territoire belge. Le jour se lève à peine sur les quais de la Semois et les coureurs s’apprêtent et se préparent à affronter ces 4600m de dénivelé au programme de ce monstrueux tracé. On y retrouve une pléiade de favoris dont le vainqueur de la précédente édition Bram Saeys ou son dauphin Julien Delaet bien décidé à remporter cette 20e édition. On retrouve également Ken Van den Bulke ou le jeune Clément Fernandez qui se sont déjà illustrés sur des manches UCI Series XC Marathon, la lutte s’annonce donc belle et indécise.

A 7h15, c’est parti pour les 150 coureurs des grands parcours de 130 et 160kms, les coureurs du 90kms partiront à 8h et ceux de la seconde boucle de 70kms à 8h30.

nwm-grand-raid-godefroy-depart-xc-marathon-randos-bouillon-semoy

Ça démarre assez tranquillement pour quitter Bouillon, passer sous le château-fort et longer la Semois afin de s’attaquer à la première difficulté du jour sur laquelle un groupe de 11 coureurs – avec les principaux favoris – va s’isoler en tête mais pour peu de temps, la faute à une erreur d’aiguillage qui fera perdre 15 minutes à ce groupe. On retrouve alors trois coureurs du team Raes Niner à l’avant de la course mené par Martin Dupuis qui est aligné sur le 130kms.

Les ascensions s’enchaînent, plus ou moins longues, plutôt roulantes sur des pistes assez propres. On progresse en longeant le cours d’eau et en escaladant à maintes reprises les versants boisés de la Semois. A ces montées roulantes qui se succèdent, s’enchaînent des descentes bien ludiques et parfois techniques, quasi toutes tracées sur des singles au milieu des épicéas. On ne s’ennuie pas sur ce tracé qui nous fait découvrir toute cette belle région ardennaise.

Après 30kms de poursuite, les principaux favoris ont refait leur retard pour reprendre les rênes de la course. On retrouve six coureurs en tête : Bram Saeys qui compte bien conserver son titre ici, Julien Delaet et Ken Van den Bulke qui paraissent à l’aise, le jeune Clément Fernandez qui tient le coup, Philip Van Hemelen et le leader du 130kms David Osaer. Le tracé est très sélectif avec parfois des difficultés plus longues à escalader avec près de 200m de dénivelé, la 10e bosse du parcours étant longue de 2kms. Les ravitos sont souvent placés sur de magnifiques promontoires d’où l’on peut contempler les méandres de la Semois ainsi que les petits villages ou hameaux qui bordent une des artères aquatiques des Ardennes (la Semois étant un affluent de la Meuse) comme ce petit village de Vresse sur Semois. C’est d’ailleurs ici que l’on franchira la rivière pour rentrer sur Bouillon en allant exploiter l’autre versant côté sud.

nwm-grg-2016-passage-gue nwm-xc-marathon-grg-2016-point-vue nwm-grand-raid-godefroy-bouillon-boucles-semoy

Nous sommes au 60e km, difficile à penser qu’il nous reste encore 100 bornes à effectuer tant ce début de parcours nous a déjà semblé usant. En tête de course, ça ne faiblit pas l’allure, on retrouve toujours les mêmes coureurs à l’exception de David Osaer qui a décroché mais remplacé par l’expérimenté Stijn Van Boxstael tout près de faire la jonction avec les 5 hommes de tête. Par la suite, on enchaîne moins de difficultés mais elles sont plus longues, entrecoupées de sections roulantes mais les sections techniques restent toujours présentes à l’image de ce sentier étroit au 70e km tout en dévers avec bon nombre de franchissements demandant un pilotage fin et propre. Une longue bosse nous mènera ensuite sur un belvédère surplombant tout le parcours effectué lors des 30 premiers kilomètres, un des plus jolis panoramas du tracé où aura été soigneusement placé le 4e ravitaillement. Aucun changement à l’avant de la course où le groupe de tête se contente pour le moment de contrôler l’allure et d’aligner kilomètres et difficultés avant de lancer la grande bataille.

La fin de cette première grande boucle va à nouveau devenir sélective avec deux longues difficultés suivies de deux descentes techniques et tortueuses sur des traces pentues au sol meuble, très grisants comme passages. Un petit pont en bois pour franchir la rivière et nous revoici sur les quais de la cité de Bouillon, la boucle de 90kms est achevée et il ne reste plus que quatre hommes en tête : Julien Delaet, Ken Van Den Bulke, Bram Saeys et Clément Fernandez, ces quatre hommes semblant être les plus forts du jour.

nwm-grg-berge-semoy nwm-grand-raid-godefroy-bouillon-xc-marathon-foret

C’est reparti aussitôt pour une seconde boucle de 70kms en amont de la vallée et quelques kilomètres plus loin on aura la surprise de devoir franchir le large cours d’eau à pied, original et rafraîchissant avec de l’eau jusqu’à hauteur de genoux. Par la suite, le parcours va devenir plus roulant, toujours aussi usant avec des bosses moins pentues qui vont permettre d’avaler les kilomètres jusqu’au ravitaillement du 112e km où les parcours 130 et 160kms vont se séparer une première fois, le plus grand circuit nous dirigeant sur une jolie boucle de 8kms supplémentaires avec une descente fraîchement tracée droit dans la pente au milieu des arbres. A ce moment de la course, le quatuor de tête est devenu trio, Bram Saeys payant ses efforts de début de course et lâchant prise. On retrouve le tracé du 130kms après 120 kilomètres de course. On poursuit sur une liaison commune assez roulante avant de se séparer de nouveau mais cette fois c’est une boucle de 20kms supplémentaires qu’il nous faudra réaliser tandis qu’il ne reste qu’une petite dizaine de kilomètres avant l’arrivée pour les autres.

On va être servi sur cette boucle que je considérerais comme la plus jolie mais également la plus casse-pattes de l’épreuve avec de nombreuses difficultés. On quitte la vallée de la Semois pour aller visiter de nombreux petits vallons et découvrir une variété de décors, ce qui ne nous laissera jamais saisi par la monotonie. On traverse de nombreuses tourbières rappelant les traces de la Granit-Montana mais également des petits ruisseaux au milieu des sapins s’identifiant au décor très singulier du massif de Morvan.

En tête de course, je ne suis pas sur qu’ils aient eut le temps de découvrir le paysage s’offrant devant leurs yeux. A 30kms de l’arrivée, Ken Van Den Bulk attaque dans une descente pour ensuite accroître progressivement son avance et personne ne le reverra. C’est donc à l’arrière que la bataille sera intéressante car à 20kms de l’arrivée, on retrouve le trio Delaet, Fernandez et Van Boxstel revenu de l’arrière à 1mn30 de l’homme de tête, la lutte s’annonce farouche pour les places sur le podium. Justement, sur ces 20 derniers kilomètres, on retrouve de longues montées physiques où des coureurs puissants peuvent faire la différence, Van Boxstel va tenter d’en profiter pour s’échapper également et prendre une minute sur Julien Delaet, le jeune Clément Fernandez lâchant prise et assurant une superbe 4e place finale pour sa première expérience sur une telle distance.

On retrouve le parcours 130kms pour les 8 derniers kilomètres qui seront communs pour rallier l’arrivée finale à Bouillon. Il ne reste que deux difficultés pour une dernière explication même si, avec plus de 3 minutes d’avance, Ken Van Den Bulke est à l’abri d’une quelconque adversité et peut assurer une magnifique victoire sur cette 20e édition du Grand Raid Godefroy. Ensuite, ce sera l’infatigable Julien Delaet qui parviendra à refaire son retard sur les derniers singles surplombant Bouillon. De nombreuses relances, des petits raidards et une jolie descente technique pour finir lui permettront de s’emparer de la seconde place finale comme l’an dernier. A la 3e place, on retrouve Stijn Van Boxstel auteur d’une course très régulière et peu de temps après à la 4e place Clément Fernandez. Le quatuor de tête aura bouclé l’épreuve sous la barre des 8 heures de course avec un temps de 7h53 pour le vainqueur, sacré performance quand on prend connaissance du quart d’heure perdu en début de course par ces quatre hommes ! Le top 5 est complété par Philip Van Hemelen qui lui n’aura pas subi d’erreur d’aiguillage… Malheureusement, l’unique féminine présente au départ ne sera parvenu à boucler l’intégralité du parcours, 61 coureurs seront Finishers de ces 160kms. David Osaer remporte le parcours 130kms, Arne Broekmans le 90kms et le picard Emeric Traulet le 70kms.

On peut en retenir que de belles choses de ce Grand Raid Godefroy, une bien jolie découverte avec un accueil chaleureux, des ravitaillements bien garnis, un décor fantastique dans ces forêts ardennaises, des parcours très agréables et plaisants, une ambiance qui en fait un événement à part entière et un défi à la hauteur de l’événement.

Rendez-vous l’an prochain pour la 21e édition !

Infos et résultats sur le site officiel de l’épreuve : www.grandraidgodefroy.be


En bref

– 1750 participants au total :

  • 90 sur la nocturne du vendredi
  • 330 sur l’Enduro
  • 1330 sur les XC Marathon + randos

– Prochaine Edition :

  • vendredi 8 septembre 2017 : GRG by night (nocturne VTT)
  • samedi 9 septembre 2017 : GRG Enduro
  • dimanche 10 septembre 2017 : GRG Marathon (45-70-90-130-160 km) et rando (25-40 km)

nwm-grand-raid-godefroy-pont-pierre-riviere

> Autres articles Evénements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.