French Divide, interview du déblayeur !

nwm-ben-steurbaut-french-divide-8 jours

French Divide #1, Ben Steurbaut, le flahute volant !
French Divide #1, Ben Steurbaut, the flying Fleming !

La première édition de la French Divide, ayant vu s’élancer 50 « Bikepackers » le 6 août 2016 à l’aube depuis la plage de Bray Dunes, est passée très vite pour Ben Steurbaut – aka « Le Déblayeur » – qui fut le premier à atteindre le Pays Basque en 8 jours, 7 heures et 51 minutes. Cela représente tout de même une moyenne journalière de 252 kms de VTT ! Ben nous explique tout, de sa préparation à ce moment de délivrance en atteignant l’auberge d’Etchebarne à Mendionde…

First edition of the French Divide started in August 6th in Bray Dunes beach (France, belgium border) with 50 Bikepackers riding to Basque Country as fast as they can trough MTB routes mostly. Ben Steurbaut established an impressive 8 days, 7 hours and 51 minutes time, which means an average of 252 kilometers per day ! The words from the man…

Photos : Ben & Pieter Steurbaut

VeloChannel.com : Qui est Ben Steurbaut ? Who is Ben Steurbaut ?

Ben Steurbaut : J’ai 33 ans et vis à Bredene sur la côte belge, avec ma femme Tine et mon fils de 2 ans Flor. Je suis éducateur spécialisé dans un internat scolaire, j’interviens auprès d’élèves ayant des troubles de comportement.

I’m 33 years old and live in Bredene, at the Belgian Coast, together with my wife Tine and my 2 years old son Flor. I work as an educator in a boarding school with children who have a behavior problem.

nwm-french-divide-audi-bray-dunes-aube-départ nwm-départ-french-divide-bray-dunes
french-divide-map-carte-france-parcours

Quel est ton passé cycliste ? What is your cycling past ground ?

Je n’ai pas vraiment de passé de cycliste. Après avoir quitté les terrains de foot il y a 4 ans, je me suis mis à rouler de plus en plus, tout d’abord quotidiennement pour aller au boulot, et durant le week-end en VTT. C’est en 2014, lorsque je me suis intéressé à la seconde édition de la Transcontinental Race (TCR), que j’ai décidé que je voulais pratiquer ce type de cyclisme. J’ai donc participé à la TCR en 2015 et j’ai terminé 9éme sur 180. Après cette première expérience, j’ai réalisé que d’autres aventures longues distances en autonomie étaient possibles. J’ai commencé l’année 2016 par le Tuscany Trail puis le French Divide ensuite, que j’ai tous deux gagnés. L’an prochain, le Great Divide (4500 kms de VTT de Banff – Canada jusqu’à Antelope Wells – frontière mexicaine) est sur la ma liste.

I don’t really have a cycling pastground. After I quit playing football 4 years ago, I start to ride more and more with my bike, at first home-work rides and local mtb-rides in the weekends. In the summer of 2014, I saw the second edition of Transcontinental Race (TCR). From that moment I knew that I want to do this kind of cycling. Last year I rode the TCR and finished 9th of 180 riders. After that I realized that more was possible. So this year I started with the Tuscany Trail and then the French Divide which I both won. For next year, the Great Divide (2808 miles from Banff – Canada to Antelope Wells – Mexican border) is on the list.

8 jours, 7 heures et 51 minutes, c’est rapide ! Comment as tu organisé tes journées ? Suivais-tu une startégie particulière ?  8 days, 7 hours, 51 minutes, it’s fast ! About 250 km per day, how did you manage your time ? Did you make a strategic plan before ?

Oui, je suis parti avec un plan stratégique mais qui reste classique sur ce genre d’épreuve. Démarrer fort les 2 ou 3 premiers jours en essayant d’amasser un maximum de kilomètres et espérer créer un écart sur les poursuivants. Ca a fonctionné et j’avais donc davantage d’options les jours suivants. Mais je n’ai pas fait de planning jour par jour, je me suis appliqué à démarrer les journées sur le vélo vers 4 heures du matin pour les terminer autour de 23 heures. Les pauses durant la journée dépendaient des sensations et des possibilités le long du trajet. J’ai toujours essayé de faire des arrêts courts pour ne pas perdre le rythme. Pour tenter de gagner ce format de course, il faut rouler dans le noir, j’ai donc roulé tôt le matin et tard le soir.

Yes, I started with a strategic plan but it’s nothing new or spectacular. Starting the race fast for the first 2 or 3 days and trying to make as much distance as possible and hope to get a gap between me and some other riders. That worked and so I had more choices for the next days. I didn’t make any other schedule day by day. I started riding around 4 o’clock in the morning and I stopped around 11 pm. Stops during the day depended more of the feelings and the possibilities on the road. I always tried to make short stops, so I don’t loose the flow of the moment. To try to win an event like this, you have to ride in the darkness, so I rode every early morning and late evening.nwm-ben-steurbaut-kask

As tu rencontré des problèmes durant ces 8 jours ? Did you get any issues during that week ?

Juste un petit Chain Suck (remontée de chaine au niveau du pédalier) à la fin du premier jour. Je suis resté calme de façon à ne pas rendre les choses plus compliquées, j’ai donc démonté les manivelles pour libérer la chaine et 20 minutes plus tard je repartais. Ce fut le seul souci technique de ces 8 jours.

Only one small chain suck problem at the end of day one. Just staying calm and trying to make things not worst. I removed the crank to lose the chain and after 20 minutes I was back on track. This was the only issue during those 8 days.

Comment as tu préparé ce French Divide, un entrainement particulier ? How did you prep the French Divide the months before ? What was your training ?

Depuis 2016, je m’entraine au cardio avec un plan sur 3 semaines d’efforts pour une semaine de repos. Avant cela, je faisais tout au feeling, ce qui avait pour conséquence d’aller vers le surentrainement. Durant cet hiver, entrainement classique foncier pour acquérir suffisamment de volume puis des sorties plus courtes et intensives les derniers mois pour travailler la vitesse. Pour moi, il est important de se tester avant, j’ai choisi le Tuscany Trail pour ça, un format proche du French Divide et un joli parcours.

Since 2016, I train with a heart rate monitor and on a scheme of 3 weeks of training and 1 week of taking rest. Before that I did everything based on feeling, which made me training too much. In winter, basic training and making distance to have enough volume for the long rides. But in the last months before the French Divide I did shorter and more intensive rides to build up speed. For me it’s important to be a bit in advance to test myself. I picked up the Tuscany Trail, beautifull and very close to the type of trace of the French Divide.

Quel est ton avis global sur cette première édition French Divide ? What do you think about this first French Divide edition ? 

J’ai vraiment beaucoup aimé le parcours, je ne savais pas à quoi m’attendre : Gravel ? VTT ? Longues portions de route ? Mais ce fut un bon équilibre entre tout ça et j’ai beaucoup apprécié. Les Pyrénées étaient dures mais ô combien jolies. Certaines sections à pied en poussant le vélo étaient un peu trop longues mais ça a rendu le final plus épique. Seuls les premiers 250 kilomètres comportaient un peu trop de route de mon point de vue. Peut-être devraient ils essayer de trouver davantage de chemins typés Gravel pour rejoindre le Check Point 1 à Reims. Mais globalement, il ne faut pas que ce soit plus difficile, c’est assez dur comme ça et la longueur est parfaite ainsi. Cette première édition est déjà un succès, j’espère qu’il y’en aura d’autres que je pourrais refaire dans quelques années !

I really liked the trace very much. I didn’t know what to expect : Gravel ? MTB ? Long road sections ? But it was a good mix of everything and I liked it a lot. The Pyrenees where heavy but so beautiful. Some sections were just a bit to much hike-a-bike but that makes the finish more epic of course. Only the first 250 kilometers were a bit to much road in my opinion. Maybe they can look for more gravel paths for reaching CP1 in Reims. It doesn’t have to be harder, it’s hard enough and the distance of +- 2000 km is perfect. This was the first edition of the French Divide and this was already a success. I hope there will be more so I can do it again in a few years !

nwm-aisne-champs-picardie
nwm-prolongateurs-route-section-french-divide nwm-auvergne-french-dividenwm-col-tourmalet-ben-steurbaut
Passage du Col du Tourmalet, sur les coups de 22h00…
Reaching Tourmalet Pass, around 10 pm…

Parle nous de tes choix en termes d’équipement. Tell us about your complete equipment for that trip. 

J’ai choisi d’utiliser un VTT, un Cannondale Flash 29 sur lequel j’ai remplacé la Lefty par une Lauf TR29, ce qui m’a permis de monter une roue avant à moyeu dynamo SON pour alimenter éclairage, GPS et téléphone. Le choix de la fourche Lauf fut la meilleure décision que j’ai prise. Quasiment aussi légère qu’une fourche rigide mais bien plus confortable pour les parties VTT. Le groupe est un mix Shimano/SRAM, pas les composants les plus haut de gamme mais des produits fiables et relativement bon marché, essentiellement du Shimano SLX et SRAM X9. Continental ProTection X-King à l’avant, Race King à l’arrière montés avec une double dose de préventif  Tubeless Ready. Ils sont un peu lourds mais mieux vaut éviter les crevaisons.

Et pour rouler vite, il faut alléger au mieux, je n’ai donc pas emmené grand chose. J’avais pour dormir un matelas/oreiller Sea to Summit et un sac de couchage + enveloppe étanche Sol. Tout ça était stocké au guidon avec en plus enroulé dans le package un maillot de corps et des chaussettes de compression pour la nuit. Dans mon sac de selle, un nécessaire de réparation, des vêtements additionnels tels que veste pour le soir, veste de pluie, gilet fluo de sécurité, manchettes, jambières et Buff. Il me restait beaucoup de place pour stocker de la nourriture.

I choose to ride my MTB. The frame is a Cannondale Flash 29 but I replaced the Lefty fork by a Lauf Trail Racer. So I can build a wheelset with a SON dynamo hub to ride in the dark and to provide energy to my GPS and phone. The Lauf Trail Racer is the best decision I could make. Almost as light as a rigid fork but way more comfortable to ride in the MTB sections. The components on the bike are a mix of Shimano and SRAM. Not the high-end parts but parts you can trust and who are affordable. Mostly Shimano SLX and SRAM X9 parts. Continental X-King ProTection in front and Race King ProTection for the rear, both Tubeless Ready with a double dose of liquid in. They are a bit heavy but you just don’t want flat tires. 

If you want to go fast, you have to make that the bike light. So I tried to take not much with me. I had a Sea to Summit mattress and pillow, a down sleeping bag and a bivvy bag from Sol with me to sleep in. Inside that, I rolled also a dry shirt and my compression socks to wear at night. All that were in front on my steer. In my saddle bag, I had some repair tools and some extra clothes. A down jacket, rain jacket, reflective jacket, arm and leg warmers and a buff. I had a lot of space left (in my saddle bag) for food.

nwm-french-divide-cannondale-flash-lauf-fork-bikepacking
nwm-guidon-french-divide-gps-extension-ergon nwm-kemmel-french-divide

Tu as donc utilisé un 29er, était ce réellement le bon choix ou penses tu qu’un Gravel (comme certains ont utilisé) serait une meilleure option ? You rode a 29er, was it the best choice or do you think a Gravel bike (like a few guys) could be a better option ?

Je ne pense pas que le Gravel Bike soit un bon choix, le VTT reste la meilleure option pour ce type de tracé. Le Gravel est peut-être un peu plus rapide sur les secteurs roulants mais pour un parcours comme le French Divide, qui fut plus difficile que ce que je pensais, le VTT est au final plus rapide. Et je ne pense pas que d’autres courses de ce type aient été gagnées par des Gravel.

I don’t think so. On that type of trace I think a MTB is always the better option. A gravel bike is maybe a little bit faster on the flat gravel parts but for a trace like the French Divide, who was harder than I expected, the MTB is faster. And I don’t think other events like this where won on a gravel bike.

Que ressent on lorsque l’on franchit l’arrivée à Mendionde ? Comment fut la première bière ?! What was your feelings when you reach Mendionde ? How was this first beer ?

nwm-ben-steurbaut-biere nwm-mendionde-finish-french-divide

Très heureux et fier d’avoir accompli ce périple et de l’avoir gagné car c’était mon objectif principal de l’année. Après mon arrivée victorieuse et chanceuse en Toscane (Josh Ibitt, alors en tête, s’est fait mordre par un chien), ce fut la première fois que je terminais quelque chose que j’avais démarré avec des ambitions. Ma femme, mon fils, mon frère et sa compagne étaient à l’arrivée, c’était vraiment bon de pouvoir partager ce moment de joie avec eux. Pour la bière, après 8 jours à boire que de l’eau et du coca, c’est bien de déguster une très bonne boisson !

So happy and proud having completed and won my main goal of the year. After my lucky win in Tuscany ( where Josh Ibitt was bitten by a dog ), it was the first time I could end something successfully that I started with ambition. My wife, son and brother with his girlfriend were at the finish line. It was very cool to share my feelings and joy with them. About the beer, after 8 days of only water and Cola, it’s nice to taste a real good drink.

nwm-french-divide-finish-family nwm-french-divide-bray-dunes-mendionde-pays-basque-check-point

Qu’as tu fait les jours suivants ? What did you do the days after ?

Du repos tout d’abord et j’ai pris le temps d’apprécier l’instant présent. Nous avons campé près de la zone d’arrivée, j’ai pu ainsi combiner vacances en famille et passer du temps avec les autres finishers pour partager les bonnes histoires autour de cette aventure. Nous avons ensuite quitté Mendionde pour rejoindre la Dordogne avant de rentrer en Belgique. Comme tous les cyclistes longues distances, je n’ai pas arrêté de manger durant tout ce temps ! Après quelques jours, j’ai commencé à penser à ma prochaine aventure, le Great Divide …

Took some rest and enjoyed the feeling. We stayed at a campsite close to the finish line. So I could combine some family time with meeting the other riders at the finish and hearing their stories and adventures. Then, we took some time in Dordogne on our way back to Belgium. And as every long distance rider, I didn’t stop eating during that period ! After a few days, I started to dream about my next event. The Great Divide …


Pour suivre les aventures de Ben Steurbaut / For following Ben’s Bikepacking Adventures : www.facebook.com/bencycling

Voir aussi : Tous les articles French Divide #1

nwm-ben-steurbaut-bike-packing

> Autres articles Evénements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

2 commentaires sur “French Divide, interview du déblayeur !”

  1. Toute mon admiration à ce (et ces ) coursier d’ un autre siècle. Authentique performance sportive et racontée avec des mots simples : pour un peu , leur humilité nous ferait croire la promenade tranquille . Vous ne trompez personne et pas davantage le modeste cyclo qui bafouille ces lignes .
    Chapeau bas et bravo .

    1. Ce format d’événement met en avant la personnalité de chacun , n’étant pas vraiment une course comme il est habituel d’en voir , le challenge principal est le dépassement de soi et non l’écrasement des autres…..Ayant eu la chance d’y avoir participé , je confirme que la modestie et l’engagement sont de rigueur ….seul face à la trace, pas moyen de tricher ! La satisfaction n’en est que plus grande.
      Merci et je citerai (mes gamins m’ont soufflé cette citation « DreamWorks ») : AUCUN REVE N’EST TROP GRAND …..AUCUN REVEUR N’EST TROP PETIT (Guy Lagagne)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.