Simon Rogier, à la conquête de l’or ?

Le pilote champenois fait partie de la sélection française pour les championnats du monde de VTT XCE, qui se déroulent du 8 au 12 novembre 2017 à Chenghu en Chine, en même temps que les championnats de BMX/Freestyle/Park et Trial. Interview à quelques jours de son entrée en piste !

Simon Rogier, c’est qui ?
Simon Rogier : Jai 32 ans et depuis mes 10 ans j’ai toujours été dans le milieu du vélo. J’ai commencé par les TFJV puis je me suis spécialisé en trial en compétition ou j’ai pu atteindre un bon niveau national. Ensuite, vie professionnelle où jai créé BikeEnergy (on fêtera les 10 ans en 2018), je suis resté dans le milieu du vélo via le coaching, l’événementiel et les shows. J’ai toujours roulé en VTT et j’ai toujours eu des qualités d’explosivité. J’ai repris goût à la compétition de XCE il y a 3 ans plutôt en activité complémentaire comme j’allais sur les Coupes de France VTT pour coacher mes poulains. Et comme je suis un compétiteur dans l’âme, je m’y suis mis de plus en plus sérieusement en faisant une saison nationale complète en 2016 avec une victoire en Coupe de France et un podium au championnat national.

Rétrospective de cette saison 2017, où tu as brillé au niveau national et international, cela correspond à tes attentes ?
Cet hiver, j’ai appris que les Coupes du Monde reprenaient et j’ai voulu faire la tournée complète en m’en donnant les moyens, et j’ai gagné la seconde manche aux États Unis. Une performance qui m’a permis de me sentir capable de jouer devant. Cette victoire m’a ouvert les portes des Championnats d’Europe fin juillet où je fais 5éme. Avec ce résultat, j’étais décidé à aller en chine pour jouer le maillot arc en ciel. Mais la saison est difficile à gérer car elle a commencé en mars et finira avec le mondial en novembre, difficile d’être performant tout le long. J’ai donc fait le choix de ralentir un peu en août pour reprendre à fond début septembre avec comme objectif la Chine… Choix difficile car il y avait un enchaînement de 3 Coupes du Monde fin août/début septembre qui étaient qualificatives pour le mondial. J’ai pu rentrer dans les critères et j’ai appris ma sélection le 26 septembre à l’issue à la dernière manche de Coupe du Monde.

Une sélection attendue donc ? 
J’espérerais cette sélection avec les différents résultats que j’ai eu cette saison mais c’était une chose inespérée en début d’année. Je suis très heureux de représenter la France aux premiers Mondiaux de Cyclisme Urbain en Chine mais je prend ça comme une étape et non pas comme une réussite car je veux vraiment performer sur ce mondial. Je mets tous les éléments de mon côté à l’entraînement depuis 2 mois maintenant pour ne rien avoir à regretter, et je sais que vu les progrès je peux réaliser une grosse performance, même si la préparation est difficile car la discipline demande un effort violent autant en explosivité qu’en anaérobie lactique avec donc un entraînement qui doit l’être d’autant plus. Nous sommes arrivés en Chine le 3 novembre, soit 10 jours avant la course pour nous permettre de s’acclimater au mieux ( merci à la Fédération Française de Cyclisme de nous mettre dans les meilleures conditions car certains concurrents étrangers doivent y aller de leurs propres moyens). J’ai eu la chance d’avoir en octobre à Reims une arrière saison avec une météo très clémente qui a facilité les entraînements, ainsi que de pouvoir partir en stage au soleil juste avant le départ. J’ai participé aux Roc Ruelles durant le Roc d’Azur et 2 cyclocross ensuite pour garder ce rythme de compétition car on avait presque deux mois de vide entre la dernière Coupe du Monde et ce Championnat du monde.

Que penses tu de la discipline du XCE et de son rattachement à un groupement d’épreuves urbaines pour les words ?

On sort de VTT XC  pour rentrer dans les sports urbains. Cela va faciliter la médiatisation mais aussi faire évoluer la discipline avec des circuits plus spectaculaires et plus artificiels. Il va falloir s’adapter à cela mais c’est positif pour le développement du XCE, comme le trial qui a évolué ces dernières années où nous ne voyons plus maintenant que des zones artificielles et plus aucunes de naturelles. C’est une évolution de la discipline qui a permis de faire entrer les compétitions dans les centres villes, apporter plus de visibilité donc plus de partenaires, de médias qui mis bout à bout dynamisent la discipline. Cela fera pareil pour le XCE j’en suis certain. Et on va vite prendre connaissance du calendrier de de Coupe du Monde 2018 pour savoir comment articuler la saison prochaine, sachant que le mondial en Chine est signé pour 3 ans. Je trouve que c’est une bonne chose que cela soit signé pour 3 ans pour assurer le développement de la discipline.

SELECTION FRANCAISE COMPLETE

> Autres infos VTT :www.velochannel.com/VTT
> Suivez VeloChannel.com sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *