Granit Montana 2016 – Pas sans la Banana !

nwm-Granit-Montana-2016

Nous sommes le dimanche 12 juin, le soleil est timide partout en france, les températures sont basses et des épisodes pluvieux ont bien arrosé le terrain des Monts d’Ambazac, quelques minutes au nord de Limoges dans le Limousin où nous avons le plaisir de revenir participer à cet évènement hors normes qu’est la Granit Montana. Nous voici sur le parcours « Ultime », le plus long donc, de 72km comptant 3000m de D+.

Texte : Philippe Trochon – Photos : Ambazac Sprinter Club

Il existe également une version plus courte de 54km avec un départ quelques minutes plus tard, comportant 2200m de dénivelé et un format Rallye depuis cette année 2016, se déroulant le samedi et composé de plusieurs spéciales chronométrées avec au final 36km et la possibilité de le combiner avec la course du dimanche.

Après une fraiche soirée au camping bien accueillant et convivial, au pied du Lac de Jonas, à 340m d’altitude où se situe l’aire de départ/arrivée de cette édition 2016, nous voilà donc quelques minutes avant le départ qui sera donné à 8h30. Il fait 13 degrés, difficile de choisir sa tenue de course, court ? long ? manchettes/jambières ?
Un grand nombre de participants déjà arrivés sont en train de s’échauffer autour du camping pendant que je continue de choisir mes équipements et finaliser les derniers détails.

Quelques minutes plus tard, je suis prêt mais ils sont déjà tous sur la ligne !
Le temps de remplir mon sac à eau, je raterais seulement les premiers mots de Stéphane, l’organisateur qui est d’ailleurs très à l’aise avec le micro, mais n’échapperais pas aux importantes consignes et indications d’avant course.

nwm-verticale-granit-1 nwm-verticale-granit-2

5, 4, 3, 2, 1… Partez !

C’est déjà le sprint ! Une petite boucle autour du camping puis du lac permet d’étirer le paquet et d’éviter les bouchons dans la première difficulté du circuit, un bon point ! J’en profiterais pour me replacer au prix d’un bel effort, à froid vers la 25e place. On a vite chaud dans les premières magnifiques ascensions du parcours, toujours en sous-bois, à basse vitesse demandant de la force avec toujours une bonne dose d’agilité pour garder la bonne trajectoire et la motricité à travers ou sur les racines et les cailloux qui jonchent le sol humide, mais pas gras, de cette nouvelle édition de la Granit Montana.

nwm-granit-chaud

En effet, la course est principalement située autour de la Réserve Naturelle de la Tourbière des Dauges où le sol est, comme son nom l’indique, composé majoritairement de tourbe, terre noire légère et aérée composée de feuilles et d’épines de pin en décomposition se mêlant dans les racines et les petits rochers de granit érodés par le temps et l’eau, de forme bien arrondie la plus part du temps. C’est donc assez spongieux, rarement gras, jamais collant, parfois glissant sur la roche. Génial pour rouler !

Le circuit empreinte environ 80% de chemins en forêt, la plupart du temps sur des singletracks, parfois même créés par l’organisation quelques semaines avant l’épreuve. Cette épreuve est vraiment unique, destinée aux puristes aimant la nature, le challenge, la difficulté physique mais aussi technique car Aurélien, le traceur de l’épreuve, aime bien corser les choses et le nombre de petits sentiers magiques. Oui, vous savez celui sur lequel vous penseriez être le premier à l’emprunter, serpentant entre blocs de granit 2 fois plus haut que vous, en pleine forêt de chênes, châtaigniers et de sapins loin de toute habitation, avec de la pente à faire bleuir vos disques et vous procurer une banane digne du premier Tarzan…

nwm-granit-montan-glisse nwm-granit-montana-fat-bike nwm-granit-montana-passage-delicat nwm-granit-montana-pente-cailloux-pierres

Nous remontons alors près du Puy de Cloud et ses 590m avant de redescendre à 430m d’altitude au niveau de Chabannes et l’Etang de Crouzille que nous laisserons sur notre gauche.
Une pause au premier ravito du parcours pour se refaire une santé.

Nous continuons vers Fanay avant de contourner l’Etang de Gouillet, je retrouve des sensations après avoir payé cash ce manque de préparation et d’échauffement durant les 2 premières heures. Et oui, ici le terrain ne fait pas de cadeau, quand on a pas la forme, impossible de faire roue-libre par endroit, il faut toujours être en prise. Heureusement, l’organisation toujours au top, nous propose des ravitos de type prestige, avec de quoi se requinquer en cas de coup dur. Attention quand même à ne pas trop profiter de ces petits moments de répit et de l’accueil chaleureux des bénévoles, car le temps défile et il y a une barrière horaire à respecter pour avoir le droit de souffrir avec plaisir jusqu’au bout dans ce petit coin de France où il fait bon vivre.

nwm-granit-montana-panorama nwm-granit-montana-photo-2 nwm-granit-montana-photo-5-dame

Nous contournons alors la Réserve Naturelle de la Tourbière des Dauges et arrivons alors à mi-parcours en prenant la direction du Puy de Savagnac où nous roulerons aux alentours des 700m d’altitude. Il reste environ 2 heures de course, on remonte les pentes nous menant sur le Bikepark de la Jonchère, truffé de shores (rampes en bois), de virages relevés et de jumps bien travaillés, offrant un point de vue superbe sur la vallée. Nous replongeons alors dans une descente balisée, la Shaolin de son petit nom, bien piégeuse mais toujours aussi intéressante !  Je me mettrais alors à plein régime pour ces 2 dernières heures, me permettant une belle remontée dans les dernières descentes vraiment pentues vers le Puy de la Garde, le Puy de Mola et le Puy de Fourmiguet, avant d’entamer une fois St Sylvestre passé un sprint final autour du Lac de Jonas où se trouve l’arrivée qui me permet d’obtenir le fameux sticker Finisher sur la plaque en souvenir.

plaque-granit-montana-2016

Comme chaque année, un repas final est proposé (à réserver lors de l’inscription). Et quel repas ! La qualité et la quantité, bien plus qu’une simple boite de conserve de cantine de 3kg, nous avons ici affaire à un vrai repas complet et élaboré et des gens qui aiment bien manger et partager. S’en suivra l’habituelle cérémonie protocolaire ou nous remarquerons la présence des Miss locales pour la remise des prix ainsi qu’un écran cerné d’une zone Lounge ou défilent les résultats de la course.

Une fois de plus, cette année a remporté un franc succès malgré une météo mitigée avec environ 400 participants. A noter un grand nombre d’abandons sur l’épreuve Ultime et qu’un tandem s’est aligné sur cette épreuve difficile et peu adaptée à la machine. Plus de 10h de selle pour rallier l’arrivée…

Le vainqueur de l’Ultime, pour la seconde fois consécutive n’est autre que Sébastien Pelé, de Touraine, devenu un de nos meilleurs spécialistes Français du XC Marathon qui s’impose en 5h09mn46.

nwm-granit-montana-podium-miss nwm-granit-montana-sebastien-pele

Résultats complets : Granit Montana 2016/Classements

Cette épreuve reste vraiment à classer parmi les plus belles organisations de France, elle fait découvrir une partie du Limousin, région peu fréquentée par les coupes de France et autres épreuves d’envergure. Comme lors de nos précédentes participations, un bon mal de jambes le lendemain, mais aussi aux avants bras et aux trapèzes car contrôler le vélo sur la trace, la vitesse et son équilibre, est au final aussi éprouvant que de pédaler dans les longues ascensions. Le niveau technique et physique de la Granit Montana requiert une vraie préparation, ne vous fiez pas à l’altitude du parcours, le cumul et la répétition vient à bout des plus arrivistes prenant cette épreuve à la légère. Autour de nous, impression unanime : c’est dur, mais c’est du beau VTT !

Infos et contact : http://ambazacsprinterclub.free.fr

nwm-granit-montana-chute nwm-granit-montana-photo-3 nwm-granit-montana-photo-4 nwm-granit-montana-singletrack

> Autres articles Evénements :www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Un commentaire sur “Granit Montana 2016 – Pas sans la Banana !”

  1. Jolie !
    et oui je confirme pour fait l’originale, le mot qui me viens quand je parle de la Granit c’est « Intense » tout est dur, mais bon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.