Extrême sur Loue 2014

EL3

EXTREME SUR LOUE 2014 : UCI Marathon Series – Championnat de France XC Marathon – Randos d’Or FFC

Ce week-end, se déroulait la 16e édition de l’Extrême sur Loue qui servait de support aux championnat national XC Marathon et à une manche de l’UCI Marathon Series. Cette épreuve qui a déjà accueilli les championnats du monde de la discipline est devenue une référence et une date incontournable dans le calendrier du VTT marathon français et international. Une nouvelle fois c’est donc à Ornans tout près de Besançon et non loin de la Suisse qu’en découdront les meilleurs vététistes mondiaux avec la présence des teams Bulls, BMC, Topeak Ergon et BH SR Suntour (seuls Christophe Sauser, Jaroslav Kulhavy ainsi que Sally Bigham chez les filles sont absents), quelques jours avant le dernier rendez-vous de l’année au Roc d’Azur.

Texte : Fred Ischard – Photos : Extreme sur Loue et Fred Ischard
Vous pouvez suivre VeloChannel sur Facebook/VeloChannel et sur Twitter@VeloChannel

Dès le samedi, un magnifique soleil est présent pour accueillir les coureurs et ce sont les plus jeunes qui ouvriront le bal avec l’Extrême Kids, des courses réparties en fonction des catégories d’âge sur un petit circuit tracé autour du site qui accueille l’épreuve.

EO2

Le lendemain matin, place aux deux épreuves reines et aux randonnées, plusieurs parcours proposés en fonction du niveau de chacun: parcours familial sur 20 ou 30kms, sportifs sur 40, 50 ou 60kms afin de découvrir tout les charmes de cette belle vallée de la Loue qui est un affluent du Doubs, pas de soucis nous sommes bien en Franche-Comté.

EO1

Concernant l’épreuve marathon UCI : 84kms pour les hommes et 63kms pour les femmes qui empruntent le même circuit que les hommes excepté la première ascension et la dernière boucle. Quelques gouttes sont tombées pendant la nuit mais finalement la pluie épargnera les coureurs cette année et le terrain restera dans l’ensemble très praticable.

A 8h45, les dames s’élancent pour 63kms et 2300m de dénivelé. Certes un petit peloton (une quinzaine de filles environ) mais une belle lutte en perspective pour l’attribution du titre national avec nottament la championne de France en titre Hélène Marcouyre du team BH Suntour, Fanny Bourdon du team Look Beaumes de Venise, Margot Moschetti du team Scott La Clusaz et Coralie Redelsperger habituée du podium sur cette épreuve, le tout arbitré par quelques étrangères venues marquer des points UCI. C’est Fanny Bourdon qui mène le peloton dès les premiers kilomètres et rapidement le groupe se scinde en deux au pied de la première difficulté après 10kms. Au sommet de cette difficulté, Moschetti prend déjà le commandement de l’épreuve et ne le lâchera plus jusque l’arrivée en effectuant un véritable cavalier seul et creusant régulièrement l’écart sur ces adversaires, elle boucle le parcours en 3h37 et termine avec 4′ d’avance sur Sabine Sommer et 7′ sur Kristina Kollmann. En terminant 4e, la belfortine Coralie Redelsperger devient vice championne de France marathon et Hélène Marcouyre monte elle aussi sur le podium en terminant 3e, Fanny Bourdon n’aura quand à elle pas été en mesure de se mêler à la lutte…

ELD

A 9h, c’est au tour des hommes de s’élancer pour 87kms et 3300m de dénivelé sur un parcours très varié : des ascensions essentiellement sur pistes avec des cailloux et des dalles souvent grasses et humides, des descentes très ludiques sur des sentiers pentus en sous-bois avec du dévers, des racines glissantes et toujours ces pierres calcaires et granitiques humides qui rendent ces descentes très piégeuses. Il est donc très facile de partir à la faute et il faut constamment maitriser sa vitesse et ses trajectoires. Sur les 25 premiers kms, le parcours reste sur la rive gauche de la Loue et profite du relief escarpé de cette vallée en escaladant et redescendant à trois reprises le long de la rivière, ça occupe déjà un peu en variant les terrains entre sous-bois et pâturages jurassiens… Ensuite, les 20kms qui suivent sont semblables mais côté rive droite de la Loue ce qui permet de voir un paysage différent d’autant plus que le passage au sommet du belvédère de Haute-pierre qui domine ces gorges, ça vaut vraiment le coup d’oeil, certes la montée est vraiment difficile mais se différencie des autres par la variété du terrain: piste, single technique, prairie et enfin une centaine de marches bien casse-pattes. Après 50kms, le profil change un peu avec des montées plus roulantes et moins raides, par contre toujours autant de cailloux puis la très jolie descente sur Ornans sur un single en bord de falaise. Une fois à Ornans, les coureurs n’ont fait « que » 70kms donc ce n’est pas fini, il reste une boucle de 14kms : une ascension de 3kms pour gravir jusqu’au sommet d’un rocher qui domine cette cité natale de l’écrivain Gustave Courbet, une longue partie roulante qui dénote un peu du reste du parcours (mais qui s’en plaindrait à ce moment de la course), une partie casse-pattes en forêt et enfin l’ultime descente technique sur l’arrivée. Bref un parcours très plaisant, joli, varié, bien physique, technique et pas insurmontable pour tout coureur prêt à courir 5 petites heures et enfin un parcours bien pensé qui ne s’écarte jamais loin de la vallée, ce qui permet un suivi et une assistance technique très facile pour les accompagnateurs, bien vu messieurs du VC Ornans…

Retour à la course, ça part plutôt pas trop vite pour les 140 partants sur les 5 premiers kilomètres tout plat le long de la rivière avant que les choses sérieuses ne débutent dès la première ascension : 5kms de montée qui font exploser le peloton.
Après 20kms et la première zone technique, un groupe de 10 coureurs s’est détaché à l’avant avec notamment les français Thomas Dietsch, Maxime Marotte, Stéphane Tempier et Jordan Sarrou, le titre national se jouera donc entre ces 4 coureurs. Ensuite, la difficile montée du belvédère de Haute-Pierre va opérer une deuxième sélection : lutte acharnée pour le titre car les 4 français sont encore ensemble mais Tim Böhme (un des équipiers de Thomas Dietsch) a été lâché.
A mi-course, il ne reste plus que 5 hommes à l’avant dont deux français: Thomas Dietsch et Stéphane Tempier accompagnés du colombien Páez, du tchèque Hynek (vainqueur de la Cape Epic cette année) et l’italien Longo mais la longue montée sur Durnes va faire exploser le groupe de tête car Thomas est victime d’une petite crevaison, Hynek et le colombien Páez se portent en tête et compteront 3′ d’avance sur Dietsch et 3’30 sur Marotte au premier passage à Ornans.
Le suspens reste entier pour l’attribution du titre mais le coureur de chez Bulls augmentera son avance dans la montée et va gérer sa courte avance pour s’adjuger un nouveau titre de champion de France XC Marathon en terminant 3e de l’épreuve, 5′ derrière le vainqueur Kristian Hynek qui aura ajusté le colombien Hector Páez dans les tout derniers kilomètres.
2 minutes derrière Thomas Dietsch, c’est donc Maxime Marotte qui termine vice-champion de France et Stéphane Tempier prendra la 3e place, 5′ derrière.

EL4

La pluie arrivera finalement vers 15h, au moment des podiums, ce qui gâchera un petit peu cet épilogue mais tout le monde appréciera le repas chaud local offert par l’organisation… Puisqu’on en parle, l’organisation est parfaitement rodée pour cette épreuve très atypique et qui ne déroge pas à sa réputation…. A faire ou à refaire, seule la météo reste incertaine à cette période mais ça c’est comme les beaux cadeaux, c’est la surprise !

ELH

Résultats complets et infos : www.extreme-sur-loue.com

Vous pouvez suivre VeloChannel sur Facebook/VeloChannel et sur Twitter@VeloChannel
You can follow VeloChannel at Facebook/VeloChannel and at Twitter@VeloChannel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.