Fatbike M-Line (Part I)

Voici nos premières impressions, suite à quelques heures passées au guidon d’un fatbike. Ces vélos, conçus au départ pour la neige, empiètent désormais sur d’autres formes d’utilisation. Voyons si ça peut s’expliquer.

We got the opportunity to try a fat-bike last winter. Well, to make one’s mind up, nothing is better than a ride… What is so specital about this kind of bicycle? Wouldn’t this big-wheeled thing be too clumsy in the real life?

Autant le dire tout de suite, nous ne partions pas convaincus. Vaguement entendu parler de la chose depuis quelques années, et surtout depuis quelques mois. Aussi appelé snow-bike. Un machin pour rouler sur terrain meuble… Ou un mutant inventé pour écouler du pneu de brouette à prix d’or? Nous restions sceptiques.

contact fatbike mline

Mais les rumeurs persistent, la pratique semble s’établir. Plusieurs marques connues se sont lancées, ainsi que quelques cadreurs indépendants. Finalement, l’occasion se présente d’essayer un exemplaire de cette nouvelle espèce. M-Line, une jeune marque francilienne, commence à en assembler, et nous met très aimablement un modèle d’essai (cadre acier) à disposition.

Last december, M-Line, a little french company, offered us to try one of its first frames, with a pair of Surly wheels and a Salsa fork. So we set the saddle up and rode for a while in the Fontainebleau singlepaths. We speak about this bike there, and focus from now on on our impressions about this fat style.

Notre crainte préliminaire : devoir s’exstasier par politesse sur une caricature de VTT, pataude et triste. Mais le discours M-Line est simple et (presque) sans propagande : le fat c’est super, voila, les pneus ça se gonfle comme ça, monte la selle, hop, va rouler, on en parle après.

Les précisions concernant le vélo essayé en particulier font l’objet d’un article distinct. Ici, cap sur les pistes et singletracks de Fontainebleau, par la météo si clémente de la charnière 2013-2014.

essai fatbike

Dès les premiers coups de pédale, les préjugés défavorables fondent. Aucune lourdeur, juste une réponse un peu particulière de la direction due au volume des pneus. Sinon, c’est comme un vélo…

Well, this fat-bike does the job. We forget about all we thought first. The tires are -of course- very comfy. Roots, little rocks and others details on the surface of the Earth become -well, they just disappear somehow. The bike remains precise, though. You still get all the information you need from the ground, to steer gently with a smile on you face. Comfort and accuracy make this bike surprisingly easy to ride. Due to his huge width, the rear tire grips everything, while the front one always stays on the ground. We stay cool and enjoy.Only one chainring on the crankset, and we can already climb almost everywhere.

Des terrains plus accidentés vont ensuite mettre en évidence les talents de l’engin. On bénéficie  d’un très bon confort. Evidemment, la généreuse liaison au sol préserve le cycliste. C’est flagrant sur les racines, les marches ou rebords pas trop hauts, les caillasses… Tout ce qui fait les petits chocs -quand on roule en pneus de 2 pouces de large- est presque complètement gommé. Néanmoins, la précision du cadre rigide reste intacte. Et ce couple confort-précision fait profiter le pilote d’une aisance générale suprenante. On roule décontracté et c’est très agréable.
Et le fat c’est efficace. En se déformant, les gros boudins absorbent les aspérités ET adhèrent sur une surface énorme. Le gommard arrière s’accroche à tout et n’importe quoi, et la motricité est bluffante même en se levant de la selle. Rien à doser pour garder simultanément le grip à l’arrière et le contact à l’avant. On grimpe partout sans se poser de questions.

grimpée fatbike
Le modèle essayé n’a qu’un seul plateau. C’est un peu frustrant, on voudrait pouvoir tirer plus court pour franchir certains passages. Mais quelle facilité pourtant! Bien sûr, il faut rester réaliste sur les gros chocs ou dans les descentes remuantes. Mais même dans ces cas-là, le savoir-faire du pilote sera quasiment sa seule limite.

The fat-bike won’t do pure DH of course, but if you know how to do it you’ll get down safely from almost anywhere.

descente fatbike

Une seconde sortie va confirmer ces impressions. Les gros pneus préservent le cycliste et limitent grandement la fatigue. L’impressionnante adhérence (au pédalage comme au freinage) maintient une constante sensation de tranquillité. Dans le sable, le comportement du vélo reste égal, les pneus ne s’enfoncent pas et ne sont donc pas freinés.

Bien plus qu’un gros jouet, voilà un outil polyvalent et facile, presque reposant. Et tout ça sans huile, ni précontrainte, ni molette, ni levier, ni outillage spécifique… Il faut juste une pompe. Le fatbike, c’est comme une bouée, ça fonctionne dès que c’est gonflé. La technologie comme on l’aime.

bouées pingouin

La pression des pneus est d’ailleurs LE paramètre à soigner pour profiter des avantages de la formule. Il faut gonfler juste assez pour supprimer l’effet rebond, en laissant le pneu se déformer suffisamment pour absorber les aspérités de 3-4cm. La souplesse du pneu doit être à peine perceptible au pédalage sur terrain plat. On reste toujours nettement en-dessous du double de la pression atmosphérique. Pour rouler sur du bitume, on peut mettre plus, mais l’intérêt d’un gros volume d’air disparaît dans ce cas.

Air pressure is the secret. Fill the tires to swallow rocks and sticks, no more, and that will do. You could inflate harder for the road. But what’s the point to take a bike like this on the road anyway, if it’s not to go and play in the open wild?

Quant au poids, étonnament, on s’en fiche ou presque. Il a bien sûr une incidence sur le comportement du vélo, mais sur un fat on se cale sur un rythme cool, sans chercher la bagarre. Le modèle testé pesait dans les 14.5kg, mais nous n’y avons pas trop pensé.

Light may be right, but fat is cool. No need to mind the weight (approximately 14,5kgs for this one, with a steel frame), the efficiency of a fat-bike is elsewhere. And don’t get it wrong. It looks like a toy, but it’s a sharp and fun tool for many purposes, and always easy to use. So you could use it a lot…

Grosse surprise donc que ce premier contact. Un vélo à l’aise partout, à la prise en main instantanée… Bref, si ce n’est déjà fait, essayez un de ces engins, vous serez surpris. On est très loin du joujou-gadget, c’est fichtrement efficace et toujours agréable!

Le dercriptif détaillé du fat utilisé lors de cette prise de contact est ici.

The complete description of the bike used for this presentation is here.

Vous pouvez suivre VeloChannel sur Facebook/VeloChannel et sur Twitter@VeloChannel
You can followVeloChannelat Facebook/VeloChannel and at Twitter@VeloChannel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.