2eme ULTRA RAID VTT 360KM, le récit vu de l’intérieur

Le grand défi  

Seconde édition de l’Ultra Raid 360KM, à Domfront dans l’Orne, 2 années après une première édition qui avait bien fait causer au vu de la distance annoncée ! A nouveau présent en 2018, Sébastien Dupont nous fait vivre de l’intérieur cet événement bien atypique.

Photos : Les Ecureuils du Bocage

En cette fin juin 2018, l’heure de la seconde et tant attendue édition de l’ultra raid 360 est arrivée ! Pour rappel il s’agit d’un raid VTT au départ de la belle cité médiévale normande de Domfront avec un parcours comprenant 2 boucles distinctes de 90 kilomètres chacune que l’on va devoir parcourir dans les 2 sens. Un rapide calcul, 90 + 90, on multiplie le tout par deux et on arrive à 360 km. Il ne s’agit pas d’une course, c’est une organisation FFCT sous forme de brevet.

Pour venir à bout de ce long périple, on peut s’inscrire en solo, duo ou quattro. Les duo et quattro forment donc des équipages composés de vététistes se relayant, il ne s’agit pas d’une formule «Epic» où l’on roule en équipe. La zone de relais se situe sur le site de départ/arrivée (à Domfront), là où débute et se termine chaque boucle, les possibilités de relais sont donc tous les 90 km.

Côté organisation, avec un tel parcours, nombreux sont les bénévoles répartis entre la base centrale et les différents ravitaillements et bases de vie que l’on trouve tous les 30 kilomètres. Comme lors de l’édition 2016, on retrouve une superbe ambiance et des produits régionaux à chaque arrêt. Cette année, l’équipe organisatrice avait mis la barre haute en durcissant le parcours, «C’est le choix du chef» nous avouera un bénévole. Toujours deux boucles, la première vers l’ouest et la seconde vers l’est, balisées à l’aide de flèches réfléchissantes pour faciliter la partie roulage nocturne en plus du balisage plus classique tout au long des chemins, guidage aisé et peu d’impacts sur l’environnement. La première boucle fait 92 km pour 1700 m de dénivelé cumulé et la seconde est annoncée à 88 km pour 1450 m de D+, ces 360 km sont à réaliser en 36 heures maxi.
Briefing du vendredi soir pour rappeler les règles de sécurité, quelques vérifications de matériel pour chaque participant tout en profitant de la pasta party habituelle, c’est toujours plus facile d’être attentif le ventre plein !
On récupère la plaque de cadre, le plan du circuit et les quelques produits régionaux, que l’on retrouvera également pour le plus grand plaisir des raideurs sur les ravitos.

Le grand bain

Samedi matin 6h00, impossible de faire marche arrière ! Seconde participation en solo, autant dire que c’est du suicide programmé ! Après la première édition boueuse en 2016, celle de 2018 s’annonce plus sèche, du moins c’était ce que je m’étais dit…
En solo mais je suis accompagné de quelques amis dont Jérémy qui s’élance dans cette aventure également en Fat Bike.

De mon côté j’avais l’intention de faire le max de kilomètres possible en profitant le plus souvent des connaissances présentes et restant dans un rythme correct pour ne pas être trop dans le rouge. Dès le départ on se retrouve à plusieurs amis à rouler ensemble, Jérémy roule quelques kilomètres derrière. L’ allure est bonne, un peu plus lent dans les montées roulantes mais je comble les quelques mètres dans les descentes et les montées plus techniques avec l’avantage des gros pneus (en 4.4 pouces de large ndrl). On s’arrête environ 10 minutes par ravito, le temps de recharger les bidons, avaler quelques biscuits et autres aliments solides.

Nous effectuons les derniers kilomètres de cette première boucle à 4 mais les premiers soucis techniques arrivent déjà pour certains d’entre nous, avec dans l’ordre tout d’abord un roulement de corps de roue libre qui lâche puis une chaîne ensuite. Total de cette boucle, 90.68 kilomètres 1700 mètres de D+ en 5h48. Les équipages duo passent le relais, on s’attaque à la seconde boucle. Etant en solo, je marque une pause pour prendre le temps de faire lubrifier la chaîne, manger un plat de pâtes, un petit coup de fil à la maison puis je repars, accompagné de Jérémy. Nous n’avons pas la même allure donc je pars devant, ce que je regrette un peu car il abandonnera quelques kilomètres après et je me dis qu’il aurait était plus facile de se remotiver à 2.

Je roule bon train les 30 premiers kilomètres sur cette boucle qui mènent jusqu’à 120 kilomètres. Le terrain est complément différent de la première boucle, on est passé de chemins assez roulants et secs plutôt à découvert à des chemins de forêt boueux où il est difficile d’avancer. J’ai un gros passage difficile mentalement entre le 130eme et 150eme kilomètre, je vais subir le profil, le tracé me fait mal avec ces long chemins forestiers collants qui sont un enfer ! Etant chaussé de pneus «été», je perds parfois beaucoup d’énergie pour ne pas tomber. Une petite pause s’impose ! Et c’est le long d’un ruisseau, pour se rafraîchir le visage.
150 eme kilomètre, enfin le ravito où je retrouve les amis, eux aussi dans le dur. Je décide de ralentir la cadence et je les accompagne sur les 30 derniers kilomètres permettant de clôturer cette seconde boucle…et la moitié du parcours global. 88 kilomètres pour 1450 mètres de D+ en 6h19 pour la boucle 2.

A mi-parcours donc, le corps n’est pas trop mal, les jambes plutôt bonnes, juste le bas du dos un peu douloureux. Je prends le temps de bien manger, installer les éclairages, faire le plein de boisson et de barres chocolatées. Un petit thé et un massage du dos gentiment réalisés par mes compagnons de roulage et il sera temps de repartir pour profiter des dernières lueurs du jour. Il est 21h00, c’est parti pour la troisième boucle qui est donc la première que l’on effectue cette fois en sens inverse. Je me rends vite compte avec l’arrivée de la nuit que mon corps à besoin de sommeil, je n’ai aucune douleur aux jambes mais la fatigue est très pesante, les yeux se ferment tout seul et je commence à avoir mal au crâne. J’ai impression de faire du sur place, il m’aura fallu 3 heures pour venir à bout des 30 premiers kilomètres me menant au ravito. Il est minuit, le fait de savoir qu’à cette allure je n’arriverai pas au camp de base avant 6h00 du matin me finit complément ! Je décide donc de mettre fin à l’aventure, forcément déçu car finir l’Ultra Raid 360 en Fat Bike aurait était un sacré défi mais je reste satisfait d’avoir pris part à cette belle organisation et donné le maximum des possibilités du moment sur le vélo. Arriver fatigué sur ce type d’épreuve n’aide pas, il faut être frais et reposé pour mieux gérer les efforts et la fatigue.

Le bilan

Quelques chiffres :
202 solo engagés, 166 partants, 61 finishers
25 duo engagés, 23 partants, 19 finishers
18 quatro engagés, 16 partants, 16 finishers

22h29mn02s pour les premiers arrivants, l’équipage TAC Cyclisme composé de 4 membres, suivi de près par le duo Les Jaunes en 22h30mn47s tandis que Jérôme Pivert et Joachim Mendler seront les 2 premiers solo à en finir ex-aequo en 23h04mn57s.

Tableau complet des arrivées : https://vttdomfront.fr/ur360/index.php

Cette seconde édition aura à nouveau été une réussite, les participants sont unanimes, une épreuve hors normes et une organisation au top ! Nombreux sont les vététistes soulignant la gentillesse et le dévouement des membres du club organisateur ainsi que les bénévoles s’étant joints aux forces vives des Ecureuils du Bocage. Pas plus de 23° au meilleur du week-end, de très bonnes conditions pour ce défi physique dans le bocage normand et une occasion de découvrir un patrimoine très riche, on en redemande !

Site de l’organisateur : http://vttdomfront.fr
Si vous souhaitez découvrir la région via son espace VTT (450 km de circuits balisés) : https://vttdomfront.fr/espace-vtt

Voir aussi : Ultra Raid VTT 360 KM, une première réussie !

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.