Test du Wilier Cento1AIR

Un modèle de rigueur

Wilier Cento Air

Wilier fait partie de ces marques italiennes emblématiques, à l’instar de Pinarello et Colnago, chez qui on ne badine pas avec la qualité de fabrication. Cela se retrouve dans le comportement de Cento1AIR, un vélo efficace et rigoureux, qui file droit et qui se montre bien plus polyvalent qu’il n’y paraît.

Si Wilier nous présente tout juste en ce début de printemps le Zero.6, un cadre très léger à moins de 700 g et disponible en série limitée à seulement 200 exemplaires, il ne faut pas oublier le reste de la gamme, pléthorique et avec des modèles qui ciblent différentes utilisations. Le Zero.7 est le cadre des grimpeurs, le Cento1SR le cadre polyvalent, le GTR SL le cadre typé cyclosport, et donc le Cento1AIR le cadre de route aéro, qui reprend une partie de la conception du cadre Twin Blade de contre-la-montre. Ceci uniquement pour le haut de gamme, car tous ces cadres ont en commun d’utiliser les mêmes fibres de carbone. Ce sont les fameuses fibres de haut module 60 Ton, ce qui correspond à une résistance de 60 tonnes au mm2. Si c’est du Chinois jusque là, retenez juste que ce type de fibres de carbone, très haut de gamme, permet de réaliser des tubes plus fins et tout aussi résistants qu’avec du carbone plus basique. Au-delà de l’argument marketing, parce qu’un cadre de vélo n’est jamais totalement construit avec un seul type de fibres de carbone, les sensations délivrées par le Cento1AIR dès les premiers coups de pédale ressemblent non seulement à ce que nous avons pu rencontrer avec d’autres Wilier par le passé, mais aussi au comportement d’autres vélos transalpins. Bref, il y a vraiment quelque chose de commun à ces cadres italiens de haut de gamme ! Le poids peut-être ? Car, à près de 1200 g le cadre et 390 g la fourche, le Cento1AIR ne fait pas dans le léger, loin de là. Mais ce n’est jamais pénalisant sur le terrain, sauf sans doute pour grimper des cols. D’ailleurs, là n’est pas l’objectif avec ce vélo, comme le montre le montage : des roues à jantes hautes en carbone, mais à pneu (ici les Mavic Cosmic Pro Carbon Exalight), un groupe Shimano Ultegra et des accessoires rigides avant tout. Dans cette configuration, le Cento1AIR affiche 7,630 kg en taille S et sans pédale, et se vend 5098 €. Il est également proposé en Sram ou en Campagnolo, avec des groupes et des roues plus ou moins haut de gamme, et des prix qui s’étendent de 3798 à 8298 €. Notons que le kit cadre seul est aussi disponible, à 2898 € (on aime les 9 et les 8 chez Wilier !).

Wilier Cento Air

Des solutions techniques éprouvées

Tubes massifs et aérodynamiques, qui semblent parfois taillés à la serpe, haubans très bas et épais (concept Twin Blade), passages de câbles internes, boîte de pédalier BB386, bases asymétriques : le Cento1AIR n’est pas un cadre qui paraît simple de conception, mais tout fonctionne parfaitement néanmoins. De l’avis même d’un mécano, un Wilier est relativement simple à monter, sans prise de tête. Un très bon point pour commencer. Ensuite, cela se vérifie dans le fonctionnement de l’équipement : les deux roues prennent place parfaitement, sans réajustement nécessaire, entre les bases et les haubans ou au milieu de la tête de fourche, et la transmission et le freinage sont parfaits en termes de précision et de feeling. Mine de rien, tout cela participe d’emblée à la très bonne impression laissée par ce vélo. Il en est de même pour le jeu de direction, qui se règle au millimètre, tout en restant fluide. Même si le serrage de la tige de selle est un peu plus complexe que d’ordinaire, puisqu’il faut agir sur une vis avec un tampon tangent plus un collier, il n’est pas utile de serrer comme un boeuf pour que plus rien ne bouge. Bref, c’est du sérieux, à l’italienne. La fourche droite dont la tête est joliment intégrée au tube diagonal transpire l’aérodynamisme et la rigidité. Le tube supérieur légèrement arqué donne un peu de marge pour le réglage de la hauteur de selle, mais le Cento1AIR n’est pas un sloping à proprement parler. La boîte de pédalier, vraiment massive, est reliée à des bases plus discrètement asymétriques que sur d’autres modèles de la gamme. Globalement, avec son tube de selle aéro et sa large poutre faisant office de tube diagonal, le cadre ne fait pas dans la demi-mesure. C’est imposant, mais les lignes restent toutefois équilibrées. En taille S, ce vélo a belle allure, de notre point de vue en tout cas. Question tailles et coloris, vous avez le choix entre six propositions. C’est plus pléthorique au niveau du montage si vous souhaitez un vélo complet, depuis le Shimano Ultegra au Dura-Ace Di2, en passant par les Sram Force et Red ou le Campagnolo Super Record, avec des roues Cosmic, Sirocco ou Shamal. Cela manque de logique côté braquets par contre, avec uniquement du 50/34 et du 11/28, qui n’ont pas grand chose à faire sur ce type de vélo, a priori destiné à rouler vite. Idem pour le cintre compact, pas forcément à sa place sur un vélo pour fendre le vent.

Wilier Cento AirWilier Cento AirWilier Cento AirWilier Cento AirWilier Cento AirWilier Cento AirWilier Cento Air

Rigide et soyeux à la fois

Sur la route, le Cento1AIR profite d’une belle inertie pour filer droit et vite. Malgré un poids légèrement supérieur à d’autres vélos haut de gamme (le cadre, les roues, le groupe ne sont pas des modèles de légèreté), il se lance aisément grâce à son excellente rigidité, parfaitement répartie entre l’avant et l’arrière, évitant ainsi toute sensation de cisaillement et de perte de contrôle ou de motricité. Les roues sont d’ailleurs étonnantes de facilité, malgré leur profil. Elles sont tranchantes tout en restant maniables. Elles conviennent en tout cas parfaitement aux lignes du cadre, dans le sens où l’écoulement d’air autour des roues semble poursuivre sa route aisément autour du cadre. De bonnes rafales de vent à 30 km/h ne déstabilisent absolument pas la machine et l’ensemble est très efficace dès lors qu’on ne se montre pas trop gourmand au niveau des développements. Ce genre de vélo s’apprécie en cadence plutôt qu’en roulant sur le couple. Mais il n’est pas totalement inflexible pour autant. Rigide, il ne se comporte pas comme une poutre, et conserve un petit fond d’élasticité et de réactivité qui facilite les changements d’allure. Sur des démarrages, il réagit au quart de tour, aidé en cela par la géométrie de la direction, assez vive pour un vélo de petite taille.

Wilier Cento Air

Dans les bosses, la première chose qui frappe, c’est là encore sa rigidité : on ne ressent pas de perte d’énergie, le vélo ne se désunit pas dès lors qu’on appuie un peu en force, que ce soit assis ou en danseuse. Mais comme tout cadre de compétition, ce n’est pas lui qui se déforme pour arrondir un coup de pédale fatigué par la distance ou les difficultés successives. Mieux vaut alors adopter une cadence de pédalage assez élevée pour durer. Pour peu que l’on puisse tenter de nuancer, le Cento1AIR est « rigide » mais pas « dur ». Il ne montre pas de faiblesse, pas de point faible au niveau de son cadre ou de ses composants, sans se montrer cassant dès lors qu’on en saisit le mode d’emploi. Il est surtout extrêmement stable, ce qui se vérifie aussi bien à haute vitesse qu’en changeant brusquement de direction. Sans un être un modèle de confort, le Cento1AIR ne bouscule pas trop, c’est aussi un très bon point. La transmission fonctionne ici sans le moindre souci : c’est à la fois souple et direct, en partie grâce au cheminement sans détour des câbles de freins et de dérailleurs à l’intérieur du cadre. Quant aux roues, elles sont bluffantes d’efficacité et finalement très polyvalentes sur un terrain vallonné. Le freinage est en revanche très bruyant avec le traitement Exalight (la bande de freinage de couleur noire), malgré les patins associés.

Wilier Cento Air

Au final, ce vélo ne trahit pas la réputation des grandes marques italiennes, loin de là. Qualité de fabrication, finition et comportement porté sur le rendement et les qualités de roulement inscrivent le Wilier Cento1AIR parmi les « grands » vélos du moment. À découvrir, vraiment.

Wilier Cento Air

WILIER Cento1AIR
test-Wilier-Cento1-AIR-Shimano-Ultegra-Mavic17
test-Wilier-Cento1-AIR-Shimano-Ultegra-Mavic18
test-Wilier-Cento1-AIR-Shimano-Ultegra-Mavic19

Prix public : 5098 €

Contact : www.wilier.com

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

10 commentaires sur “Test du Wilier Cento1AIR”

  1. Bonjour ou je pourrais me procurer votre revue avec l’essai du WILIER CENTO 1 AIR
    Merci de votre réponse. Je suis de Belgique.

  2. Bonjour ou je pourrais me procurer votre revue avec l’essai du WILIER CENTO 1 AIR
    Merci de votre réponse. Je suis de Belgique.

  3. Je roule sur ce vélo depuis 18 mois , bon cadre nerveux avec un confort acceptable, équipé en ultegra di2 , que du bonheur, de plus j’ai opté pour les roues mavic rsys slr avec traitement des surfaces de freinage, ce vélo passe assez bien les cols de montagne ( Luc Alphand cet été ) et pour les descentes un vrai régal dans les courbes. Par contre j’ai du faire marcher la garantie par deux fois pour la boîte de pédalier bruyante avec remplacement des roulements. …..

  4. Bonjour,

    je trouve ce vélo magnifique, j’aimerais savoir si ce coloris est disponible dans le commerce?
    et concernant le résumé de l’essai, j’ai un peu de mal à me faire un avis sur son comportement en montagne.
    est t-il polyvalent? ou bien réservé aux rouleurs?
    je roule actuellement sur un BH G4 qui passe bien partout et j’aimerais conserver cet avantage.
    merci pour vos réponses.
    sportivement

    1. Bonjour. Cette couleur était bien au catalogue 2016. Concernant son comportement, c’est effectivement un vélo de rouleur, pas spécialement léger mais très efficace en roulant au train. Sachez que ce vélo de test a été récupéré par David Polveroni, et qu’il a remporté la Haute Route des Alpes avec. Et ce cyclosportif fait 52 kg ! Ce vélo est peut-être moins réactif et moins tolérant qu’un pur vélo de montagne, mais il reste très performant.
      Cordialement

  5. Bonsoir
    J’envisage de changer de vélo et ce modèle fait partie de mes premiers choix !
    Mais je n’ai pas forcément le budget au vu de cet équipement….Je souhaiterais néanmoins conserver des roues Mavic! Quel modèle vous pourriez me conseiller ?
    D’avance merci pour votre retour
    Michel

  6. Bonjour,
    attention pour les poids lourds (110kg). J’ai ce vélo en taille XXL depuis 1 an et je viens de ruiner les vis de serrage de la tige de selle car celle-ci glisse à chaque sortie. Système via tampon tangent pas fiable (se déserre avec les fibrations) et le collier n’est là que pour l’esthétisme car il sert juste à masquer la vis de serrage du tampon tangent.
    je vais voir le SAV s’il y a un remède? sinon collage carbone/carbone en sus du système.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.