SPECIALIZED 2017 : Premier test du nouveau Ruby

Specialized Ruby, le nouveau vélo de route à suspension pour femmes

Le nouveau Specialized Ruby 2017, un vélo de route avec suspension pour elles, dérivé du Roubaix pour eux… Equipé des dernières innovations technologiques de Specialized, ce Ruby nous promet un vélo de route qui allie confort et performance. Premier test pour découvrir cette nouveauté 2017 de la marque californienne. 

Texte : Muriel Bouhet – Photos : In-Yellow / L.Brun / Specialized

Force est de constater que les vélos de route du segment « endurance » ont le vent en poupe. Depuis ces dernières années, ils ont subi de nombreuses évolutions technologiques avec l’apparition des freins à disques, l’élargissement des sections de pneus, l’intégration d’élastomères ou bien encore de suspensions. Les fabricants mettent tout en œuvre pour privilégier l’aspect « confort » des machines sans perdre à l’esprit la performance.

Qu’est ce que Specialized nous a concocté pour 2017 ?

Non loin de la capitale française, juste après l’arrivée du Tour de France, Specialized nous a dévoilé les secrets de ce nouveau vélo dédié aux femmes, le Specialized Ruby 2017. Il est ni plus ni moins l’équivalence du célèbre Roubaix pour les hommes, appartenant aux vélos de performance adaptés à la philosophie du routier confort. Après deux journées de roulage intensif au cœur de la Vallée de la Chevreuse, nous avons pu tester cette nouvelle machine.

En quelques mots, les caractéristiques intéressantes de ce Ruby sont nombreuses : des freins à disques et des pneus à grosse section de 26mm, un cadre plus léger que son prédécesseur, une géométrie revue à la morphologie féminine et bien sûr la fameuse suspension « Future Shock » intégrée dans le tube de direction.

Le nouveau Specialized Ruby 2017

nwm-specialized-ruby-dame-2017

Au premier coup d’œil, le Ruby attire notre attention avec sa robe mauve pailletée dont la teinte change en fonction de l’intensité lumineuse, un succès auprès de la presse féminine à tel point que la suspension ne paraît presque pas visible. Il faut regarder de plus près pour se rendre compte des innovations.

nwm-photo-direction-furure-shock-specialized-roubaix-ruby-2017

La suspension « Future Shock » est logée dans le tube de direction entre la potence et le pivot de la fourche, où un ressort vient filtrer les irrégularités de la chaussée.

Cette suspension mécanique offre 20 mm de débattement avec une sensibilité adaptable. Il ne s’agit donc pas d’un amortisseur avec réglage du rebond mais bien d’un ressort qui offre trois duretés possibles : Confort (souple), Sport (moyen) et Race (dur).

Ils sont interchangeables et pourront donc s’adapter pourquoi pas au terrain, à votre poids ou encore aux sensations recherchées, un peu comme sur les régalages de pré-contrainte d’une fourche de VTT.

nwm-ressort-changement-specialized-roubaix-ruby nwm-specialized-suspension-direction-potence-roubaix-ruby-2017 nwm-specialized-ressorts-furture-shocks

Pour développer son système de suspension, Specialized a collaboré avec le célèbre constructeur automobile McLaren. Le fruit de leur travail a permis de définir les différentes raideurs de ressorts et le fonctionnement général du vélo sur les chocs. Ce concept sort de l’ordinaire et apporte un gros plus aux Roubaix et Ruby qui gagnent encore en confort sans perdre en rigidité ou en performance.

Il est clair que ce vélo est fait pour dompter les pavés… mais pas que ! Les ingénieurs de Specialized et McLaren ont poussé leurs recherches plus loin en voulant donner davantage de sens à la présence d’une suspension sur un vélo de route. En effet, la réduction des vibrations se traduit par un meilleur confort et rendement du cycliste, ce qui permet donc d’augmenter sa performance tout en limitant les risques de douleurs articulaires ou musculaires. Telle est la devise chez Specialized « Smoother is faster », autrement dit, plus de confort pour une vitesse accrue. A noter que ce système de suspension nécessite un diamètre de pivot de fourche plus important que les vélos standards.

nwm-tige-de-selle-specialized-s-works-CG-R-roubaix-rubis
nwm-tige-de-selle-ruby-roubaix-specialized-2017

En plus de la suspension avant, le nouveau Ruby est équipé de la reconnaissable tige de selle en forme de bec. Des inserts Zertz en élastomère (semblable à du silicone mais plus rigide) sont glissés à des endroits stratégiques de la tige de selle. Sa fonction est d’absorber une partie des vibrations verticales pour augmenter encore et toujours le bien être du cycliste.

nwm-serrage-selle-specialized-roubaix-ruby-2017 nwm-serrage-selle-specialized-roubaix-ruby-2017

L’aspect le plus frappant est le serrage de la tige de selle qui s’effectue au dessous du tube supérieur, sur le prolongement des haubans, ce qui permet à la tige de selle de fléchir plus librement.

nwm-specialized-ruby-roubaix-suspension-direction-2017

Toujours dans le but d’optimiser le confort du cycliste, le Ruby 2017 reçoit un nouveau cintre surélevé. Il présente une forme assez originale qui permet d’adopter une posture agréable, moins couchée sans avoir recours à des potences très relevées. Confort et performance vont de pair, une position moins fatigante pour plus d’efficacité dans la durée.

nwm-specialized-swat-route-rubynwm-specialized-ruby-swat-chambre-cartouche-co2-cartridge nwm-specialized-swat-ruby-roubaix-2017

Déjà vu sur les cadres de triathlon du Shiv, un boitier en plastique permet de transporter les gels/barres énergétiques ou téléphone et outils de réparation sans perdre en aérodynamique et libérant ainsi les poches du maillot. Le Swat conçu pour le Ruby et le Roubaix est logé dans le triangle principal, juste au dessus du boitier de pédalier, ce qui permet de garder le centre de gravité assez bas.

nwm-specialized-ruby-pavé-test-presse

Pour le reste des composants, la plupart d’entre eux sont de la maison : potence, tige de selle, cintre, selle et bien entendu la nouvelle paire de roues Roval CLX 32 Disc à jantes en carbones de 32 mm de hauteur pour freins à disque. Très légères pour un modèle à jantes à pneus et à disques, elles sont annoncées à seulement 1350 g la paire. Chaussées de pneus Specialized de 26 mm, elles ont un marquage discret qui en laisse libre l’utilisation sur un vélo d’une marque différente sans commettre de faute de goût !

Côté technique, le cadre du Ruby 2017 est en carbone à haut module. Les formes et sections des tubes sont disparates : tube diagonal surdimensionné, bases rectangulaires et lignes allongées des haubans, douille de direction imposante… Le résultat est convainquant et son poids allégé compense le « surplus » généré par la suspension « Future Shock ».

A savoir que le Ruby testé ici est un montage exclusif qui ne sera pas proposé à la vente. Sept modèles sont disponibles pour le marché francophone dont 4 modèles en version freinage à disque tels que le Ruby S-Works eTap, le Ruby Expert, Ruby Comp et Ruby Elite. Six tailles sont proposées du 44cm au 58cm (44, 48, 51, 54, 56, 58).

Premières impressions

Nous avons passé deux journées à rouler en groupe, à enchaîner les descentes et montées, parfois à bloc, sur pavés ou revêtements précaires. La pluie s’est également invitée lors des sorties, ce qui a permis de tester les limites du vélo.

Comme tout le monde, la première chose que l’on fait est de pomper sur le cintre afin de voir comment fonctionne la suspension. Rien à signaler, on note bien les 20mm de débattement mais ce qui est complément inutile à l’arrêt… De la théorie à l’action on part en se disant que l’on percevra des sensations similaires à celles qu’on éprouve sur les autres machines du genre. Or on se rend compte rapidement que le confort est bien présent et le rendement à son comble. Le Ruby roule à vive allure sur la chaussée à asphalte lisse et les relances sont faciles et instantanées. On en oublie même que le vélo possède une suspension. Celle-ci ne vient pas parasiter les changements de rythme et de direction, ni même lors des sprints, le comportement reste sain et vif. Il n’y a pas de perte d’énergie !

nwm-essai-specialized-ruby-roubaix-2017nwm-test-specialized-ruby-roubaix-2017

La sensation est toujours aussi agréable et confortable sur les routes en mauvais état, le vélo gomme parfaitement les irrégularités du revêtement abimé. Nous l’avons également mis à l’épreuve sur quelques passages en pavés, et l’absorption des chocs et des vibrations n’est pas mauvaise, mais il reste difficile de se faire une idée objective sur une aussi courte distance.

Nous avons testé les trois différentes raideurs de ressorts. En toute honnêteté, nous avons pu évaluer une légère différence de dureté entre le ressort « Confort » et celui « Race ». Mais ce n’est qu’un ressenti personnel qui peut être perçu d’une manière différente par les autres filles. Cependant, il est intéressant d’avoir le choix pour celles et ceux qui le souhaitent.

Au point de vue de sa stabilité, l’augmentation de la vitesse ne pose pas de problème. Même dans les descentes sinueuses, on reste en plein contrôle de la machine sans trop serrer le guidon. La direction reste assez équilibrée, assez nerveuse pour s’amuser et stable pour résister aux assauts de la route. De plus, le Ruby accroche à la route, peu importe le virage, une excellente maniabilité accentuée par le cintre semi relevé.

Le freinage a démontré une grande puissance grâce aux freins à disques hydrauliques, et on retrouve comme en VTT cette précision indéniable qui est parfois plus difficile à ressentir avec des freins à patins. Même par temps de pluie, le freinage reste imperturbable, ce qui est fortement appréciable.

Vous l’aurez compris le nouveau Specialized Ruby est une machine confortable accessible aux femmes qui souhaitent s’aventurer sur n’importe quelle route. Son look en séduira plus d’une. Un vélo de route polyvalent qui est autant taillé pour des sorties courtes peu exigeantes comme pour des longues distances plus musclées. On le verrait bien prendre le départ d’une cyclosportive genre l’Ardéchoise ou pourquoi pas la Haute Route !

nwm-essai-specialized-ruby-dame-pavé

Voir aussi : Toutes les nouveautés SPECIALIZED 2017

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *