Granit’Montana 2017, innovante et difficile !

Pour sa 8ème édition, la Granit’ Montana abandonne le contraignant format compétition mais innove en proposant un parcours de 100 Km aux côtés des désormais classiques parcours de 55 et 75 Km. Cette Granit’ Epic a de quoi impressionner sur le papier, 100 Km (!) et 4000 mde dénivelé (!!) répartis en une cinquantaine de bosses (!!!).

Par Vincent Lombardi – Photos : Granit’Montana/DR

Pas de montagne en Limousin mais il y a les Monts d’Ambazac qui proposent un réseau de sentiers vraiment incroyables autant en dénivelé qu’en technicité. Des centaines de kilomètres de sentes étroites tracées dans la tourbe, les pinèdes et le granit qui sillonnent cette région. L’organisation prenant en plus un malin plaisir à créer de nouveaux chemins spécialement pour l’occasion.


A 7H00, 130 courageux s’élancent sur le grand parcours depuis l’étang de Jonas, bel écrin de verdure qui accueille le paddock de la Granit’ Montana. Le temps est estival et le terrain sec contrairement aux deux années précédentes, par contre les températures s’annoncent très élevées. Le peloton s’étire dans les premiers singletracks, chacun essayant d’adopter un rythme adéquat pour boucler les 100 Km et ce n’est pas évident sur ses sentiers virevoltants aux relances incessantes. Rapidement, la première descente technique se profile, de la pente, des ornières, des changements de directions sournois et cette tourbe magique dans laquelle on peut prendre de gros appuis, c’est vraiment très plaisant à rouler. On sent tout de même que certains n’ont pas encore le coup de guidon requit, pas grave, il leur reste encore 95 bornes pour apprendre.

Entre lacs et forêts, nous progressons à bonne allure jusqu’au 2ème ravitaillement, nous abordons alors une section plus roulante mais avec de belles vues et toujours du dénivelé, une portion stratégique où il ne fallait pas être trop gourmand pour qui voulait terminer les 100 Km de cette Granit’ Epic. Après le kilomètre 48, le tracé reprend des couleurs et redevient plus technique. Nous avons le privilège de longer la tourbière des Dauges, avantd’attaquer la montée vers le point culminant du raid, le puy de Sauvagnac à 701 m d’altitude. Alors que nous avons déjà 72 km dans les jambes, la partie la plus difficile de cette Granit’Epic ne fait que commencer. A partir de là, le parcours n’est qu’une succession d’ascensions raides et de descentes tendues, comme les pistes gérées par l’association Singletracks, Kaolin, Ouhlala, Ragondin ou l’excellente A-line. Dalles de granit, successions de marches, cassures, sauts, elle n’a presque rien à envier à son inspiratrice de Whistler. Kilomètre 83, dernier ravitaillement, déjà plus de 7H de vélo, je commence à être bien cuit, il reste 17 Km, à 12Km/H de moyenne l’arrivée n’est pas pour tout de suite. La chaleur fait des ravages, il fait plus de 30°C lors de passages exposés au soleil, heureusement rares sur ce parcours presque intégralement en forêt. J’ai rejoint les participants du 75 Km qui peinent énormément, ça crampe de partout, beaucoup de gars sont arrêtés sur le bord les jambes tétanisées. De mon côté, je termine en gérant ce qui me permet de profiter des derniers excellents monotraces comme la ludique DH du Castor. Je franchis enfin la ligne d’arrivée, 2ème finisher d’un raid qui se méritait avec un niveau de difficulté technique et physique que peu d’épreuves atteignent en France. Le GPS indique bien 100 Km, 4000 de dénivelé pour 8H de roulage, des mensurations dignes de grosses épreuves montagnardes telles que le Raid des Terres Noires ou la Transvésubienne et pourtant, nous ne sommes qu’à quelques kilomètres de Limoges.

Encore plus difficile, l’Ambazac Sprinter Club nous a proposé un sacré défi avec cette Granit’ Epic un peu dingue qui n’avait pas vraiment besoin de chronomètre pour être épique. Une épreuve atypique dans le calendrier des marathons VTT français du fait de son profil en montagnes russes et d’une proportion de singletracks techniques rarement atteinte. Une épreuve attachante également grâce à la convivialité véhiculée par l’équipe organisatrice et l’ensemble des bénévoles, énorme bravo à eux !

Infos : http://ambazacsprinterclub.free.fr

> Autres articles Evénements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Un commentaire sur “Granit’Montana 2017, innovante et difficile !”

  1. Super ces retours pour revivre l’aventure à tête reposée 🙂
    Bravo pour la perf ! Warf la moyenne !!
    C’est du lourd la Granit, et la chaleur a bien plombé le rendement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *