18e Raid Cap Nore

IMG_1964 BD

Tous les absents seront coupables !

Texte et photos : SebRV

Les 14 et 15 juin 2014, le raid Cap Nore a fêté ses 18 ans avec maturité, créativité et rigueur.

Singeant la Roja (Equipe nationale de foot espagnole défaite au premier tour du mondial 2014, après 6 années de domination de le monde de le ballon rond) un poil suffisante en vue du mondial de futchebol, le Joe Bike Team continue sa préparation du Roc d’Azur 2014, en dilettante. Comparée à la troupe fidèle et mobilisée sur la campagne précédente, l’effectif est, à tout le moins, clairsemé, à l’heure de monter dans les bus, direction le pic de Nore (sommet de la montagne noire -1211 mètres et des bananes). En ce samedi 14 juin 2014, en effet, ton serviteur est le dernier des mohicans à utiliser la désormais rodée logistique orchestrée par les quelques 230 bénévoles de l’ATAC, à l’occasion de Deval’Nore.

IMG_1858 BD
Ah, mais c’est Tic et Tac euh… Alain & Bruno, deux des piliers de l’ATAC.

Après quelques heures de chargement, d’attente, de petit déjeuner offert par l’orga, d’attente, de briefing du président, d’attente, de rencontre impromptue de collègues, d’attente… Bref, dans les cars cheminant au p’tit train sur la viroleuse D 112, bien nommée route de Carcassonne, nous nous disons que le réveil a, cette année encore, sonné trop tôt, cette année. Toujours le même souci de mémoire… C’est elle aussi qui nous a fait oublier le coupe vent dans la voiture, là bas, 30 kilomètres et 1584 mètres de dénivelé négatif cumulé plus au Sud. Et, de fait, connaitre un bon choc thermique, au pied du relais du Pic, entre la descente des cars, la récupération des vélos et le top départ. Bref, on n’a pas lézardé au pied du relais hertzien.

IMG_1861 BD
Le Pic de Nore, c’est un peu le Nord…

Si l’influence de l’ATAC, aussi étendue soit-elle, n’a pas d’impact sur la météo au niveau de la vigie de son évènement phare, elle est toujours autant capable de marquer nos cortex avec de nouveaux sentiers à rouler. Chose promise, chose due, entre Trassanel et Limousis, entre le 15ème et le 20ème environ, tout en respectant l’équation qui fait le concept et le succès de Deval’Nore (engagé au point de motiver les intégraux chasseurs de chrono et d’adrénaline mais pas trop pour que le randonneur puisse y tester ses limites), l’équipe de l’ATAC nous offre une portion complètement inédite. En grande partie tapi en sous bois, ce nouveau tronçon 100% singles, se substitue avantageusement à la légendaire combe que les fidèles connaissaient sur le bout des moufles. Info trafic à destination de ceux qui sont capables d’avoir de la mémoire au-delà d’une saison : un raidard en sous bois avec un droit qui enclenche dans la pente, fait monter, à lui seul, le niveau d’engagement d’un cran (à ce rythme, dans 5 ans, je viens avec des protec !).

IMG_1862 BD
Sans reconnaissance, les mollets encore gourds du trajet en car… eh oh, on arrête avec les excuses pourrites et on se lance !

IMG_1872 BD
Le passage mythique des antiques charriots à glaces n’est pas à la portée de tous et ton serviteur se sert pour la première fois de l’excuse de la belle image à faire, pour poser le pied (honnêteté, quand tu nous tiens).

IMG_1890 BD
Partie inédite de l’édition 2014 et aussi engagée qu’engageante, en accord avec l’orga nous resterons mystérieux sur sa localisation (teasing et journalisme font ils bon ménage ? Vous avez 4 heures).

IMG_1966 BD
Te voilà, toi !?

Pour le reste, cette journée organisée sans hésitation ni cafouillage, est encore une fois l’occasion, à une heure de route de la 4ème ville de France, de s’offrir un cocktail de vtt des plus variés. Du VTT de montagne aux singles cachés dans des combes préservées, en passant par des sentiers d’exploitations pour la récup. L’Aude est définitivement un inépuisable terrain de jeu comme l’annonce à demi mot la pub qui va avec la météo sur les radios de services public. Telle une petite centaine d’épicuriens, ton serviteur n’a pu se résoudre à faire le déplacement pour une seule descente. Nous dressons donc le camp et la spartiate table du côté de l’accorte Villegly, José les bons tuyaux me rejoint, on enquille deux trois boissons isotoniques et on roule la viande dans l’torchon.

IMG_1933 BD
L’aube audoise est chamarrée.

Le calme et la douceur de la nuit minervoise font oublier qu’on campe sur un parking !

IMG_1900 BD
Dimanche 15 juin 2014 – 6h18 : gentlemen, start your engines

Que dire de ce dimanche sans être répétitif ni lasser son fan clu… euh, son lectorat. Que la douche chaude généreusement laissée à dispo, deux jours durant te refait le cuir à neuf au moment d’attaquer le barbecue du samedi (ou de plier les gaules le dimanche). Que l’inénarrable et infatigable Eric « Jean Pierre Descombes » Davaine a eu, cette année, la bonté de nous laisser ronquer une demi-heure de plus. Et par la même de laisser partir les plus motivés, avant même l’heure officielle de lâcher des grands fauves (autrement nommés les extra terrestres de 80 et 100 kilomètres). Que démarrer une heure plus tôt qu’en 2013 nous a permis, mon aide de camp lusitanien et moi, de rentrer pour Tout le Sport. Et, en bonus, de ne pas souffrir de la chaleur, avant d’être à moins de 20 kilomètres de l’arrivée. Que la saucisse au kilomètre est toujours une torture au point de rencontre entre les trois plus longs tracés (ravito 3, bien en amont du passage au pic). Et qu’elle est tout autant une récompense, à Pradelles Cabardès (ravito 5, une fois le Pic passé). Que les éoliennes, ça fait toujours un chouya plus de bruit qu’une transmission bien lubrifiée. Qu’arriver au sommet à la force des mollets me fait immanquablement penser que je devrais me refaire le Pic du Midi sans emprunter la cabine, cette fois. Qu’il ne faut jamais négliger l’apport des pédestres et leur capacité à dénicher, défricher, partager de nouveaux passages.

De retour au village départ comme dirait Laurent Luyat d’une voix qui a enfin mué, dans l’après-midi du dimanche, accueillis personnellement et tout en vocalises et bonnes vannes par le divin speaker chauve, nous sommes encore une fois (on a arrêté de compter les participations), sous le charme. Et je ne parle pas de la singulière mixité de ce club. Enfin, pas que !

IMG_1979 BD

Ataceurs, ataceuses (Arlette, si tu nous lis…), ne changez rien et allons juste mettre un cierge, ensemble, au pied de l’autel de notre dame de la belle combe. Histoire que les intempéries vous (nous) épargnent, l’hiver venu.
Pour ne pas faire que flatter l’évènement et pour conclure, je dois concéder que, les ravines creusées comme jamais et les têtes de roches qui n’avaient pas vu le soleil depuis le paléolithique, m’ont un brin remué, au guidon de mon vieux semi rigide, le samedi après midi. Info de dernière bourre : le concept de rando à profil descendant a été certifié Commençal 2001 (concurrent semi rigide d’ISO 9001). Et les sensations n’en ont pas été moins fortes que le dimanche, à mach II sur les mêmes traces (rappelons que les 30 derniers kilomètres communs aux trois plus longs tracés, reprennent le tracé de Deval’Nore), le cul en suspension au dessus d’un tout-suspendu en 140. Juste différentes. A vélo aussi, le plaisir est dans la diversité.

Site web de l’ATAC, club organisateur : www.atacvtt.com

Vous pouvez suivre VeloChannel sur Facebook/VeloChannel et sur Twitter@VeloChannel
You can follow VeloChannel at Facebook/VeloChannel and at Twitter@VeloChannel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *