Test du Merida Silex 600

A mi-chemin…

Merida s’est immiscé dans le marché du Allroad en 2018 avec 2 modèles, un carbone et un aluminium, et l’on compte désormais 3 versions au sein du millésime 2019 puisque le châssis aluminium est désormais proposé en 2 montages. Test de la version intermédiaire Silex 600.

Par Yannick Oven

Si l’on regarde du plus près ce Silex, quelques éléments comme la transmission mono-plateau permettent de lui donner une vocation Gravel mais c’est avant tout un Allroad à usage polyvalent route/piste/voyage. D’ailleurs Merida le classe dans la famille Adventure au sein de sa gamme, c’est à dire des vélos de cyclo modernes reprenant les idées de base d’une randonneuse et d’un vélo de Touring.


Carbone ou aluminium ?

Trois modèles donc, un carbone et deux aluminium, tous trois équipés en SRAM Apex 1 avec un montage partiel ou complet de ce groupe mono-plateau d’entrée de gamme de l’équipementier américain. Si l’on se penche sur les Silex 300 et 600 partageant le même châssis (aluminium, fourche carbone), les différences portent sur le freinage, le pédalier, la cassette et les roues. Les 500 Euros d’écart entre les deux s’expliquent notamment par la présence d’un groupe complet SRAM Apex 1 (sauf chaine KMC) et ses freins hydrauliques associés pour le 600 contre des freins à câbles pour le 300.

Pour tout savoir sur le groupe SRAM Apex 1 : Essai du groupe SRAM Apex 1


Bodybuildé 

Le Merida Silex à cadre aluminium – et fourche carbone – présente bien sous cette robe bleue métal du plus bel effet (à condition d’aimer le bleu évidement), unique coloris disponible pour le 600 contrairement au 300 qui propose deux choix possibles.

Une allure dynamique pour ce cadre aluminium slooping assez imposant de par ses formes particulières comme la zone de direction recevant un tube diagonal aux formes généreuses. Habituel travail des tubes en hydroformage qui permet d’orienter les formes en fonction des contraintes, on ovalise, aplatit, élargit de façon à rigidifier et renforcer là où il faut sans compromettre le poids. Le tube de selle est de gros diamètre, la tige étant en 30.9 mm, on reste sur du costaud. Le raccord haut du triangle arrière au triangle avant est assez inhabituel, là aussi on renforce pour caler et fiabiliser l’ensemble. La boite de pédalier est de type PressFit, le standard commun actuel même si l’on à tendance à revenir au système fileté à cuvettes externes pour les machines où l’on privilégie la solidité. Si toute la gamme Silex est d’origine en mono-plateau, les emplacements (perçage et butée) pour le passage d’une gaine de dérailleur avant sont prévus, il est donc possible pour les amateurs de double et triple plateaux de faire la modification. Enfin, axes traversants de 12 mm pour les roues, toujours dans l’optique de rigidifier au mieux et d’utiliser un standard actuel au même titre que les freins à fixation FlatMount.

Perçages filetés prévus pour le montage de porte-bagages arrière et garde-boue. Pour les «bikepackers» souhaitant monter des enveloppes plus larges et volumineuses, pas de souci grâce au dégagement prévu en conséquence au niveau des passages de roues mais on évitera d’aller au delà de 40 mm si l’on roule en conditions humides. Les gros pneus proches des formats VTT XC ne pourront pas être montés (700×45 et plus). Trois emplacements pour les porte-bidons, deux habituels situés dans le triangle avant et un troisième sous le tube diagonal. A cela s’ajoute des plots de fixation sur la fourche pour installer des «cages» spécifiques Bikepacking.

  

Côté équipement, des périphériques Merida pour le poste de pilotage et l’assise, des classiques roues Fulcrum DB que l’on trouve souvent sur les vélos Allroad/Gravel dans cette gamme de prix, un groupe SRAM Apex 1 mais des disques Centerlock Shimano. Pneus «rapides» Maxxis Razzo Silkworm en 700×35 mm et montage chambres à air, un ensemble qualitatif venant de marques reconnues. Un passage en Tubeless Ready pourra être intéressant mais cela engendrera un coût supplémentaire à considérer vu la non compatibilité du montage d’origine.

A double tranchant 

Un «Allroad modulable», c’est ainsi que l’on peut présenter ce Merida Silex, qui confirme dès les premières sorties qu’il n’a pas été pensé dans une optique purement Gravel, c’est à dire un vélo sportif pour manger de la piste en plaine ou en montagne. Ceci étant, on peut quand même pratiquer cette discipline mais il faut adopter une certaine vigilance face aux reliefs des parcours empruntés, le 44 dents associé à une cassette 11/42 dents pouvant vite se montrer limite dans les fortes pentes – pas rares sur les pistes forestières quelles que soient les régions. Un plateau de dimension inférieure de 36 à 40 dents, plus habituel en Gravel, serait davantage adapté à l’usage général de ce vélo car ce 44 dents bénéfique sur la route avec des pneus route se montre plus pénalisant sur une utilisation Allroad. Le Merida Silex affiche ainsi son côté polyvalent, d’autant plus avec cette monte pneumatique particulière « quasi route uniquement ». Ce profil semi slick – ou plutôt slick à crampons latéraux – s’emmène facilement mais sa largeur de 35 mm et la nature même du Silex amènent à une certaine sagesse, le plaisir de rouler à son guidon passe par la modération dans l’allure, on est sur une vélo «loisir sportif» qui n’est pas conçu pour claquer des chronos, on le ressent d’ailleurs très bien dans les côtes où les montées façon dynamite sont à proscrire même si l’on ne note aucune déformation latérale du châssis qui reste bien rigide en tous points (axes de roues, boite de pédalier, triangles avant et arrière…) et offre de bonnes sensations de conduite – en précision notamment. La position est d’ailleurs très axée confort avec un cadre court (tout comme la potence d’origine) et une direction haute, comparable à ce que l’on peut trouver sur de vrais vélos de voyage dits «Touring» mais avec un zeste de sportivité en plus (bases plus courtes, cadre plus rigide).

Son cintre de forme standard actuel route accentue cet idée de vélo cyclo moderne, un vélo pour la route simple d’utilisation avec son plateau unique et capable de s’adapter à un changement brusque de revêtement, aisance et sécurité garantie sur les nombreux chemins carrossables encore très présents dans nos campagnes, quitter une route pour attaquer une piste, rien de plus simple. Dans cette optique, un guidon un peu plus typé n’aurait pas été de refus, le 42 cm – mesure extérieure – de notre taille L met un peu à l’étroit, ne serait-ce que 2 cm de plus auraient été préférables. Sur des terrains plus meubles, des surfaces terreuses que l’on rencontre en zone agricole mais aussi sur des sentiers forestiers avec des natures de sol peu ou pas rocailleuses, nous avons pu davantage apprécier les pneus Maxxis Razzo Silkworm en les exploitant complètement, les crampons latéraux assurant un bon guidage – sans pour autant non plus atteindre évidement le niveau d’enveloppes cyclocross – sur les parcours secs à légèrement humides. Si la motricité est inexistante dans la boue, on s’en sort pas mal dans la terre sèche et la poussière avec des crampons latéraux qui apportent du grip en traction, à condition de ne pas surgonfler et de jouer comme il se doit sur l’écrasement du pneu arrière en l’utilisant dans sa zone de confort.

Le Merida Silex est capable de tout faire mais on ne doit pas se montrer trop exigeant: ses diverses applications sont à pratiquer avec une certaine modération. Mais en effectuant quelques ajustements simples – changement de pneus, de plateau – on peut l’orienter vers une pratique de prédilection plus précise sans dépenser une fortune. Confortable et accessible, le Merida Silex est polyvalent et modulable, c’est ce qu’il faut retenir.

MERIDA SILEX 600

Les + : Look, position confortable, conception
Les – : Poste pilotage, denture plateau

Cadre : Silex Lite R12 aluminium
Fourche : Reacto carbone 12FM
Dérailleur : SRAM Apex 1
Leviers : SRAM Apex 1
Cassette : SRAM PG1130 – 11/42 dents
Chaîne : KMC X11
Pédalier : 44 dents
Freins : SRAM Apex HydroR Disc, disques Shimano Centerlock RT-54S
Roues : Fulcrum Racing Expert DB
Pneus : Maxxis Razzo Silkworm TS 700×35
Cintre : Merida Expert
Potence  : Merida Expert
Tige de selle : Merida Comp CC
Selle : Merida Comp CC
Poids :  9,89 kg sans pédales, en taille L
Tailles disponibles : XS(44), S(47), M(50), L(53) et XL(56)
Prix public : 1899 €

 

Merida propose également une ligne de bagagerie Bikepacking – sacoche de selle, sacoche de cadre et sac/support pour la fourche – à prix attractif pour un usage en accord avec ce Merida Silex, nous y reviendrons ultérieurement.

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.