Test du Ritchey P-29 ER

Légendaire et intemporel

C’est au millésime 2016 que le Ritchey P-29er a subi quelques changements par rapport au premier P-29 dévoilé en 2011, des évolutions nécessaires avec pourtant une géométrie qui est restée figée. Design à l’ancienne avec notamment des bases plutôt longues et un tube horizontal plus court que la norme actuelle sur ce cadre acier Ritchey Logic WCS remis au goût du jour pour traverser les décennies sans prendre aucune ride. Essai d’un vélo de légende. 

Par Yannick Oven

Moderne et traditionnel, le Ritchey P-29er entretient le mythe, celui d’un homme – Tom Ritchey – ayant construit son premier cadre acier en 1972 et qui fut le premier à fabriquer en série des châssis VTT dès 1979. On ne va pas écrire toute l’histoire (tant elle est longue) du moustachu californien mais rappelons tout de même certains faits, le P-29er véhiculant encore aujourd’hui le savoir-faire du maître. 1972, Tom Ritchey court sur route dans les rangs Juniors et construit son premier cadre dans le but d’obtenir une machine plus légère et plus performante que les aciers de série, le début d’une grande aventure… Quelques années plus tard, après avoir construit quelques centaines de cadres, c’est en compagnie de Gary Fisher et Charlie Kelly qu’il construit des vélos en série avant de créer ensuite en 1983 sa propre marque sous son nom actuel. L’acier léger, c’est ainsi que l’on peut résumer la philosophie de Tom Ritchey qui réussira à imposer ses merveilleuses machines P23, P22, P21, P20 sur les plus hautes marches des podiums internationaux aux mains de pilotes XC tels que Henrik Djernis, Thomas Frischkencht, Ruthie Matthes, faisant face – notamment dans les années 90 – aux constructions aluminium et carbone alignées par des marques comme Cannondale et Giant.

Back to the roots 

Si Ritchey Logic a ensuite délaissé la production de vélos pour se focaliser quasi uniquement sur la partie accessoires, la marque effectue depuis quelques années un retour aux sources en élargissant chaque année son offre cadres (et quelques vélos complets), la «mode» de l’acier revenant sur le devant de la scène pour satisfaire les cyclistes souhaitant acquérir une machine simple, robuste et efficace.

Si la gamme VTT avait complètement disparu au début du siècle nouveau, la résurrection est en cours avec le retour d’une collection s’étoffant régulièrement pour atteindre 5 différents châssis proposés au millésime 2019.

Qualité, robustesse et simplicité

Le cadre P-29er coloris Heritage (le fameux bleu/blanc/rouge cher à la marque américaine) laisse la place à ce noir et jaune alliant sobriété et dynamisme. Un peu dommage de trouver un peu de blanc sur les périphériques, du noir ou du jaune auraient apporté une touche finale plus plaisante.
Les évolutions par rapport à la précédente version (2011-2015) : disparition des pattes arrières coulissantes et passage à la douille de direction conique. Ritchey donne ainsi à son P-29er un caractère moins excentrique en le ramenant dans une «normalité originelle» XC.

Des tubes toujours estampillés Ritchey Logic WCS Triple Butted mais la marque reste discrète sur leur provenance et conception. Durant ses années fastes, Tom Ritchey revendiquait une fabrication Tange avec une série Prestige retravaillée spécifiquement pour lui, certaines épaisseurs devenant très fines. Ce n’est plus le cas aujourd’hui avec des tubes moins light mais on est tout de même sur 3 épaisseurs différentes selon les zones en fonction des contraintes exercées. 2150g pour un cadre en taille L, on est dans la norme actuelle pour un bon cadre en acier, c’est plus lourd que par le passé mais plus fiable.

Dans les détails, une boite de pédalier filetée pour un entretien facilité et plus de fiabilité, aucun passage interne (simple et facile à monter/démonter), un bon vieux blocage rapide à l’arrière (le Ritchey maison n’excelle d’ailleurs pas, un bon Shimano fera mieux le job !), un serrage de tige de selle soudé à boulon et une superbe douille de direction conique intégrant les roulements.

Un Groupe Shimano Deore XT complet – y compris chaine, cassette et freins (Ritchey n’a pas recherché l’économie en «gratant» sur certains somposants) – avec un étagement intéressant, 34/24 dents à l’avant pour 11/40 à l’arrière, offrant une bonne exploitation possible du 34 en XC tonique et de la polyvalence pour les sorties longues et difficiles grâce au double-plateaux. Une transmission orientée Trail/Rando sportive et un train roulant en rapport avec des roues privilégiant la solidité au rendement pur. Un peu plus de 1,7 kg la paire, on est pas non plus sur du poids lourd, assurément un bon compromis ici et une monte pneumatique en rapport pour cet ensemble Tubeless Ready. Pour le reste, du Ritchey WCS à foison, poste de pilotage et tige de selle en aluminium forgé pour rester sur des produits très largement éprouvés.

Sagesse

12 kg entre les jambes tout compris (avec pédales et porte-bidon), on est loin des machines de compétition en carbone descendant allègrement sous les 10 kg, comme un P22 ou P21 de l’époque aussi. Ceci étant, à prix équivalent (autour des 3000 Euros), nous ne sommes pas beaucoup plus lourd que certains carbone XC actuels. Un train roulant plus léger et plus pointu permettrait de gagner quelques centaines de grammes et d’avoir une machine plus efficace sur un XC régional par exemple, pour ceux qui souhaitent courir avec ce P-29er. Son comportement est ainsi plutôt neutre, en plusieurs points, avec une géométrie plutôt sage actée par une longueur de top tube modérée, des bases pas trop courtes et un angle de direction pas trop agressif (70°). On se sent bien davantage posé sur ce que l’on qualifie de «VTT sportif» plutôt qu’un XC pur et dur, et c’est plutôt bien pour un acier que l’on utilise plus généralement pour de la randonnée sportive. Mais il ne renie pas à ses origines avec une proue dynamique, la RockShox Sid XX apportant de la légèreté pour vivifier l’ensemble qui se montre au final bien équilibré, stable et suffisamment maniable pour une utilisation sur des sentiers bien sympas. Ce n’est pas un exemple de maniabilité et on ne peut pas dire que le Ritchey P-29er soit spécialement joueur mais il est bien posé avec ses gros pneus polyvalents (les légendaires Ritchey Z-Max WCS ici en 2.25 de large) et l’on peut en conséquence prendre de la bonne vitesse sur les single sinueux et manoeuvrer avec une bonne aisance. On peut le brusquer un peu dans les parties techniques, il ne rechigne pas et l’on profite de son bon niveau de stabilité pour passer proprement.

En termes de rendement pur, une fois encore ces roues typés Trail/Rando sportive sont plutôt polyvalentes et solides, en accord avec ce type de cadre, elle ne favorisent pas les accélérations foudroyantes mais apportent ce qu’il faut en termes de rigidité et nervosité. Ce n’est dans tous les cas pas un vélo pataud, on est sur un VTT pour aller partout et longtemps si l’on a envie, en adoptant des rythmes en fonction de l’état de forme et ça c’est top ! Clairement une machine taillée pour une utilisation «XC Sport» pour les gros rouleurs, à l’instar de Tom Ritchey qui continue d’aligner chaque année des milliers de kilomètres sur ses machines intemporelles.

Rouler sur un Ritchey, même si aujourd’hui 100% industriel, reste un privilège. Rien n’est plus beau qu’un acier artisanal mais un produit industriel bien fini est pour autant loin d’être déplaisant ! Le P-29er est attirant de par son look rétro et moderne à la fois, de par sa conception simple et durable, puis ça reste une marque historique faisant partie à jamais du patrimoine mondial du VTT. Montage fiable passe partout pour un ensemble sportif costaud, agréable et simple d’utilisation affichant une certaine classe. Un vélo attachant, 100% plaisir pour rouler sans contraintes de temps !

RITCHEY P-29ER

Les + : Conception, mythe, finition, montage
Les – : Patte de dérailleur non démontable, blocage rapide peu efficace

Cadre : acier Ritchey Logic WCS Triple Butted
Fourche : RockShox SID XX
Jeu de direction : Ritchey WCS Integrated IS42/28.6 – IS52/40
Dérailleurs : Shimano Deore XT
Shifters : Shimano Deore XT
Cassette : Shimano Deore XT 11/40 dents
Chaîne : FSA Team Issue
Pédalier : Shimano Deore XT 34/24 dents
Freins : Shimano Deore XT disques 160 mm
Roues : Ritchey Vantage WCS
Pneus : Ritchey Z-Max Evolution Comp 29 x 2.25
Cintre : Ritchey WCS Flat
Grips : Ritchey Truegrip WCS
Potence  : Ritchey WCS C220
Tige de selle : Ritchey WCS Link 27.2 x 400 mm
Selle : Ritchey Streem WCS
Poids : 11,57 kg sans pédales en taille L
Tailles disponibles : S(15″), M(17″), L(19″), XL(21″)
Poids constructeur cadre nu : 2150g en taille L
Prix publics :
– Cadre : 849 € le cadre
– Vélo complet : 3299 €

Contact : www.gyro.fr   Centre test : www.bikeandtest.fr

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur FacebookInstagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.