Allroad

Test du Hutchinson Black Mamba CX

 essai-pneu-cyclocross-gravel-hutchinson-tlr-black-mamba-700-34

Directement dérivé du modèle VTT, le Black Mamba CX est le modèle à très haut rendement de la gamme cyclocross du fabricant français, à utiliser sur terrains secs et roulants. Pas forcément habituel de retrouver ces conditions en course, du moins en Europe du nord, le Black Mamba CX peut être utilisé volontiers sur des machines Gravel sous certaines conditions…

Hutchinson fut le premier fabricant de pneus à introduire la technologie Tubeless Ready dans le cyclocross, avec à l’époque les Bulldog et Piranha. Et pour rappel, la marque française, en collaboration avec Mavic et accompagnée de Michelin fut à l’origine de l’invention du Tubeless en VTT en 1999 avec d’entrée de jeu un produit abouti à tringles souples. Michelin n’avait à l’époque pas réussi à rendre étanche son système sans utiliser des tringles rigides.
Une technologie largement maîtrisée pour Hutchinson donc et une fabrication non délocalisée, ces Black Mamba étant produits à Montargis dans l’usine habituelle de la firme fondée en 1853.

La gamme CX

Trois enveloppes spécifiques cyclocross chez le fabricant français avec tout d’abord le Piranha 2 CX, uniquement disponible en version boyau 700 x 32, un pur produit course pour les terrains secs et roulants pouvant être poussiéreux. Le Black Mamba CX, lui aussi conçu pour les terrains secs et encore plus roulants se décline en 3 versions : boyau 700 x 32, pneu à chambre 700 x 34 et Tubeless Protect’Air Max 700 x 34. Enfin, le Toro CX pour les terrains meubles et la boue rencontrés plus fréquemment en course est lui aussi proposé en 3 versions comme le Black Mamba mais dans une section unique de 700 x 32 pour coller au règlement UCI interdisant les largeurs supérieures à 33 mm sur les épreuves internationales.

Cyclocross ou Gravel ?

Si la largeur de 32 mm associée à la version boyau ne fait aucun doute quant à l’orientation du Black Mamba CX vers une utilisation en course au plus haut niveau, les 34 mm – hors normes UCI – des versions Tube Type et Tubeless Ready offrent un usage plus large, du cyclocross au Gravel grâce à une section accrue procurant davantage de confort. Montées sur des jantes ZTR Alpha 400 de largeur interne 17 mm, nous avons bien relevé une largeur de pneu de 34 mm aux niveau des flancs et 31 mm entre crampons. L’utilisation de jantes plus larges (la tendance actuelle avec du 19 et plus) permet d’augmenter encore cette largeur du ballon dépassant les 35 mm.

hutchinson-black-mamba-couleuvre

Cyclocross et Gravel

Nous avons roulé une première fois les Black Mamba CX sur un parcours Gravel à l’occasion de l’essai court du Caminade Gravel puis durant plusieurs mois montés sur un  SObRE Versatile de test. Au programme, des sorties Gravel en conditions très sèches à bien humides sur des pistes carrossables en terre ou calcaire tassé, des pistes caillouteuses, ainsi que des parcours typés cyclocross sur terre tassée et herbe très majoritairement par temps sec.

Montage inversé avant/arrière, pression préconisée 3 bars que l’on peut ajuster en fonction de ses préférences et du terrain. Hutchinson parle de version Protect’Air Max et non TLR (Tubeless Ready) souhaitant recommander l’utilisation de leur préventif maison du même nom. L’installation est aisée, claquage du pneu sans devoir utiliser un compresseur pour la mise en place.

pneu-hutchinson-black-mamba-france-protect-air-cx-tubeless-ready

Profil semi-slick avec une multitude de petits crampons d’épaisseur faible (un peu plus d’1 mm) + des latéraux plus hauts avec une hauteur de 2 mm. Gomme Race Ripost favorisant l’accroche en courbe.

hutchinson-black-mamba-cx-face

Parcours dynamiques sur sol sec assez dur, terre et herbe, le Black Mamba file et se montre très rapide pour enchaîner les relances. Bonne motricité et ça accroche correctement en courbe, y compris avec un peu de poussière. Le Black Mamba ne décroche pas d’un coup, la limite d’adhérence latérale est assez facile à jauger et l’on peut l’utiliser à bon escient pour faire glisser l’arrière en jouant du frein. Aborder des enchaînements de virages à haute vitesse et diriger ainsi l’arrière pour les passer plus vite est vraiment simple, la glisse est progressive et contrôlable. Sur les zones plus souples, sable et poussière plus épaisse, on trouvera les limites pour passer les talus abruptes avec une motricité plus limitée. Nous avons tenté le coup par temps humide au beau milieu de l’hiver sur ces mêmes parcours cyclocross, inutile de s’attarder là dessus, le Black Mamba CX étant complètement inefficace. Normal et prévisible, ce pneu n’ayant pas du tout été conçu dans cette optique.

En utilisation Gravel, on apprécie immédiatement le haut rendement du Black Mamba CX, offrant de très bonnes sensations de vitesse et d’accélération sur pistes caillouteuses et chemins agricoles peu détériorés, ainsi que sur la route également. La technologie Tubeless Ready permet d’utiliser des pressions basses et rouler des heures en profitant du confort procuré par ces enveloppes souples. Piste sèche ou mouillée, la différence d’adhérence est bien moins sensible qu’en cyclocross et l’on peut utiliser toute l’année le Black Mamba CX. On reste cependant prudent au freinage lorsque l’on évolue sur des parcours bien vallonnés et sinueux. S’il est toujours possible d’utiliser la glisse de l’arrière pour inscrire le vélo en courbe (les pistes carrossables tortueuses sont monnaie courante dans certaines zones géographiques), le risque de crevaison est réel avec des cailloux – même tous petits – qui ne manqueront pas de trancher le pneu facilement, conséquence d’une hauteur de gomme faible rendant la carcasse plus vulnérable. A ce propos, nous avons enregistré 4 crevaisons sur une cinquantaine de sorties, dont deux sur des freinages puissants pour attaquer une courbe en glisse. Le préventif s’est à chaque fois chargé de faire le travail avec plus ou moins de difficulté vu l’importance des entailles causées les 4 fois par des cailloux tranchants.
Le Black Mamba CX n’est pas indestructible mais on ne le qualifiera pas de pneu fragile, il faut simplement garder à l’esprit qu’il a été conçu pour des sols tassés terreux et secs pouvant être légèrement poussiéreux. Sur des pistes calcaire bien damées et sols gravillonnés, il excelle en performances et durabilité. Et sur les nombreux gros chemins caillouteux stabilisés que l’on a pu rouler, on peut tout de même sortir l’esprit tranquille et tracer à vive allure en profitant du rendement et d’une bonne adhérence latérale pour passer les virages en sécurité.
La longévité est bonne, il faut un paquet de bornes avant de ne plus avoir de crampons et transformer le Black Mamba CX en slick…

test-pneu-hutchinson-black-mamba-jante-ztr-alpha-400

En conclusion, excellent pneu pour les surfaces très rapides en cyclocross et bon choix pour une pratique Gravel en prenant un minimum de précautions permettant d’esquiver les désagréments. On évitera cependant de le monter pour un usage sur pistes à trop gros cailloux – quand ça commence à dépasser la taille d’un cochonnet !

HUTCHINSON BLACK MAMBA CX 

Les + : rendement, grip latéral, qualité de fabrication
Les – : Pas de section inférieure à 33 mm en Tubeless Ready

hutchinson-black-mamba-cx-profil

Construction (modèle de test) : Carcasse 127 TPI Tubeless Protect’Air Max
Tailles : 700 x 34 en version pneu ou Tubeless Ready, 700 x 32 en boyau
Poids : 354 g en Tubeless Ready
Prix public : 39,90 €

Voir également :

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *