Essai

Test du complément alimentaire Stimium MC3

Le complément alimentaire Stimium MC3 à l’essai

Le Stimium MC3 est un complément alimentaire sous forme de sticks à consommer en cure pour favoriser la récupération. Nous avons testé ce produit durant trois semaines.

Le Stimium MC3, utilisé notamment par la championne cycliste Pauline Ferrand-Prevot, se présente sous la forme de sticks de gel au goût légèrement citronné (pas désagréable d’ailleurs) et composé de deux ingrédients connus pour anticiper la fatigue et bien récupérer de l’entraînement : le malate, qu’on retrouve notamment dans la pomme, l’un des agents fondamentaux du cycle métabolique pour la production d’ATP, et la citrulline, que l’on retrouve dans les courges ou les pastèques, qui favorise le cycle de l’urée.

essai-test-stimulium-complement-alimentaire-sportif-pauline-ferrand-prevot

Obtenue par bioconservation, l’association du malate et de la citruline du Stimium MC3 est censée permettre au corps de récupérer plus rapidement des traumatismes physiques liés aux efforts prolongés, en facilitant l’épuration des déchets toxiques des muscles et en relançant la production d’ATP au sein des cellules.

Les sticks de gel sont à prendre en cure, 4 fois par jour, idéalement autour des repas, et 30 minutes avant et après l’entraînement. La boîte de 32 sticks (pour 8 jours de cure) est vendue 24€.

Conditions de l’essai

Il nous a été bien difficile de suivre le protocole, d’abord parce que durant cet été nous avions l’habitude de rouler pendant l’heure du repas de midi, et ensuite parce que nous ne sommes pas fans des prises de suppléments en dehors d’une alimentation normale. De ce fait, nous nous sommes contentés de 3 sticks par jour, mais comme nous avions deux boîtes, le test s’est étendu sur trois semaines. Stimium précise d’ailleurs que l’on peut opter pour une cure de 20 jours à 3 sticks journaliers sur de l’entrainement classique.

Évidemment, il n’y a aucun bilan chiffré à attendre, ce ne serait pas sérieux autrement qu’en passant par des tests de laboratoire. Nous avions un objectif en cette fin août (les 24 h du Mans), et l’entraînement était bien sûr orienté vers cette échéance. Il a consisté en des sorties pas trop longues (rarement de plus de trois heures et toujours rapides), avec des séries de fractionnés pour retrouver de la puissance et de l’explosivité. Devenus plutôt « diesel », la tâche n’était pas aisée. Le Stimium MC3 nous a-t-il aidés? Impossible à vérifier. Néanmoins, au fil des semaines et malgré une augmentation de l’intensité de l’entraînement, nous récupérions très bien, malgré un mal de jambes légitime sur les 20 premières minutes de chaque sortie. Et surtout, nous avons retrouvé notre fréquence cardiaque maximale, et donc la possibilité de se dépasser sur quelques dizaines de secondes, chose oubliée depuis quelques temps.

Les trois derniers jours un peu plus légers ont permis d’optimiser force et puissance, en plus d’une sensation de jus jusque là également oubliée. En favorisant théoriquement l’élimination des déchets et la synthèse de l’ATP, il est possible que le Stimium MC3 ait eu son rôle à jouer. Comme tout complément alimentaire digne de ce nom, son action reste difficilement quantifiable autrement qu’en se fiant à des sensations. Au moins n’est-il absolument pas dangereux pour la santé.

Contact : www.stimium.com

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *