Allroad

Test du BMC Crossmachine CXA01

Le sportif polyvalent

Présenté en 2015, le BMC Crossmachine CXA01 se positionne entre le cyclocross et le Gravel tout en reprenant à l’identique la géométrie (et les formes) du cyclosportif Granfondo. Un mélange des genres pour un résultat très intéressant… 

Dans la famille des Crossmachine, il existe deux modèles, l’un en carbone, l’autre en aluminium. Mais attention, entre le CX01 et le CXA01, la différence ne porte pas uniquement sur le matériau de construction puisque les géométries différent également avec une orientation plus typée cyclocross pour le carbone et un domaine d’utilisation plus élargi pour l’aluminium. BMC précise pour ce dernier « Prêt pour le cyclo-cross, pour le gravel, pour l’aventure ». Mais si on y regarde de plus près, le CXA01 n’est ni plus ni moins qu’un Granfondo GF02 Disc apparu il y’a quelques années et n’étant plus au catalogue de la marque suisse en 2017. Le CXA01, tel qu’on l’a découvert en 2015, utilise donc un châssis éprouvé mais bien loin d’être dépassé.

Trop de choix tue le choix

Pour acquérir un Gravel/CX en aluminium chez BMC, c’est simple, il n’existe qu’un seul modèle, à coloris et tarif unique sans options possibles. Le choix est vite fait donc, d’autant plus que le prix public de 2199 Euros le rend relativement abordable pour un ensemble très qualitatif. Un BMC reste un BMC avec ce look si particulier (le triple triangle et les haubans abaissés, les sections de tubes aux arrêtes assez marquées), propre à la marque que l’on ne peut retrouver ailleurs.

Sur ce cadre CXA01 en aluminium Triple Butted, on a une poutre diagonale imposante raccordée à une douille de direction conique assez volumineuse également. Le tube supérieur est probablement celui qui est le plus travaillé avec des formes complexes autour d’une section à 6 faces. Contraste étonnant avec l’arrière et ses haubans tous fins. Les bases, rabaissées et de section rectangulaire bien plus importante, avec une patte Postmount pour fixer directement l’étrier dont la fixation haute se fait sur le hauban gauche.

Boite filetée BSC, bien rare de nos jours, mais bien mieux en termes de fiabilité, et c’est pratique à démonter/remonter…sans marteau ni presse ! On remarque également le passage de câble de dérailleur en externe, dans ce même souci de maintenance aisée. La CXA01 est bien entendu compatible double-plateaux et transmissions électriques.

Les soudures sont toutes de type double-passe (partie basse comprise – boite de pédalier et pattes de roue), une finition plus classe de l’ensemble. Et puisque l’on parle de finition, dans les petits détails intéressants, les embouts filetés supportant les porte-bidons sont soudés et non rivetés au cadre, un bon point pour éviter les risques de jeu à la longue comme on a déjà pu le constater sur de nombreux modèles où l’on a riveté (par économie) ces inserts. Et on retrouve bien sûr les astucieuses fixations amovibles de porte-bagages et garde-boues apparues sur le Granfondo. La fourche carbone dispose de perçages filetés pour positionner un garde-boue avant, placés côté intérieur des fourreaux pour plus de discrétion.

Enfin, le choix de BMC de rester en axes de 9 mm à blocages rapides pour fixer les roues, certes moins rigides mais bien plus simples à manipuler lorsque l’on veut ôter les roues.
Un mot sur la déco, sobre avec cette belle anodisation noire, des motifs camouflage et du jaune pour égayer tout ça, très bien ainsi.

En termes d’équipement, rien à jeter (hormis les pneus, fragiles et non Tubeless Ready) avec des produits reconnus, un groupe SRAM Rival 1×11 avec une « grosse » cassette 11/42 dents – moyeu à corps de cassette classique type Shimano/SRAM et non spécifique SRAM XDR. Roues VTT XC de chez DT Swiss pour la fiabilité, montage des disques en Centerlock. Poste de pilotage et tige de selle maison, cette dernière en carbone pour procurer de la flexibilité. Selle Royal Saba, de forme proche d’une Fi’zi:k Aliante (Fi’zi:k fait partie du groupe Selle Royal…), un très bon choix pour ce type de vélo mais l’assise reste évidement très personnelle. Le cintre est classique dans ses formes, pas de produit typé Gravel avec une forme évasée par exemple, on a ici un produit conventionnel route/cyclocross.

Performant en tous points

A l’utilisation, comme on l’avait ressenti sur le Granfondo, c’est le niveau de confort qui impressionne. La monte pneumatique aide en ce sens mais pas que, d’ailleurs une largeur de 35 mm en Gravel est une valeur plutôt faible aujourd’hui. Le cadre filtre et la tige de selle se déforme aisément pour apporter son lot de confort. L’ensemble est « smooth » au roulage, c’est agréable, la géométrie tolérante – relax mais sans excès – associée donne un ensemble clairement adapté au Gravel. Car si l’on est sur un vélo confortable, la sportivité reste d’actualité avec un vélo qui se montre dynamique. Certes, on est pas au niveau des machines plus haut de gamme, mais l’avant directif et les bases relativement courtes (425 mm) offrent une bonne nervosité au BMC. On sent les roues brider ce dynamisme, non pas que les DT Swiss soient mauvaises, bien au contraire, mais les X1900 Spline provenant de la collection VTT restent l’entrée de gamme chez le constructeur suisse. Les sportifs avides de performance pure pourront au besoin investir dans une paire de roues plus en rapport avec leur pratique, ces X1900 étant un choix très cohérent par rapport au  niveau de gamme du CXA01. De plus, les pneumatiques d’origine « OEM » (première monte réservée aux fabricants de vélos) sont à chambre (mais les jantes sont compatibles Tubeless Ready) et particulièrement sensibles aux crevaisons (épines, cailloux). On apprécie par contre le dessin de ces Continental Cyclocross Race qui se montrent assez rapides, accrocheurs dans bien des circonstances et sécurisants. La largeur de 35 mm est intéressante sur des pistes et chemins assez roulants, mais justes sur des voies à revêtement plus grossier (voies romaines etc.). Mais une fois encore, le comportement du châssis en termes de tolérance permet de d’exploiter davantage ces enveloppes plus étroites que les 40 et + plus communément utilisées.
Si le vélo se montre assez réactif à l’accélération, il en est de même côté maniabilité. On a connu mieux mais bien pire aussi, disons que pour un vélo polyvalent Gravel/Cyclocross/route/Touring léger, le CXA01 se montre plutôt assez performant dans chaque type d’utilisation, ce qui est rare. Si la géométrie est assez sage avec les valeurs d’un vélo cyclosportif, on retrouve justement ce niveau d’efficacité qui sait également bien s’adapter à une pratique Gravel qui est devenu son domaine d’application principal. La potence est longue, 120 mm pour un 58 cm, mais il se manoeuvre correctement sans toutefois se situer au niveau de maniabilité de machines plus spécifiques prisées par les amateurs de Gravel plus engagé – évoluant davantage dans des petits sentiers sinueux par exemple. Mais sur des parcours Gravel respectant les origines de la discipline, le BMC CXA01 est parfaitement à son aise, c’est un réel plaisir de rouler à bonne allure à son bord, bien posé pour appuyer en tournant bien rond tout en gardant un certain confort.

Le 1×11 en plateau de 40 dents couplé à une cassette 11/42 dents permet de passer partout. Seul à très haute vitesse sur route, le 40 x 11 pourra trouver sa limite si l’on veut attaquer en descente, mais on pourra au besoin adapter le choix de la couronne en fonction de ses souhaits et de la nature du terrain. Ce montage de série offre néanmoins une plage d’utilisation relativement idéale.
Point de vue freinage, nous avions déjà parlé du Sram Rival lors de notre essai longue durée concernant ce groupe, voir Essai longue durée : Groupe SRAM RIVAL 22 HydroR Disc, puissant et progressif. Les axes de roues à blocages rapides laissent un peu plus de flexion entre cadre et roues, les plaquettes ont tendance à lécher le disque, rien de bien gênant en pratique sur chemins mais un léger bruit peut être perceptible sur route.

En conclusion

La migration route vers Gravel de ce BMC s’est faite naturellement, le Crossmachine CXA01 est une réussite, son domaine de prédilection est le Gravel mais on pourra toujours l’utiliser en cyclocross si l’on ne recherche pas la performance absolue. Une utilisation journalière pour se rendre sur son lieu de travail rapidement, avec la possible monte de garde-boue, est également tout à fait envisageable. Le BMC CXA01 est polyvalent et attachant, le niveau de performance globale étonne, il saura satisfaire les pratiquants « Offroad » cherchant un bon compromis entre confort et efficacité.

BMC CROSSMACHINE CXA01 Rival

Les + : polyvalence, confort, finition
Les – : pneus fragiles

Cadre : aluminium triple butted
Fourche : carbone TCC 01
Dérailleur : SRAM Rival 1
Poignées : 
SRAM Rival 1 HydroR
Cassette : SRAM PG1130 – 11/42 dents
Chaîne : KMC X11EL
Pédalier : SRAM Rival 40 dents
Freins : SRAM Rival HydroR Disc
Roues : DT Swiss X1900 Spline
Pneus : Continental Cyclocross Race – 700 x 35 mm
Potence : BMC RSM 03
Cintre : BMC RDB 03
Tige de selle : BMC TCC 01 – 350 x 27.2, recul 18 mm
Selle : Selle Royal Saba
6 tailles : 48, 51, 54, 56, 58, 61 cm
Poids :  9,41 kg sans pédales en taille 58

Prix public : 2199 €

Voir aussi :
Test du BMC Teammachine ALR 01
Test du BMC Teamelite 01
– Test du BMC Fourstroke FS01

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *