Essai

Test de la tenue hiver ASSOS Bonka

La classe en hiver

Malgré une dénomination à dormir debout (collant LL.Bonkatights_s7, veste IJ.bonKa.6 et sous-vêtement skinfoil_s7), la tenue Assos Bonka tend à simplifier l’habillement lors des froides journées d’hiver. Au programme : coupe parfaite, efficacité redoutable, durabilité assurée et tarifs au-delà du raisonnable. 

Mais pourquoi donc les fabricants de textiles semblent-ils rivaliser de complexité au moment de nommer les produits de leurs larges gammes? Assos ne fait pas exception à la règle, loin de là, avec des noms à s’arracher les cheveux. Heureusement en ce qui concerne la tenue Bonka, il suffit de prendre ce qu’il y a de plus cher dans le catalogue pour s’assurer le meilleur équilibre entre protection, respirabilité et confort lors de ces trop longues sorties d’hiver où la température stagne autour de 0°. Seule la veste IJ.bonKa.6 est supplantée dans la gamme par le modèle plus extrême IJ.bonKa.6 Cento Profblack, qui ajoute une couche imperméable (et 50 € pour l’occasion). D’ailleurs, en parlant tarifs, la marque suisse a trouvé depuis longtemps la parade aux reproches qu’on pourrait lui faire dans le domaine, avec le slogan Sponsor yourself (littéralement : sponsorisez-vous vous même), semblant signifier qu’il faut investir pour le confort et la performance. Dans tous les cas, ce qui ne se dément quasiment jamais chez Assos, c’est la durabilité des produits, que vous pouvez conserver de nombreuses années. Seules les couleurs passent un peu au fur et à mesure des lavages, mais rien de dramatique non plus. En parlant de couleurs, la veste IJ.bonKa.6 (400 €) est disponible en trois couleurs sur le devant, noir, bleu ou rouge. Mais elle est surtout disponible en 7 tailles et 2 coupes ! (une taille classique Mille, et une taille Cento très ajustée comme notre modèle d’essai). Le collant LL.Bonkatights_s7 (390 €) est lui un peu plus classique, en noir avec des éléments réfléchissant, aussi disponible en 7 tailles. Enfin, le sous-vêtement skinfoil_s7 (109 €) est disponible en 4 tailles. Et si nous parlons de simplicité lors de l’habillement, c’est que l’ensemble est prévu pour fonctionner ensemble, apporter une bonne isolation entre 0 et 5° avec seulement deux couches pour le haut du corps, alors que pour des températures inférieures ou supérieures il suffit d’adapter selon Assos le nombre ou l’épaisseur des sous-vêtements.

Une veste parfaitement coupée

Oubliez les tenues habituelles pour l’hiver, qui vous engoncent ou qui flottent au vent : la veste IJ.bonKa.6 est relativement souple et légère (472 g en taille S) et parfaitement collée au corps. Elle est pourtant composée de 32 panneaux, 6 tissus différents, et 13 composants. La coupe ajustée du modèle Cento, tout comme celle du modèle Mille, est conçue pour s’adapter au corps en position cycliste. Assos conseille fortement du choisir la veste exactement à la bonne taille, pour épouser les mouvements du corps et assurer les bons échanges thermiques. L’une des caractéristiques principales de cette veste, c’est le tissu laminé airBlock strataGonUltra (!) placé sur les panneaux avant et latéraux, les bras et le col. Un textile qui agît comme un bouclier léger et élastique imperméable à l’eau et à l’air, mais dont la membrane intérieure s’ouvre plus ou moins en fonction de la température extérieure pour permettre ou non à la chaleur corporelle de s’évacuer. Cette conception est doublée au niveau de la poitrine et du haut des bras par un tissu RXQ pour une meilleure isolation et ergonomie.

La poitrine toujours, et les coudes, ont une couche additionnelle anti-vent. Les panneaux arrière sont plus fins et plus simples, et même très légèrement alvéolés, pour évacuer la chaleur. Au centre, un panneau « stabilisateur » permet de conserver l’arrière de la veste et les poches parfaitement en place. On trouve trois poches bien profondes, ainsi que deux poches zippées supplémentaires.

La fermeture centrale est doublée d’un rabat interne pour éviter les infiltrations du vent. Enfin, le bas de la veste est parfaitement maintenu par une bande élastique avec des inserts en silicone au niveau du dos.

Une couche supplémentaire s’enfile comme une cagoule et est fixée à la veste légèrement en dessous du col. Elle protège le cou et le haut de la poitrine, et permet d’ouvrir légèrement la veste pour ventiler lors des longues ascensions, sans recevoir des bouffées d’air froid sur le devant. Sur la route, passée une très légère sensation de froid en partant, (le temps de s’échauffer et que l’association avec le sous-vêtement fonctionne) on ne note aucune entrée d’air désagréable, ni impression de flotter au vent. Il est ainsi possible de rouler en intensité dans des conditions froides, sans surchauffer en plein effort, et sans grelotter dans la descente qui suit.


Un collant perfectible

Une fois n’est pas coutume chez Assos, le collant LL.Bonkatights_s7 n’est pas exempt de tout reproche. Et pourtant, il ne manque pas de technologies, et là encore la coupe est parfaite. Un ajustement sans plis, chaud, et sans se sentir engoncé ou limité dans les mouvements. Tissu épais sur tout le cuissard, en plus d’un traitement imperméable pour retarder l’humidité lors des sorties pluvieuses. Au niveau des hanches, genoux et cuisses, une couche de strataGonUltra est ajoutée pour optimiser l’isolation.

Au bas du cuissard, on trouve non seulement de larges bandes réfléchissantes à l’arrière, mais surtout une barrière hydrofuge selon Assos, qui consiste en une matière déperlante qui ressemble à du néoprène, élastique pour que le collant reste parfaitement en place. Au niveau du buste, on trouve des bretelles plates et confortable, et une partie ventrale dégagée, sans élastique. Sur les bretelles, de chaque côté, un petit support pour les lunettes (pratique pour ne pas les perdre si on les enlève en montée par exemple).

L’insert est également un point fort chez la marque suisse, avec le modèle haut de gamme à plusieurs densité, et surtout non cousu sur les côtés, afin de suivre les mouvements du corps lors du pédalage. Enfin, un panneau supplémentaire est situé sur le devant au niveau du pubis, pour protéger la vessie contre le froid.

Reste que si le confort semble parfait, même en plein effort, certaines de ces caractéristiques peuvent poser quelques soucis à la longue. À commencer par la fameuse barrière hydrofuge en bas des jambes, qui en réalité fait un peu transpirer le bas des mollets et au niveau du tibia. Ce n’est jamais gênant bien sûr, et cela ne se ressent pas en roulant, sauf que cette partie humidifiée de l’intérieur rentre en contact avec le haut des chaussettes, qui elles mêmes s’humidifient progressivement (même quand il fait un froid sec). Du coup, on rentre avec les pieds mouillés, et avec une sensation de froid supérieure à la normal aux pieds, en portant pourtant les mêmes chaussettes/chaussures/couvre-chaussures que d’habitude. Ensuite, nous n’avons pas été pleinement convaincus par l’insert s7, non cousu sur les côtés. Au fil des heures, une partie latérale bouge et se place mal, occasionnant une blessure à l’entrejambe. La raison principale à cela est un léger décalage du bassin du testeur, et donc un pédalage légèrement de travers sur la selle. Mais là où cela se traduit seulement par des rembourrages pas toujours bien positionnés sur d’autres collants ou cuissards, ici l’insert bouge à cause de l’absence de coutures latérales. En revanche, il est à noter que cette absence évite toute irritation après plusieurs heures sous la pluie froide, comme c’est presque toujours le cas avec des cuissards mal finis.


Un sous-vêtement difficile à enfiler

Très serré (mais il est prévu pour cela), le sous-vêtement skinfoil_s7 est difficile à enfiler, et surtout à retirer en rentrant de l’entraînement. La faute à des tissus compressifs et isolants, qui ne laissent pas passer d’air entre le tissu et la peau. Pour assurer le confort, un tissu tubulaire sans couture est utilisé, très élastique une fois sur le corps.

Un col haut protège le cou. Aux tissus Assos Skinfoil, est ajouté du polypropylène, connu pour ne pas absorber l’humidité. Les fibres du Skinfoil utilisent l’humidité comme isolant et pour améliorer le confort. D’ailleurs, c’est une fois très légèrement humide que ce sous-vêtement assure la meilleure isolation en association avec la veste IJ.bonKa.6. Etonnant, mais cela fonctionne parfaitement sur des sorties de 4h assez rapides, avec une température entre 0 et 5° (et sûrement moins en ressenti réel à cause du vent).

Si votre pratique est plus cool, il est toujours possible d’ajouter en première couche un sous-vêtement été, voire d’emmener un gilet coupe-vent dans la poche pour les longues descentes ou les fins d’entraînement plus tranquilles. Et si au contraire vous souhaitez utiliser la IJ.bonKa.6 sous des températures un peu plus élevées (de 5 à 10°), mieux vaut choisir un sous-vêtement plus léger, pour un parfait maintien des échanges thermiques.

La tenue Bonka dans son ensemble est de très haut niveau. Jolie, bien coupée et encore une fois durable comme la plupart des produits Assos, elle reste extrêmement chère. L’investissement est donc à coup sûr à envisager pour plusieurs années.

Tenue ASSOS BONKA

Les + : conception, longévité, coupe, finition
Les – :  bas du collant qui humidifie les pieds, insert qui ne convient pas forcément à tout le monde, prix

Veste IJ.bonKa.6 : 7 tailles (du XS au TIR), 2 coupes (normale et ajustée), 3 couleurs (noir/noir, bleu/noir, rouge/noir). 38%PA, 10%PU, 14%EA, 5%PP, 33%PES. Lavage à 30°. Fabriquée en Lithanie.
Collant LL.Bonkatights_s7 : 7 tailles (du XS au TIR). 70% Polyamide, 17% Polyester, 13% élasthanne. Lavage à 30°. Fabriqué en Bulgarie.
Sous-vêtement skinfoil_s7 : 4 tailles, de 0 à 3. 79% Polyamide, 17% Polypropylène, 4% élasthanne. Lavage à 30°. Fabriqué en Italie.
Prix publics : 390 € (collant) 400 € (veste) 109 € (sous-vêtement)
Contact : www.assos.com

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

4 Commentaires

  1. grichka

    2 janvier 2017 at 7:46

    Zon rien compris chez Assos. Vêtements d’hiver, donc par faible visibilité, la couleur devant et le noir derrière.
    Chez DKT ils sont plus intelligent (mais c’est pas difficile à ne niveau)

  2. antoni

    4 janvier 2017 at 12:59

    899€…c’est une blague ?

  3. Philippe

    9 janvier 2017 at 8:14

    Cher mais réellement efficace. Ce week-end 4 heures entre -6 et -8 en total confort. Donc après on peut toujours critiqué.

  4. DIDIER

    20 janvier 2017 at 10:48

    Bonjour,
    Il y a un élément qui qui manque dans votre test concernant la tenue hivers. Les gants. Dans la mesure ou pratiquement toutes les marques proposent des modèles, il aurait été intéressant d’avoir votre avis sur les gants hivers ASSOS.

    Cdlt

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *