La Cyclo’Corse vécue de l’intérieur

Week-end Corse !

La Cyclo’Corse est la première épreuve de l’année organisée par l’équipe de Ludovic Valentin (LVO), qui marque le début du Challenge Cyclo’Tour Rotor pour cette saison 2017. Notre cyclo-reporter David Polveroni y était. 

Texte : David Polveroni – Photos : LVO

La Cyclo’Corse, ce sont deux journées de vélo : le samedi, un parcours de 70 kilomètres avec deux ascensions chronométrées et le dimanche deux parcours au choix, de 120 et 140 km, qui diffèrent très peu puisque les deux font le tour du Cap Corse.

Revenons sur la première journée. Après un départ neutralisé jusque Biguglia, le maigre peloton du jour (une soixantaine d’inscrits) est lâché dans la montée de Notre-Dame de la Vierge. Très vite sous l’accélération de Cedric Palluelo, on se retrouve à trois, puis tous les deux. On finit cette première montée en se relayant et on franchit la ligne main dans la main. Un effort très bref d’une vingtaine de minutes pour nous, beaucoup plus pour les derniers que nous attendons. C’est ça aussi l’ambiance LVO, et cela change de toutes les autres cyclos. Cela permet de partager la course avec tous, de profiter du ravitaillement, de faire des photos, de discuter. Bref il ne faut pas venir le samedi pour faire la course sur 70km tambour battant !


Nous redescendons groupés jusque Saint Florent, petit défilé dans la ville, puis c’est reparti pour l’ascension du col de Teghyme, toujours très roulant avec les deux derniers kilomètres plus difficiles. C’est la que j’en profite pour lâcher Cedric Palluelo et prendre quelques secondes afin de remporter le classement de cette première journée. Bien que très courts, les efforts sont violents surtout que l’on a le temps de bien se reposer entre les deux montées.

La remise des prix se déroule au gymnase du Fango à Bastia, avec douches à disposition des cyclistes et un bon repas fait par un traiteur. De quoi bien recharger les batteries pour la cyclo du lendemain.

Un dimanche au Cap Corse

Nous sommes une soixantaine de coureurs sur le grand parcours, une centaine sur le petit, un petit peloton qui mériterait plus d’ampleur vu la qualité de prestation proposée. Mais il faut rappeler que la Corse, ce n’est pas le continent, et que l’accès est plus difficile que pour d’autres cyclos. Sous un grand soleil et une bonne température estivale, comme la veille, le départ est neutralisé jusqu’au pied de la première montée, le col de San Stefano. Nous retrouvons des coureurs de l’île qui souhaitent montrer le maillot. Je suis très marqué mais je ne compte pas me découvrir avant la fin de la course. Celle-ci n’est pas propice à un homme seul, le retour est très roulant et venté le long du Cap Corse. Je reste donc aux avant-postes et nous sommes une vingtaine d’unités a basculer en haut du col sous quelques accélérations de William Turnes relayées par un coureur de Bastia.


Il fera la descente, cela étirera encore un peu le groupe. Le rythme est plutôt cool en bord de mer et nous permet presque de profiter du paysage, mais pas trop car il faut rester concentré… Peu après Evisa, ce même coureur de Bastia accélère et je reste à ses côtés, nous creusons un petit écart et au pied de la bosse qui suit, William revient de l’arrière et nous nous retrouvons tous les deux quelques kilomètres. Sans trop nous employer, car nous sommes trop loin de l’arrivée, une partie du groupe qui a explosé revient sur nous. On retrouve là Samuel Landevesque, Jean Luc Chavanon, Frank Lemasson, Billy Ceuster et Cyrille Vicenti tous deux de Bastia.

Dans un décor toujours magnifique nous franchissons ensemble l’avant dernière difficulté, la montée de Moulin Mateii. Une descente sur une route large, où Cyrille essaie de prendre de l’avance sans y parvenir nous amène sur l’autre flanc du Cap le long du bord de mer : nous filons vers Bastia, l’arrivée.

Nous nous relayons bien jusqu’à 5km du pied de la dernière ascension, où Cyrille parvient cette fois-ci à prendre une vingtaine de secondes. Mais très vite dans la montée, nous revenons sur lui. William imprime le rythme. Je le relaye fort et sans vraiment attaquer je me retrouve seul. A partir de là je vais accélérer très fort pour prendre de l’avance. La pente est faible, ça se monte rapidement, je suis gêné par un véhicule qui est stoppé sur un pont, mais cela se passe bien et j’arrive à repartir rapidement. Je ne vois plus rien derrière, je gère la fin en relançant sur les derniers virages : la seconde gagne de la saison est là ! Pas la plus facile car le terrain est compliqué à manoeuvrer. Mais je sais que plus les kilomètres passent, et plus cela tourne à mon avantage…

Comme la veille, la remise des prix se fait au Gymnase du Fango, où je suis plutôt bien lotît en produits locaux ! Le soir nous reprenons le bateau, on peut donc en profiter un peu 🙂

La fin d’une belle semaine que j’ai passée sur cette Île de Beauté. Je vous recommande d’y aller sans la moindre hésitation !

Prochain rendez vous pour moi sur la Bourgogne Cyclo ce samedi avant une première petite coupure.

Voir aussi : 

– www.challengecyclotour.com/resultats 
– www.strava.com/activities/944625758 
– www.strava.com/activities/943018625

> Autres articles Evénements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *