Girona MTB Challenge, étapes 2 et 3

Le Girona MTB Challenge se poursuit avec une belle étape marathon au programme de ce dimanche, de quoi bouleverser la donne au classement général mais également réaliser une belle visite des massifs séparant Gérone de la mer.

Étape 2 : l’étape marathon

80km et 2000m de dénivelé nous attendent en cette matinée. Au regard du parcours qui nous a été proposé la veille, nous sommes tous impatients de se lancer à l’assaut de ce tracé avec 50% de singletracks annoncés. C’est de nouveau un peloton de 450 coureurs qui s’élance pour une rapide traversée de cette ville touristique de Gérone, passage au pied de la cathédrale catalane et les premiers reliefs se présentent déjà devant nous.

La première partie du parcours est à peu près similaire à celle de la veille en termes de difficulté, à savoir une montée assez longue par paliers en empruntant majoritairement des chemins larges afin d’opérer une sélection la plus juste possible, chaque coureur de retrouvant à sa place en fonction de son niveau au terme des 10km de cette première difficulté du jour. On se retrouve alors au sommet du Puig Estrada qui du haut de ses 370m d’altitude domine toute la cité catalane de Gérone. Les groupes se sont formés naturellement et on retrouve 9 coureurs à l’avant emmenés par le leader de l’épreuve en personne, l’espagnol Cristofer Bosque qui va même s’échapper seul quelques kilomètres plus loin pour prendre 20 secondes d’avance. Derrière, c’est un groupe de 20 coureurs qui va se disputer cette 10e place tant convoitée.
On enchaîne par une section très roulante, l’allure s’accélère jusqu’au passage de la première zone ravitaillement au km 22. Il ne faudra pas plus de 50 minutes au groupe de tête pour boucler cette première section. On s’attaque ensuite à une longue partie physique en enchaînant de nombreux singles au profil ascendant, bien exposés au fort vent soufflant défavorablement. Chacun tente comme il peut de maintenir son groupe sauf… quand la malchance s’en mêle, en atteste les nombreuses crevaisons subies sur ce tronçon. Au terme d’une sévère rampe à escalader, on se retrouve à la seconde zone ravitaillement située à mi-parcours, le « Montnegre » où l’on passera une seconde fois un peu plus tard. Personne ne prend le temps de recharger les batteries mais certains le regretteront plus tard. On poursuit notre ascension vers le Mondgalar qui culmine à 410m d’altitude, on ne montera pas plus haut aujourd’hui. C’est sur ce secteur clé du parcours que l’espagnol Pau Zamora du team Scott-Buff place son attaque après avoir mené la chasse derrière un Cristofer Bosque qui donnera quelques signes de faiblesse alors que le chemin est encore long. Notre français Julien Bely ne pourra pas suivre l’attaque de l’espagnol et se retrouvera seul pour défendre sa place sur le podium du classement général provisoire.
Voici notre première descente technique du parcours, certes pas très longue mais suffisante pour dynamiter les différents groupes, à cela se rajoute la remontée vers le second passage du Montnegre et cette fois chacun se retrouve quasiment seul, il reste alors encore 30km pour boucler cette étape.
Justement, on amorce le retour vers Gérone et le parcours va devenir nettement plus sauvage avec notamment un long single technique suivant le lit d’un fond de vallon perdu, un monotrace perdu dans la forêt devenant ensuite plus cassant et technique où se mêlent pierriers et racines, un vrai régal de pilotage malgré la fatigue, on se sentira parfois bien seul sur ce tronçon.

Voici l’approche de la dernière zone ravitaillement, il ne nous reste plus que 15km à parcourir mais à peine le temps de respirer durant quelques kilomètres que se dresse devant nous la dernière difficulté du jour, une grande butte qu’il nous faut escalader en plein coeur du parc de Les Gavarres où sont tracées de jolies traces mais la montée raide et pleine de pierres nous amenant au pied de la mine del Nen Jesus sera franchement indigeste, on retrouvera bon nombre de coureurs fatigués ou victime d’hypoglycémies sur cette dernière difficulté.
Au sommet, il ne nous restera plus qu’à se laisser glisser vers la vallée du fleuve Ter avant d’affronter le vent pleine face pour rejoindre le palais des sports de Gérone où est installé le site névralgique de l’épreuve, une ligne d’arrivée particulièrement attendue tant le final de cette étape se sera révélé difficile physiquement et techniquement.

Le classement général s’en retrouvera chamboulé car le leader de l’épreuve aura subi une fin d’étape difficile, ayant un peu présumé de ses forces, l’espagnol Cristofer Bosque prendra la 12e place de cette étape et devra céder le commandement au vainqueur du jour, Pau Zamora, impérial aujourd’hui qui remporte cette étape marathon en bouclant les 80km du parcours en 3h46. Julien Bely aura de nouveau été surprenant sur cette étape, sans s’affoler il laissera partir le nouveau leader mais prendra de nouveau une superbe 3e place qui lui permet de remonter à la seconde place du classement général à 2mn20 de Pau Zamora. Derrière lui, c’est Ander Bengoa qui n’a pas pu défendre sa seconde place, prenant la 5e place du jour, il se retrouve à 3mn10 du leader de l’épreuve menacé à quelques secondes derrière par Christian Calados qui a terminé second sur cette étape. Les deux hommes forts de la première étape Cristofer Bosque et le suisse Hansueli Stauffer, respectivement 5e et 6e peuvent encore prétendre une place sur le podium final. Ça nous promet une belle bataille lors de la dernière étape qui se disputera ce lendemain sur un parcours long de 53km avec 1100m de dénivelé… Suffisant pour de nouveau chambouler le classement général ? Ca sera aux coureurs d’en décider.


Étape 3 : un final rocambolesque

Voici le final de ce Girona MTB Challenge, la 3e et dernière étape qui nous fera visiter quelques uns des sentiers empruntés sur le marathon UCI de la Tramun… Le soleil est revenu en terre catalane et rien n’est encore joué quand à la victoire finale aussi bien chez les hommes que chez les dames, les 6 premiers du classement hommes étant séparés de 5 petites minutes…

Cependant, pas d’excitation dans le regard des coureurs, chacun désirant profiter à fond de ces derniers kilomètres de course. Le dernier départ de l’épreuve est donné sur le coup des 10h au moyen d’un pétard assourdissant comme lors des étapes précédentes, c’est parti pour les 430 coureurs encore en course.

A l’image des deux autres étapes, on va retrouver un départ très rapide, dénué de relief. Ainsi, on va filer à toute vitesse le long du fleuve Ter mais gare aux pièges avec tout d’abord de nombreux îlots directionnels pour sortir de la zone urbaine avant d’emprunter des traces à travers prairies ou des chemins rapides. Après quelques kilomètres, voici les premiers sous-bois et quelques traversées de rivières à franchir tête baissée nous menant à notre premier single du jour plutôt bucolique au bord d’un ruisseau. Les groupes se sont déjà formés mais les écarts sont très resserrés, les premières rampes de la première difficulté du jour vont venir affiner la sélection bien que cette première ascension s’apparente plutôt à un enchaînement de petites rampes entrecoupées de sections roulantes. Les 15 premiers kilomètres seront bouclés en à peine plus d’une demi heure par les premiers coureurs. On retrouve de nouveau les sous-bois et cette fois pour de bon avec un autre franchissement de rivière un peu plus délicat que les autres puis la dernière rampe nous menant au premier sommet du jour. Place de nouveau au pilotage avec une jolie section singletracks très casse-pattes et rythmée puis une descente un peu engagée par endroits où l’on frôle les arbres De près, on joue un peu des épaules pour passer.

Nous voici au 25e km, nous attaquons la seconde ascension du jour que l’on escalade par une piste roulante et régulière. Dans le groupe de tête, c’est notre vendéen Julien Bely qui place une attaque au moment même où Pau Zamora ressent quelques difficultés suite à ses efforts de la veille. Il reste moins de 30km aux hommes de tête pour se disputer la victoire. Au sommet, nous atteignons le point culminant de l’épreuve en franchissant le Cal Monjo à 430m d’altitude. La suite va s’apparenter à un profil typé XC, tout en relance permanente, des singletracks qui tournent dans tous les sens, des buttes raides à gravir et de nombreux petits ruisseaux à franchir dans un décor très boisé et nettement moins aride que lors des étapes précédentes. La fatigue commence à vraiment se ressentir et malgré un dénivelé assez peu conséquent, cette étape ne sera pas facile du tout.
La dernière difficulté de présente au 36e km pour escalader la Muntanya de St Grau, succession de singles très raides à la limite du franchissable. On se jette dans la dernière descente tout en enfilades et il ne nous reste plus que 10km absolument plats pour rentrer sur Gérone. On filera durant quelques kilomètres très rectilignes sur piste à travers prairies avant de retrouver le final cassant de la première étape sur des singles piegeux le long du fleuve Ter.
Voici l’arrivée finale au coeur de cet impressionnant parc du palais des sports de Gérone-Fontajau où sera implanté le paddock de la prochaine Sea Otter Europe. Alors qui sera sorti vainqueur de cette étape ?

C’est finalement le suisse Hansueli Stauffer du team BIXS qui remporte au sprint face à l’espagnol Cristofer Bosque du team Cannondale-Tomas Beles au terme de 2h25. Julien Bely termine de nouveau à la 3e place de cette étape et en se battant jusqu’au dernier mètre pour boucler ces 53km à 2 minutes des vainqueurs, suffisant pour créer la surprise en remportant le classement général de ce Girona MTB Challenge. En terminant à la 7e place de cette étape à 3 minutes de Julien Bely, Pau Zamora devra se contenter de la seconde place de ce Girona MTB Challenge, Cristofer Bosque parvenant in extremis à compléter ce podium juste devant le vainqueur du jour Hansueli Stauffer. Ces quatre coureurs ne seront séparés que de 1mn10 au terme de ces 190km de course et 4500m de dénivelé, quel niveau et quelle bataille !

Chez les dames, la lutte fut intense également mais c’est finalement Janette Solsona du team Blue Motors Ponts qui remporte ce Girona MTB Challenge avec 34 minutes d’avance sur Inès Rodriguez et 38 minutes sur Nuria Suria.

Classements complets : www.gironamtbchallenge.com/results

Quelle magnifique épreuve que ce Girona MTB Challenge, une sensationnelle découverte à travers un terrain de jeu fantastique… Mais au delà de ces magnifiques tracés proposés durant ces trois jours, c’est également une prestation générale très soignée, on ne se sera pas moqué de nous… De l’accueil au coeur d’un paddock très sympa aux ravitaillements copieux sur les parcours ou aux arrivées en passant par l’organisation déjà bien rodée, on aura relevé aucune fausse note si ce n’est le petit cafouillage quotidien pour se placer dans le SAS de départ mais qui fait aussi partie du folklore espagnol.

Allez, n’hésitez pas et prenez rendez-vous pour 2018, la Catalogne n’est après tout qu’à quelques pas de nos frontières mais vaut vraiment le déplacement…

Voir aussi :
Girona MTB Challenge, étape 1
– Girona MTB Challenge, c’est parti !

> Autres articles Evénements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *