Essai des chaussures Suplest Edge 3 Pro

Le confort dans les moindres détails

Au sein des marques de chaussures de milieu et de haut de gamme, Suplest dénote par sa philosophie et propose des solutions intéressantes pour associer confort et performances. Focus sur le fleuron de la gamme, avec les Edge 3 Pro, qui ne manquent pas d’allure.

Suplest est une marque suisse fondée à Berne il y a tout juste 10 ans par deux pratiquants assidus, Robert Gehrig et Daniel Balmer, qui ont décidé de se spécialiser dans la chaussure cycliste, et uniquement cela. L’avantage de ce type de structure, c’est non seulement de pouvoir tester rapidement de nouvelles solutions pour répondre aux attentes des coureurs et cyclosportifs, mais aussi de prendre très rapidement de nouvelles décisions, avec peu d’inertie au moment de lancer la production. La gamme se compose de trois modèles pour la route, un modèle pour le triathlon, trois modèles pour le VTT, et enfin trois modèles pour le tout-terrain loisir. Comme nous le verrons plus loin avec les Edge 3 Pro, la conception des chaussures est pensée dans les moindres détails, de la semelle aux systèmes de serrage, en passant par la finition intérieure. Il en ressort des chaussures aux caractéristiques bien affirmées, et finalement fort séduisantes. Même s’il ne faut pas oublier que le choix de ce type d’accessoire est vraiment très personnel, en fonction du style et de la forme des pieds de chacun.


Finition exemplaire

L’empeigne en microfibres est à la fois fine et respirante, tout en apportant un excellent soutien. Les Edge 3 Pro se caractérisent par leur absence de languette traditionnelle, remplacée par le prolongement de la partie extérieure de la tige qui se glisse sous la partie intérieure (Anatomic Wrap) lors du serrage, enveloppant ainsi progressivement tout le dessus du pied. Une sorte d’armature renforcée de carbone (Carbon Shield) rigidifie le maintien, tout en protégeant le dessus du pied de la pression des câbles de serrage. Faisant partie intégrante de l’empeigne, le talon remonte très haut, jusqu’à maintenir enserrer le bas de la cheville. Contrairement à l’avant du pied, l’arrière est ainsi rembourré autour du cou de pied, ce qui donne l’impression d’être très fermement maintenu. La philosophie est ici radicalement différente d’autres marques, qui tendent quant à elles à « libérer » l’articulation de la cheville. Côté finitions, on retrouve des picots antidérapants au niveau du talon pour éviter à l’arrière du pied de glisser à l’intérieur de la chaussure, des aérations sur les côtés, une petite partie avant en mailles, et surtout un intérieur sans quasiment aucune couture susceptible de créer des points de pression.

Semelle carbone et serrages Boa

La semelle carbone dispose également de deux orifices pour l’aération, en plus d’un marquage pour les cales. Elle se montre rigide, sans atteindre exactement le niveau de raideur de certains modèles concurrents. Si la cambrure est peu prononcée, on regrette la faible largeur de la semelle. En effet, selon les cales utilisées et leur positionnement, une partie de celles-ci peut se placer en porte à faux. C’est un problème constaté sur certains modèles de chaussures dans les petites pointures. En termes de distance entre le pied et l’axe de la pédale, on se trouve ici à 3 mm environ au dessus de ce que l’on peut mesurer sur les Shimano S-Phyre RC9 par exemple, mais le talon est placé plus bas du fait de la cambrure moins importante. Les Edge 3 Pro bénéficient par ailleurs de talonnettes anti glisse remplaçables, et d’une protection pour la partie avant. Le serrage par deux molettes Boa se montre quant à lui parfait. Non seulement le système est fiable et éprouvé, mais il est ici placé de sorte qu’il maintient fermement sans créer le moindre point de pression. Il peut parfois arriver que le placement des molettes occasionne quelques douleurs sur le dessus du pied, alors qu’ici on est très bien protégé. Avec une conception qui ne fait aucun compromis en termes de maintien et de confort, le poids s’en ressent un peu, avec 252 g par chaussure en pointure 39, ce qui n’est pas le plus léger dans la catégorie.

Une vraie semelle intérieure

Le souci du détail passe également par la semelle intérieure, qui offre ici un excellent soutien. Suplest s’est ainsi associé avec Solestar pour fournir une semelle semi-rigide (à partir du milieu du pied et jusqu’à la cuvette du talon, y compris sur l’avant, vers l’extérieur), avec un soutien plantaire neutre, mais dont le côté remonte au niveau de la voûte afin d’éviter que le pied ne s’affaisse vers l’intérieur durant l’effort. Le but est ici d’optimiser le transfert de puissance en stabilisant le pied.

Sur la route

Les Edge 3 Pro ne se distinguent pas par leur légèreté, dans les deux sens du terme. En effet, en les enfilant on sent beaucoup de matière autour du pied, que ce soit autour de la cheville juste en dessous de la malléole, ou sur le dessus. A l’inverse, les doigts de pieds sont très à l’aise, ils peuvent se placer sans aucune contrainte. Le serrage enveloppe progressivement, sur toute la partie comprise entre le talon et juste avant l’articulation des doigts de pied. Ce qui surprend, c’est que ce serrage parait presque infini, grâce à la puissance du système Boa d’une part, et de la conception même des chaussures. Sur les premiers tours de roues après avoir simplement ajusté les chaussures, on ressent une certaine souplesse. La rigidité de la semelle n’est pas vraiment en cause, mais se pose plutôt ici le problème des larges cales Shimano, qui débordent un peu vers l’intérieur. Mais surtout, les matériaux un peu plus épais que nos chaussures habituelles donnent un côté un peu plus soft à l’ensemble. Le coup de pédale est assez naturel, bien qu’un peu bridé dans un premier temps par l’emprise sur le bas de la cheville. En serrant progressivement les Boa, les chaussures plaquent petit à petit le pied au fond de la semelle et la structure elle-même de la chaussure semble se raidir. Il n’y a ainsi plus de « pertes » ou de mouvements parasites avec un pied trop libre à l’intérieur. On fait de plus en plus corps avec le vélo, tout en conservant les doigts de pied assez libres. Si l’entrée de la chaussure et le cou de pied conviennent à nos pieds fins, en les maintenant parfaitement sans que des plis ne soient occasionnés par le serrage, la partie avant semble un peu plus convenir aux pieds larges. De légers plis (pas gênants du tout) en témoignent au niveau de la partie en maille. Un serrage très ferme si besoin vient confirmer que les Edge 3 Pro sont aussi adaptées à un usage compétitif. Mais surtout, on apprécie sur le long terme que ce serrage parfait n’occasionne absolument aucun point de pression, et donc de fourmillements dans les pieds, voire de sensations de « feu au pied » (qui sont la conséquence d’une mauvaise circulation sanguine à cause d’appuis ou points de pression mal répartis). Au final, on s’habitue rapidement à ce maintien à la fois ferme et soft et à une cheville légèrement bridée dans ses mouvements à cause de la hauteur du talon.

Les Suplest Edge 3 Pro sont originales et bien conçues, en plus de disposer d’une très belle finition, à la hauteur de leur prix (349 €, comme la plupart des autres chaussures haut de gamme du marché). Leur seul défaut, parce qu’à ce prix-là il faut être regardant au moindre détail, concerne la trop faible largeur de la semelle carbone et une compatibilité compliquée avec certaines cales ou réglages individuels.

SUPLEST EDGE 3 PRO

 

Les + : finition, conception du serrage, maintien, semelle intérieure
Les – : semelles extérieures un peu étroites

Conception : empeigne en microfibres, avec Anatomic Wrap et Carbon Shield, semelle carbone Ergo 360°, semelle intérieure Solestar, système de fermeture à double Boa.
Pointures :
 du 39 au 47 (demi-pointure du 42,5 au 44,5)
Couleurs : noir, blanc, gris/jaune fluo
Poids : 252 g par chaussure en taille 39 (vérifié)

Prix public :
 349 €

Voir aussi :
– Test des Shimano S-Phyre RC9 
– Test des Mavic Comete Ultimate 
– Test des Bontrager Velocis/Meraj 
– Test des Giro Empire SLX

Contact : www.suplest.ch

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *