Découverte

Ecodunes, la propreté du littoral grâce au Fat Bike !

nwm-ecodunes-fat-ebike-littoral-delta-rhone-arles

Le Fat, un objet d’utilité publique !

Ecodunes, une excellente initiative pour le bien de tous et de la terre, un bel exemple qui pourrait être appliqué dans de nombreuses régions pour venir à bout de problématiques récurrentes trop présentes dans nos belles contrées naturelles… 

L’association Ecodunes s’occupe de dépolluer les côtes méditerranéennes au niveau des embouchures du Rhône, ces larges étendues côtières en Camargue où les détritus charriés par le fleuve et les vents marins viennent échouer sur les plages et dunes du delta. On peut y ajouter le Vidourle comme fleuve côtier proche amenant pas mal de déchets lors de ses crues – les fameux épisodes cévenols en ce qui concerne le Vidourle qui traverse notamment la commune de Sommières plusieurs fois fortement sinistrée, le Lez quant à lui traversant Montpellier – à l’origine de quelques pollutions du littoral camarguais. Ecodunes, c’est une association créée en 2015 par Sylvain Maurin regroupant des bénévoles amoureux et utilisateurs de cet espace côtier unique, s’étant fixé pour mission le nettoyage de la côte du delta du Rhône.
Sylvain Maurin pratique le Fat Bike au guidon d’une Salamandre, mais lorsqu’il a fallu choisir un engin capable d’évoluer dans le sable et transporter de gros volumes de déchets, le choix d’un autre Fat, électrique cette fois, s’est imposé ! L’intéressé nous expose tout ça au travers de cette interview…

Photos : Ecodunes / Micaël Reynaud

VELOCHANNEL.COM : L’association Ecodunes est née en janvier 2015, tu en es l’investigateur, pourquoi et comment t’es venue cette idée ?
Sylvain Maurin : La première action lancée par Ecodunes remonte en effet au mois de janvier 2015. Mais cela faisait longtemps que l’idée tournait autour de moi. Ecodunes est en quelque sorte le fruit de trois vecteurs importants de ma vie :
– Trente années de sports de glisse en windsurf et kitesurf qui ont fait de moi un amoureux de la mer et de ses écosystèmes
– En parallèle, j’ai travaillé pendant 35 ans sur le Rhône, ce qui m’a permis de voir, lors des crues, la très grande quantité de déchets plastiques que ce fleuve charriait jusqu’à nos plages
– Je suis né sur ces terres de Camargue. Elles ont fait de moi un homme heureux. Je me devais de les remercier. J’ai donc eu l’idée de créer Ecodunes. Notre zone d’action s’étend sur les 100 kms de plages sauvages qui relient Port St Louis du Rhone(13) au Grau du Roi (30).

nwm-remorque-velo-ecodunes

Combien d’actions menées depuis l’existence de l’association ? 
On fait en moyenne 4 à 5 journées Ecodunes par an. Nos interventions sont souvent liées à la météo ; on attend les coups de vent d’Est et les fameux épisodes Cévenols qui font gonfler les cours d’eau, entraînant avec eux une grosse quantité de déchets plastiques que produit notre société de consommation. A ces journées, il faut rajouter les actions individuelles aussi discrètes qu’efficaces menées par nos adhérents, pour lesquels ramasser un vieux filet de pêche ou un bidon plastique en se promenant sur la plage est devenu un geste tout à fait banal.

nwm-ecodunes-action-plage-delta-rhone-camargue nwm-benevoles-adherents-ecodunes

Des chiffres concrets pour illustrer l’ampleur de votre action ?
En moyenne, une session Ecodunes rassemble entre 15 et 30 participants. En fonction de ce chiffre, de l’ampleur des dernières crues, et de la difficulté d’accès à certains endroits, on arrive à extraire des dunes entre 20 et 30 sacs de 100 litres par heure de cueillette. Notre record fut de 110 sacs de 100 l en 2h30, sans compter les déchets « de gros calibres » (chauffe-eau, épave de bateau, vieille planche à voile, matelas, roue de camion…)

nwm-mediterranee-netoyage-plage nwm-ecodunes-dechets-plage-camargue

Combien de membres actifs aujourd’hui, adhérents ou non adhérents ?
Notre association compte 40 adhérents, de 9 à 64 ans, et notre page Facebook est suivie par plus de 200 sympathisants.

Vous travaillez en concertation avec des mairies par exemple, quels échanges entretenez vous avec les collectivités locales ? Quels types d’aides apportent-elles ? 
On travaille avec l’accord préalable des mairies concernées. Elles sont au nombre de 4 : Port St Louis du Rhone, Arles, Les Saintes Maries de la Mer, Le Grau du Roi. Les services concernés nous fournissent les gants et les sacs, mettent sur zone une ou plusieurs bennes, et s’occupent du traitement des déchets.
Mention spéciale à la mairie du Grau du Roi qui nous soutient depuis la première heure, ce qui devrait nous permettre de développer à court terme une action plus poussée sur le cordon dunaire de cette commune.

Un Fat électrique et sa remorque, pourquoi est comment est venu ce choix ? Qui a financé cet achat ? Est-ce l’arme idéale pour nettoyer une plage ou une dune ? 
J’ai découvert le Fatbike en 2011. C’est un vélo qui possède de réelles capacités de franchissement sur tout type de sol, et le sable ne lui fait vraiment pas peur. Mais pour tracter une remorque artisanale de 0.6 m3 pleine à ras bord, les cuisses étaient vite en souffrance. Le fat électrique est devenu LA solution.
Pour le financer, j’ai d’abord fait l’avance (vélo + remorque 1400€), puis je me suis remboursé au bout d’un an, via les cotisations (10€ par adulte), et les premiers partenariats que nous avons établis. Il m’arrive de partir seul, pour 10 kms de cueillette. Je pars en mode « bio », et sur le retour, au fur et à mesure du remplissage de la remorque, je me fais aider par l’assistance électrique. Un quad + remorque pourrait être plus efficace, mais pour des raisons de coût d’achat et d’entretien, et en vertu d’une certaine « logique » écolo, j’ai opté pour cet ensemble qui, au demeurant suscite une belle curiosité de la part des passants.

nwm-ecodunes-fat-ebike-plage-sable-mer nwm-association-ecodunes-sylvain-maurin

Comment vois-tu l’avenir d’Ecodunes en général (action, développement, sensibilisation auprès de la population…)
Je dirais que lentement mais surement, Ecodunes grandit. Les adhérents sont devenus amis. Les parents amènent leurs enfants qui collaborent à la cueillette. Les gens viennent de loin pour filer un coup de main ( Montpellier, Avignon, Aix en Provence).
Nous allons signer un partenariat pour 2017 avec la Compagnie Nationale du Rhône. Sa Direction Régionale, basée à Avignon, soucieuse de l’environnement sur son domaine concédé, soutient notre action. En retour, Ecodunes va participer à des actions de sensibilisation initiées par la CNR sur la commune de Port St Louis, ville où le fleuve se jette dans la mer.
Le dernier volet qu’il nous reste à peaufiner concerne la sensibilisation des enfants. Nous allons très certainement en 2017 aller dans les écoles du Grau du Roi afin d’expliquer notre démarche et de faire en sorte que la prochaine génération se sentira plus concernée par la question de la pollution des dunes et des mers.
 
En guise de conclusion, Sylvain Maurin ajoute : « Il nous faudrait des dizaines d’Ecodunes et des centaines d’adhérents pour tenter de venir à bout de la quantité monumentale de déchets plastiques qui sont enfouis sous nos cordons dunaires… Si j’avais une baguette magique, je ferais bien voter une loi visant à proposer aux futurs détenus de droit commun une révision de leur peine d’emprisonnement s’ils acceptent de contribuer au nettoyage de nos plages. Ca viderait un peu les prisons, ça assainirait les plages et ça pourrait sensibiliser quelques uns d’entre eux… »

Pour rejoindre Ecodunes : www.facebook.com/groupe Ecodunes

nwm-ecodunes-logo
> Autres infos VTT : www.velochannel.com/VTT
> Suivez VeloChannel.com sur Facebook et Twitter

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *