Bike Check

COLLECTOR : Scrambler Taillefer

lapierre-scrambler-line-taillefer-max-concept-vintage-collector

Chargé d’histoire…

Pour ce Bike Check Vintage, on s’intéresse à la marque française Scrambler Line spécialisée dans le VTT de compétition, ayant marqué les esprits à la fin des années 80 et début 90. Le VTT était alors en pleine ébullition, le constructeur lyonnais n’a cependant pas survécu…

Moins de 10 années d’existence pour cette marque 100% française (localisation, développement, fabrication, tubes) qui fut active de 1986 à 1993. C’est peu mais aussi beaucoup à une époque où l’on voyait fleurir régulièrement de nouvelles marques, dont on apercevra parfois que des prototypes ! Et si la France occupera longtemps une place importante dans l’industrie du cycle (et de façon plus artisanale également) le siècle dernier, les années 80/90 marqueront un tournant avec de grandes marques qui boosteront leur activité grâce au VTT (Lapierre, Sunn par exemple…) tandis que d’autres entameront leur descente vers la clôture définitive (Liberia).

Le modèle américain

Cannondale et Klein représentaient à cette époque le must, de l’aluminium léger pour des châssis très efficaces, une finition exemplaire et de l’innovation. Scrambler entendait ainsi concurrencer directement ces deux marques référence en proposant donc des produits haut de gamme apportant de nouvelles technologies. Au menu pour les parties très atypiques, une grosse douille de direction usinée intégrant le jeu de direction et ses roulements annulaires SKF oversize, apparu quelques années auparavant sur le Yearling (on reparlera prochainement de ce modèle bien surprenant). La potence maison se monte façon Aheadset mais pas de capot de compression car c’est le capot aluminium de jeu de direction se vissant sur le pivot de fourche qui permet de lier fourche et cadre.

scrambler-douille-direction-oversize-usinee potence-scrambler-line-taillefer douille-direction-integree-potence-scrambler-line

Les tubes en aluminium Pechiney série 6106 sont renforcés aux extrémités via le procédé ATS (Azote Tubing System), c’est à dire que des manchons internes sont plongés dans l’azote pour être rétractés puis glissés dans les tubes, se calant en revenant à température ambiante.

Tige de selle spécifique en carbone non-verni de diamètre 32 mm et longueur de 390 mm, loin d’être une dimension courante à l’époque où l’on montait des diamètres inférieurs et des longueurs de 300 mm. Les Scrambler et leurs géométries très slooping (le Yearling l’était encore plus !) justifient ce choix. On remarque la selle Flite Alpes, une déclinaison de la légendaire Flite initialement prévue pour les vélos de route. Retaillée sur les côtés, la Flite Alpes convenait ainsi mieux à une pratique VTT nécessitant le passage derrière la selle dans les descentes très pentues.

selle-italia-flite-alpes
scrambler-taillefer-wishbone-magura-race-line-hs22

Multitude de podiums

La marque n’est pas passée inaperçue, trustant les podiums XC et DH grâce aux pilotes du Team Lapierre (Team Lapierre et Team Scrambler Line en 1992) évoluant sur ces machines françaises, la marque dijonnaise faisant construire durant 3 années la partie haut de gamme de ses modèles de série qui étaient siglés Lapierre Scrambler Line. Parmi les athlètes principaux ayant placé ces machines sur les podiums nationaux et internationaux avec des titres de champions de France, d’Europe et du Monde à la clef, citons les frères Christian et Fabrice Taillefer, Nathalie Segura, Patrice Thévenard, Franck Roman… Certains modèles porteront les noms de ces coureurs, le Thévenard puis le Taillefer qui fut au catalogue Lapierre en 1992 avec un montage Suntour XC Pro MD, freins Magura et fourche maison hydropneumatique Scrambler Cutting Steel.

Ce modèle ici présenté fut l’un des derniers fabriqués, en 1993, vendu par la marque Scrambler Line, Lapierre ayant stoppé la distribution de ces vélos n’étant pas des exemples de fiabilité…préférant de ce fait s’adresser à l’italien Verlicchi pour sous-traiter ses cadres aluminium compétition.
Le début de la fin, Scrambler Line se restructurant en s’associant avec Max Radoni qui équipera les Scrambler de fourches à élastomères Max Concept, ainsi que de moyeux et étriers de freins de la marque artisanale française. Les produits Max Concept – qui équipèrent un certain Nicolas Vouilloz à ses débuts – auparavant produits en Italie par STM, seront fabriqués en France chez Scrambler durant ces quelques mois d’activité commune. En termes de technologie, fourche à élastomères avec ajustement précontrainte externe, quelques centimètres de débattement…quand elle était neuve, plongeurs de diamètre 25 mm seulement, bien loin des 32 actuels en XC et 34/36/40 pour les disciplines plus agressives !

vtt-scrambler-taillefer-1993-fourche-max-concept-elastomerefourche-vtt-inversee-max-concept-plongeurs-25-mm

éphémère résurrection 

Si Scrambler Line a définitivement fermé ses portes au printemps 1993, on verra quelques mois plus tard une ultime tentative de renaissance, avec des produits identiques (cadres, fourches, moyeux…) sous la marque Omicron qui disparaitra début 1994…

Equipement

Transmission 3 x 7 vitesses Shimano Deore DX/Deore XT avec commandes Thumb Shifters Deore. Simplicité, fiabilité, beauté… Les freins hydrauliques sont des Magura HS22 Race Line. Cintre Zoom 150 Double Butted (Zoom 150, pour 150 grammes), un classique aux côtés des Ritchey WCS et Answer Hyper Lite ces années là. Largeur de 540 mm, le standard de l’époque ! Grips ATI fabriqués aux USA, des colliers Rilsan pour éviter qu’ils ne tournent, ce qui se faisait beaucoup avant l’arrivée des LockOn.

scrambler-frein-magura-race-line-hs22-grip-ati-usa-cintre-zoom-thumb-shifter-deorepedalier-deore-xt-pedale-m737-shark-fin-deore-dx derailleur-arriere-shimano-deore-dx

Le train roulant, du très costaud avec d’origine des jantes Mavic M281 (utilisées surtout en DH et trial, largeur 28 mm) en 36 trous rayonnées sur des moyeux Shimano Deore XT ayant traversé le poids des âges sans sourciller. La jante arrière a été remplacée par une M261 Ceramic (largeur 26 mm), bien solide également. Pour une utilisation XC, la norme était plutôt la M231 (23 mm de large) en 32 trous qui permettait de monter des roues plus légères. Incontournable Hutchinson On The Rocks en enveloppe arrière ici, une solide référence du début des années 90.

jante-vtt-mavic-261-ceramic-36t jante-mavic-m281-psp-oem pneu-vtt-hutchinson-on-the-rocks-vintage
moyeu-arriere-shimano-deore-xt-m732

Durant cette dernière année d’existence, Scrambler Line proposait l’habituelle finition aluminium poli mais aussi des options d’anodisation pour coller aux tendances. Le purple, c’était plutôt à la mode en 1992, le bleu c’est mieux en 1993 ! Mais les choix possibles au catalogue étaient pourpre, bleu ou vert, des anodisations de très bonne qualité, propres et durables. Scrambler Line avait d’ailleurs fait une première tentative en proposant en 1989 cette superbe anodisation bleue sur leur modèle de série, s’inspirant de ce qui se faisait en BMX mais c’était encore trop tôt pour le VTT…

SCRAMBLER LINE TAILLEFER

vtt-scrambler-line-taillefer-bleu-vintage

Cadre : aluminium 6106 Pechiney, taille 43 cm
Fourche : Max Concept
Dérailleurs : Shimano Deore DX
Shifters :
 Shimano Deore Thumb
Pédalier : Shimano Deore XT – 24/36/46 dents
Cassette : Shimano Deore XT – 14/30 dents
Chaine : Taya Relief
Freins : Magura HS22 Race Line
Cintre : Zoom 150
Grips : ATI
Potence : Scrambler Line
Selle : Selle Italia Flite Alpes
Tige de selle : Carbone pour Scrambler Line – 390 x 32 mm
Roues : Mavic 281/261 Ceramic, moyeux Deore XT 36 trous
Pneu avant : Tioga Hound Dawg 26 x 1.95
Pneu arrière : Hutchinson On The Rocks 26 x 1.90
Pédales : Shimano M737
Poids : 13,03 kg

scrambler-line-taillefer-fourche-suspendue-max-concept

 

> Autres Bike Check : www.velochannel.com/Bike Check
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *