BeMC 2017, une belle visite ardennaise + VIDEO

15 jours après le Roc d’Ardennes, voici LE gros rendez-vous marathon des Ardennes avec le BeMC, une des rares épreuves sur trois jours de course qui se déroule dans le Benelux avec au programme 275km et quasi 8000m de dénivelé, l’équipe VELOCHANNEL.COM part donc à la découverte de ce joli défi qui nous attend…

Du beau monde au départ

C’est dans la charmante vallée de l’Ourthe au coeur de la petite cité médiévale de La Roche en Ardennes que 600 participants se sont donnés rendez-vous pour trois étapes qui nous auront fait visiter tous les massifs forestiers des deux vallées de l’Ourthe… Côté coureurs, l’épreuve bénéficie d’un label UCI classe 1, il n’est donc pas étonnant d’y retrouver bon nombre de coureurs en quête de ces fameux points UCI en vue des manches de coupe du monde XC, majoritairement sans surprises des belges, des hollandais et des allemands. Il a donc fallu s’attendre à une confrontation entre spécialistes des épreuves longues distances et cyclo-cross men de renom qui reprenaient du service sur cette épreuve. Le vainqueur sortant de l’épreuve, le portugais Tiago Ferreira aura eu bien de la concurrence cette année; à commencer par ses coéquipiers, le tchèque Jiri Novak, le grec Periklis Ilias et l’italien Davide Malacarne. On retrouvait aussi en première ligne le belge Frans Claes, particulièrement en forme depuis le début de saison après son top 10 à la Cape Epic et son podium au Roc d’Ardennes, qui avait à coeur de bien faire ici en terre ardennaise mais également la présence du danois Soren Nissen vainqueur ici même en 2015. Les cyclo-cross men Mathieu Van Der Poel, Jens et Juri Adams ou Wietse Boesmans étaient autant de prétendants à la victoire tout comme l’allemand Sasha Weber ou le coureur sur route de l’équipe Lotto-Jumbo Maarten Wynants.


Étape 1 : comme des airs de classique

Il est 10h ce vendredi, l’excitation monte peu à peu dans le paddock de ce BEMC situé dans l’enceinte du magnifique parc hôtelier « Floréal », beaucoup de coureurs prennent soin de bien s’échauffer, on ressent rapidement toute l’importance que prend cette épreuve chez nos voisins belges.

L’heure du départ approche, plus que 15 minutes, chacun se place dans son box attribué selon sa catégorie, UCI ou Open… Chaque coureur UCI sera appelé individuellement afin de clôturer cette mise en grille. Encore quelques secondes et les fauves sont lâchés pour la première étape de ce BEMC longue de 87km et totalisant 2300m de dénivelé, une étape qui sera jugée comme la plus rapide de ce week-end ardennais, une très bonne mise en jambes en quelque sorte…

D’entrée, c’est une montée sèche sur une petite route aux pentes supérieures à 10% qui va étirer ce peloton fourni. Sous la conduite du vainqueur en titre Tiago Ferreira, ce peloton ne tardera pas à exploser complètement durant ces deux kilomètres d’ascension menant les coureurs au sommet du col d’Haussire, 200 mètres plus haut. On retrouve les favoris aux avant postes, chacun a pu retrouver sa place avant d’emprunter les premiers singles. Nous progressons maintenant au milieu des sapins et on comprend très vite que si effectivement le parcours paraît roulant, on accumule rapidement du dénivelé en enchaînant une seconde difficulté sans même avoir pris le temps de récupérer de cette entame de course pour le moins intensive. Les descentes sont quand à elles plutôt courtes et très rapides, parfois piégeuses, il faut lâcher les freins mais également bien placer ses pneus sous peine de sanction immédiate, c’est ce qui arrivera à l’espagnol du team DMT Davide Malacarne mais également au récent vainqueur du Portugal MTB Tour et champion de Hollande XC Hans Becking, tous deux victimes de crevaisons dès la première descente du jour.
Ensuite, ce sera le célèbre mur de Maboge qu’il nous aura fallu gravir, une route étroite avec d’affreux pourcentages et nous voici au 10e km où l’on quitte la forêt pour se retrouver sur un plateau exposé autour du village de Tenneville avec un vent qui souffle bien fort de côté, on y retrouve naturellement la formation de petits groupes où s’abriter dans les roues devient intéressant, voir prépondérant pour progresser rapidement. Peu de temps après, dans une descente piégeuse avec quelques racines glissantes, c’est au tour de Mathieu Van der Poel de crever sans toutefois perdre beaucoup de temps.

Au 25e km, on retrouve un duo en tête avec le danois Soren Nissen en compagnie du belge Frans Claes suivi à 20 petites secondes par un trio avec les allemands Mathias Leisling du team Texpa-Simplon et Sasha Weber accompagnés du belge de l’équipe Lotto-Jumbo Maarten Wynants. C’est à partir du 38e km, après le village de Wyompont que l’on retrouvera la forêt pour une boucle sympa longue de 15km où l’on empruntera bon nombre de sentiers rapides sur des tapis de racines, pas de quoi réellement creuser les écarts mais les coureurs moins à l’aise techniquement et un peu juste physiquement après 2 heures de course vont commencer à coincer.

Chez les dames, une bataille fait rage entre l’autrichienne du team Texpa-Simplon Kristina Kollmann et la championne de Serbie XC Jovana Crnogorac, elles se rendent coup pour coup et s’attaquent mutuellement lors de chaque difficulté du parcours. Elles sont talonnées à moins d’une minute par la norvégienne Jeannette Persson.

Au terme de cette petite boucle entre tourbières et champs de fougères, il nous reste 35km à parcourir et on amorce maintenant le retour vers l’arrivée, les plus attardés seront eux exempts de cette petite boucle mais mis hors classement naturellement. On enchaîne maintenant des montées plus longues mais également plus raides à l’image de cette ascension de 1500m à 15% de pente moyenne qui servira de support à un challenge grimpeur parrainé par Specialized. Au sommet se situant à 25km de l’arrivée, on retrouve toujours le danois Soren Nissan en tête mais cette fois accompagné de Mathieu Van der Poel qui est parvenu à refaire seul son retard suite à sa crevaison. Suite à un petit souci survenu lors d’un passage technique, le belge Frans Claes se retrouve seul à une petite minute du duo de tête suivi du duo Leisling/Wynants à près de 3 minutes de la tête de course. On retrouve de nouveau un plateau bien venté lors du chemin retour avant de plonger vers la vallée de l’Ourthe en empruntant une zone bien glissante dans un ruisseau. Chez les dames, c’est avec surprise la norvégienne Jeannette Pression qui est parvenue à revenir puis déposer l’autrichienne Kristina Kollmann qui se retrouve à une petite minute. La serbe Crnogorac a un peu craqué et se retrouve à plus de 5 minutes de la norvégienne.

Après avoir à nouveau traversé l’Ourthe, il ne reste maintenant plus que 10km mais surtout cette redoutable ascension vers Borzée, le véritable juge de paix de cette fin de parcours avec 250m de dénivelé à escalader mais surtout des pentes très raides dès le pied sur une piste au milieu des sapins qui en feront souffrir plus d’un. Une fois ce sommet atteint à près de 500m d’altitude, il faudra rester vigilant sur les deux dernières descentes très rapides mais avec encore de belles racines saillantes. Encore un peu d’énergie pour rejoindre le sommet du col d’Haussire escaladé en tout début d’étape avant de se laisser glisser vers l’arrivée sur les berges de l’Ourthe.

C’est finalement Mathieu Van der Poel, nettement supérieur à ses adversaires aujourd’hui, qui parviendra à se détacher du danois Soren Nissen lors de la difficile montée vers Borzée, il bouclera l’étape en 3h19 à une moyenne astronomique de près de 26km/h, ça paraît presque incroyable vu le dénivelé proposé et les rafales de vent ne facilitant pas la progression. Soren Nissen se présente ensuite avec 50 secondes de retard mais toutefois satisfait. Le belge Frans Claes complète le podium du jour à plus de 3 minutes du leader hollandais. Malgré de nombreux soucis techniques sur cette étape qui lui ont empêché de lutter pour la victoire du jour, le portugais Tiago Ferreira prend la 4e place juste devant l’allemand Mathias Leisling et le belge Maarten Wynants, particulièrement à l’aise sur les parties physiques exposées au vent.

Chez les dames, la norvégienne Jeannette Persson aura fait forte impression en remportant l’étape avec 2 minutes 30 d’avance sur Kristina Kollmann et 8 minutes sur la serbe Jovana Crnogorac.

En catégorie Open, le danois Jens Gorm Hansen remporte la catégorie Open et Masters en terminant dans le top 30 du scratch. Il s’impose avec 45 secondes d’avance sur le belge Michiel Van Aelbroeck et 2 minutes sur Ken Van Den Bulke.


Étape 2 : Sur les traces d’Houffalize

Après une bonne nuit de récupération, place au deuxième jour de course sur le BEMC, c’est l’étape reine longue de 100km avec plus de 2800m de dénivelé considérée à juste titre comme l’étape la plus difficile de cette édition. De nouveau, le son des home-trainer et autres rouleaux résonnent dans le paddock de départ situé cette fois devant l’enceinte de l’hôtel Floréal qui accueille l’épreuve. Les coureurs élites seront de nouveau appelés individuellement alors que chez les Open ça joue déjà des coudes pour se placer dans les box de départ. 3,2,1 et ça part déjà très très vite car après seulement 500m sur route, on attaque la première ascension du jour, à peu près similaire au départ de la veille, on parvient au même sommet par une piste aux pentes moins prononcées, suffisant néanmoins pour que chacun puisse se retrouver à sa place. Ensuite, une longue descente rapide nous permettra de retrouver la vallée de l’Ourthe avant de s’attaquer à la seconde difficulté du parcours, la montée de Bérismenil longue de près de 2km et comptant pour le fameux challenge des grimpeurs by Specialized. On y retrouve en tête de course un groupe très fourni d’une bonne trentaine de coureurs emmené par Tiago Ferreira, le rythme est certes rapide mais pas réellement d’attaques des hommes forts de l’épreuve pour le moment, tout le peloton s’attend à une étape difficile. Chez les dames, c’est tout le contraire, la serbe Jovana Crnogorac est partie sur les chapeaux de roues et se retrouve au sommet de cette seconde difficulté avec 2 minutes d’avance sur l’autrichienne Kristina Kollmann qui gère son allure, la norvégienne Jeannette Persson semblant subir ce début de course rapide. 10km ont déjà été effectués, les coureurs vont enchaîner les difficultés en direction du village de Houffalize, temple du VTT qui a accueilli à nombreuses reprises le paddock de la coupe du monde XC. Durant les 30 premiers kilomètres, le parcours est finalement assez linéaire avec des difficultés bien réparties. On retrouve de jolis sentiers, un décor sauvage et quelques sections techniques au détour des méandres de la vallée de l’Ourthe à proximité des cabanes de Rensiwez où est situé le premier ravito dans un lieu plutôt sauvage.

Au 35e km, on approche d’Houffalize et de son fameux circuit de coupe du monde XC que l’on arpentera sur un tronçon de 2km, technique et physique, ce passage restant incontournable dans la région. On y voit un peu plus clair en tête de course où l’on retrouve un groupe de 6 hommes toujours mené par le portugais Tiago Ferreira accompagné de son coéquipier grec au sein du team DMT Periklis Ilias, du leader de l’épreuve Mathieu Van der Poel qui semble toujours en grande forme, du champion hollandais Hans Becking, de l’allemand Sasha Weber et du belge Marteen Wynants déjà très en vue sur l’étape de la veille. Le danois Soren Nissen et le belge Wout Alleman suivent à quelques secondes. Chez les dames, la serbe Jovana Crnogorac accentue son avance et possède près de 4 minutes d’avance sur l’autrichienne Kristina Kollmann virtuellement leader de l’épreuve. Nous voici maintenant à Houffalize avec 40km effectués, le parcours va devenir encore un peu plus casse-pattes, les montées s’enchaînent beaucoup plus rapidement dans ces forêts ardennaises, on alterne montées roulantes et raidards limite franchissables, descentes rapides ou plus techniques. L’allure s’est aussi emballé, maintenant place à l’attaque pendant plus de 20km avant de retrouver la vallée de l’Ourthe que l’on va franchir par une étroite passerelle en béton, il nous reste encore 40km à parcourir et on a l’impression que ça n’en finit plus de monter, les nombreuses montées devenant usantes au fil des kilomètres. Comme prévu le relief à joué son rôle d’écrémage car on ne retrouve que trois hommes en tête : Mathieu Van der Poel, Hans Becking et Tiago Ferreira. Le grec Periklis Ilias et l’allemand Sasha Weber suivent à 1 minute 15 alors que chez les dames, la serbe Jovana Crnogorac réalise un festival et possède près de 11 minutes d’avance sur Kristina Kollmann suivie de l’allemande Bettina Janas qui plafonne à 2 minutes derrière l’autrichienne.

On va ensuite quitter un peu la forêt pour se retrouver en plaine face au vent qui pourrait avoir son importance, bien qu’à ce niveau de la course des écarts importants aient été creusés, on retrouvera l’Ourthe à hauteur du barrage de Nisramont niché dans un écrin sauvage, on profitera de ce lieu en disposant de quelques kilomètres tous plats en longeant le cours d’eau nous menant au dernier ravito du jour particulièrement important car il reste encore 25km à parcourir. On poursuit notre retour vers La Roche en Ardennes et on retrouve à nouveau un profil très accidenté, des sections face au vent mais également un sentier trialisant en bordure de rivière avant de gravir la terrible ascension vers le village d’Ollomont longue de près de 2km paraissant interminables à ce stade de l’étape, c’est sur cette difficulté que le leader de l’épreuve Mathieu Van der Poel va lancer son attaque décisive, personne ne semblant en mesure de tenir sa cadence jusqu’au bout, il passe au village d’Ollomont avec 1 minute 30 d’avance sur Hans Becking et 4 minutes sur Tiago Ferreira. Nous entrons dans les 15 derniers kilomètres du parcours, une descente très rapide vers la rivière et surprise il faudra cette fois franchir ce cours d’eau d’une largeur d’une cinquantaine de mètres à pied avec de l’eau jusqu’au genou, ça rafraîchit en fin de parcours. On poursuit par deux nouvelles montées (on ne les compte plus…) et c’est parti pour un petit passage par la section DH de Maboge et son tapis de cailloux qui tabasse bien les bras. Encore 8km en vue et la dernière difficulté du jour nous ramenant au sommet du col d’Haussire, certes assez roulante mais ces 200m de dénivelé à gravir paraitront bien long pour beaucoup de monde avant de plonger vers l’arrivée, les 4 derniers kilomètres reprenant le même tracé que l’étape d’ouverture.

C’est de nouveau Mathieu Van der Poel qui lèvera les bras et remportera cette Queen Stage. Il franchit la ligne avec 1 minute 30 d’avance sur Hans Becking qui prouve que sans soucis mécaniques il faut compter sur lui pour jouer la victoire. Tiago Ferreira ne peut que constater leur suprématie et termine 3e du jour à 4 minutes du vainqueur. Mathieu Van der Poel a donc accru son avance et possède maintenant plus de 8 minutes d’avance sur le danois Soren Nissen et 9 minutes sur Tiago Ferreira. Après avoir connu une étape difficile, le belge Frans Claes se retrouve à la 4e place.

Chez les dames, on a assisté à une incroyable performance de la serbe Jovana Crnogorac qui termine cette étape à la 62e place du scratch avec 26 minutes d’avance sur la belge du team Merida Wallonie Alice Pirard auteur d’une excellente course et qui aura bataillée ferme avec l’allemande Stefanie Dohrn pour le gain de cette deuxième place. Sans aucune surprise, on retrouve la serbe Crnogorac nouvelle leader de ce BEMC avec 28 minutes d’avance sur l’autrichiennne Kollmann victime d’une grosse défaillance physique en fin de course et 31 minutes d’avance sur Alice Pirard.

En catégorie Open/Masters, c’est le belge Arne Daelmans qui remporte l’étape et s’empare du maillot de leader devant Ken Van Den Bulke à 2 minutes. Le danois Jens Gorm Hansen complète ce podium provisoire à 3 minutes 15 du leader.  Le coureur du team Bike 4Life Julien Delaet, signe une très belle deuxième place sur cette étape marathon et remonte à la 4e place devant Michiel Van Aelbroeck victime d’une petite défaillance dans les 20 derniers kilomètres. Encore une étape à parcourir, certes les écarts sont déjà importants mais la dernière étape jugée comme particulièrement technique pourra bouleverser la donne…


Étape 3 : Autour de la Roche en Ardennes

Pour cette 3e et dernière étape, ce sont deux boucles de 37km autour du village de La Roche en Ardennes qui nous sont proposées totalisant 2400m de dénivelé, cette étape considérée comme quasiment aussi difficile que celle disputée la veille pouvait réserver son lot de surprises. Le ciel est très menaçant mais la pluie ne fera pas son apparition durant la course, on aura eu beaucoup de chance du côté de la météo.
Les jambes sont lourdes au départ mais il faut se lancer. Il est 10 heures, tout le peloton est lâché, prêt à boucler ce BEMC. Le début de parcours proposé en cette matinée présente un relief quasi identique à celui des précédentes étapes avec 3 belles montées roulantes successives, on montera cette fois un peu plus haut à 550m d’altitude, on aura la drôle d’impression de ne faire que monter sur ces 10 premiers kilomètres de course. On redescend ensuite au village de Berismenil où se trouve le premier ravito du jour commun au troisième. Quatre coureurs en tête, c’est le leader en personne Mathieu Van der Poel qui mène ce groupe en compagnie de Hans Becking, Soren Nissen et Tiago Ferreira. Frans Claes, Christoph Soukup et Wout Alleman suivent à 30 secondes.

Le parcours nous donne l’occasion d’un court répit avant une longue descente vers la vallée de l’Ourthe et c’est au kilomètre 23, après avoir traversé le village de Maboge que le parcours va vraiment se durcir, à commencer par un premier mur à la sortie du village pour enchaîner par une longue montée technique sur un sentier en bord de ruisseau où il faudra crapahuter au milieu de nombreux troncs d’abres disséminés en travers du sentier. Une fois le sommet franchi, très court répit avant d’affronter le premier passage du mur de Borzée, 23% de moyenne sur 400m de longueur avec des pentes frôlant les 30% par endroits, l’objectif pour chacun étant de monter le plus haut possible sans poser pied à terre. Au sommet de cette difficile pente, on ne retrouve plus qu’un trio toujours emmené par Mathieu Van der Poel qui impose son rythme et se rapproche d’une victoire finale sur ce BEMC, il est accompagné de Soren Nissen et Hans Becking. On retrouve Tiago Ferrera à 50 secondes du trio de tête, se faisant distancer sur les pentes raides après la traversée du village de Maboge tandis que chez les dames, c’est de nouveau la serbe Jovana Crnogorac qui montre sa supériorité, elle passe sur ce sommet avec plus de 5 minutes d’avance sur le duo Kristina Kollmann accompagnée de l’allemande Bettina Janas.


Il nous reste encore 45km, deux successions de montées assez courtes avant de redescendre dans la vallée et de s’attaquer à la dernière difficulté de ce premier tour longue de près de 2km avec des passages de nouveau bien pentus, on terminera ce premier tour déjà très fatigué. Pas de changements en tête de course avec toujours le trio Van der Poel/Becking/Nissen qui possède toujours 50 secondes d’avance sur Tiago Ferreira et 2 minutes sur Wout Alleman et Frans Claes. Jovana Crnogorac mène toujours la danse chez les dames avec 8 minutes d’avance sur Kristina Kollmann et Bettina Janas toujours ensemble.

On attaque le second tour mais cette fois par une variante plus technique et plus physique que lors du premier tour; les montées en single alternent avec descentes technique à l’image de cette belle descente sur des dalles rocheuses d’où l’on surplombe la cité de La Roche en Ardennes et cette vallée de l’Ourthe. Une succession de bosses vont ensuite nous amener à nouveau au point haut du parcours à 550m d’altitude d’où l’on retrouvera le parcours initial du premier tour afin de retrouver la zone de ravitaillement du village de Berismenil situé à 13km de l’arrivée, les trois hommes de tête ne se lâchant pas d’une semelle pour le gain de cette dernière étape. On shuntera ensuite un bon tronçon du premier tour pour rapidement retrouver le pied du deuxième passage au mur de Borzée, un supplice pour certains coureurs, un ultime défi pour d’autres. Le hollandais Hans Becking attaque dans cette difficulté pour passer au sommet avec 10 secondes d’avance sur Van der Poel et Nissen. Les 10 derniers kilomètres sont parfaitement identiques au premier tour, il va falloir jeter ses dernières bosses sur l’ultime ascension située à 6km de l’arrivée dont le sommet est particulièrement difficile avant de filer à toute allure vers l’arrivée…

Au bout du suspens, c’est finalement un duo qui se présente à l’arrivée, Hans Becking remporte l’étape en 3h09 et Mathieu Van der Poel remporte le classement général avec beaucoup de classe. Le danois Soren Nissen aura donc craqué en toute fin de course et franchira la ligne à une minute du duo de tête, il terminera second au classement général devant Tiago Ferreira qui termine cette étape à la 4e place. Le top 5 de l’épreuve est complété par les belges Frans Claes et Wout Alleman.

Chez les dames, nouvelle démonstration de la serbe Jovana Crnogorac devant Kristina Kollmann qui récupère la seconde place finale au classement général et Bettina Janas dont cette 3e place ne suffira pas à monter sur le podium du classement général, celui-ci étant complété par la belge Alice Pirard qui sauvera cette 3e place en terminant à la 4e place de cette ultime étape.

Du côté de la catégorie Open/Masters, beaucoup de suspens car on retrouve un troisième vainqueur différent en trois étapes, c’est cette fois le belge Michiel Van Aelbroeck qui remporte l’étape avec 1 minute d’avance sur Arne Daelmans qui remporte ce BEMC. Ce sera ensuite extrêmement serré pour compléter ce podium, trois coureurs n’étant séparés que de 10 secondes au terme de près de 300km et 12 heures de course. C’est finalement le danois Jens Gorm Hansen qui termine second devant Ken Van Den Bulke et Michiel Van Aelbroeck qui échoue au pied du podium pour seulement 6 petites secondes ! Le top 5 de cette catégorie est complété par Julien Delaet, le talentueux spécialiste des épreuves par étapes.


Voici une édition du BEMC plutôt très réussie bien épargnée par la météo. Cette épreuve devient un événement incontournable et on a retrouvé un plateau de coureurs de grande classe avec de nombreux champions où se sont côtoyés de nombreux coureurs de divers horizons. Côté organisation, cette épreuve est rodée, digne d’une épreuve de grande envergure qui prend de plus en plus d’ampleur de l’avis des coureurs présents. Le site névralgique de l’épreuve au coeur du parc de l’hôtel Floréal est très sympa, les ravitaillements bien fournis et le petit buffet proposé à chaque arrivée d’étape où sont dressés crêpes, confiseries, gaufres et part de riz au lait seront très appréciés, peut être aurait on apprécié également quelques victuailles salées au passage mais notre voeu sera exaucé lors de la cérémonie de clôture durant laquelle une succulente pasta party nous aura été proposée avant de se quitter.

Côté parcours, on aura également été gâté, ces forêts ardennaises nous cachant un très beau terrain de jeu bien exploité par l’organisation… Certes, ce n’est pas le terrain le plus technique que l’on puisse trouver mais le relief de cette vallée encaissée de l’Ourthe permet de proposer des tracés très physiques et on aura accumulé un dénivelé important en escaladant ces innombrables ascensions dans un décor très sauvage…

On nous propose ici une belle course à étapes, une jolie visite des Ardennes et un redoutable challenge à une demi-heure de l’aéroport de Liège, à moins d’une heure de route de la frontière française et à moins de 4 heures du pied de la tour Eiffel. Rendez-vous en mai 2018 pour la prochaine édition du BEMC !

Infos et résultats : www.bemc.be

> Autres articles Evénements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Un commentaire sur “BeMC 2017, une belle visite ardennaise + VIDEO”

  1. Beau reportage, mais ….. il n’y a quasi pas de singles et pas plus de passage technique, du d+ oui mais au niveau vtt ca n’est vraiment pas folichon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *